Tino Sehgal, exposition Photo, Musée de la danse, 2012

Perceptions/Analyse : Tino Sehgal dans le cadre de l’exposition Photo avec Tim Etchells, Pierre Leguillon, Jean luc Moulène, au Musée de la danse à Rennes, le 30 et 31 mars 2012 de 14h à 18h.

par Marie-pierre DUQUOC.

Réception : Le 31 mars 2012 de 16h à 17h dans la salle de spectacle du Musée de la danse

Ecriture : Nantes le 2 avril 2012 (en italique les ajouts de situation et souvenirs du moment)

Je rentre, il fait nuit, par un geste il (un jeune homme) m’invite à rentrer, à m’avancer dans la pièce.

Je ne vois rien
j’hésite
j’entends des voix
des voix qui chantent un rythme des rythmes des voix de femmes des voix d’hommes des voix jeunes

des voix près des voix loin devant et tout autour de moi

(Pour l’instant je ne pense pas je réagis)
Je m’avance doucement … je m’enfonce dans le noir prudemment… très lentement
nuit, présences, voix, elles circulent, m’encerclent.
J’aperçois , je distingue, un halo de lumière jaune, au centre de l’espace
des silhouettes debout et assises,
je m’avance
je vois de mieux en mieux
distingue ceux qui chantent,
Je m’assois (sur le sol, au milieu des danseurs et d’autres personnes assises)
J’écris
le texte qui précède et puis celui qui suit parfois entre ce que je vis, ce que je vois ce que j’entends et ce que j’écris il y a un léger différé ou décalage
J’entends des voix de blues
une voix de femme,
elle s’approche tout près d’une personne elle lui chante presque dans l’oreille, elle est noire, elle continue à avancer passe derrière moi, je ne la voie plus je l’entends…
la lumière s’affirme, un homme danse

Des silhouettes dansent, s’animent.
Le rythme du chant s’atténue
puis reprend j’entends Tchou tchou tchou, waou,waouw wahou, tigidigidik
la lumière s’estompe, je ne vois plus rien.
Je revois
ils dansent en rythmes,
je vois des corps qui bougent, balancent le bassin, lève les bras vers le plafond, lèvent les

jambes, un bras l’autre la jambe, des bras des jambes le bassin, ils tapent du pied sur le plancher.
Changement de rythme
Reprise

Tigidigidick, sauter, taper, plancher, nous, eux , moins vite , marcher, s’arrêter – Silence
Attendre
Entendre

Claquement de langue
Je pense au chant religieux noir, aux rites religieux noirs

Silence
Ils s’immobilisent Des gens sortent Silence dedans Des voix dehors

Ça recommence
ça parle en anglais
ça se tait encore,
ça circule ça marche ça marche
ça discute dehors
ça souffle dedans, tchi tchi pou
ça rentre, ça swingue
ça danse, ça fait danser…
ça bouge, ça saute, ça tape encore et fort, ça fait lever les gens, ça prend le bras, ça tire, ça fait bouger, ça fait danser les gens, les gens ça dansent, ça n’ose pas, ça ose, ça fait oser, ça danse les danseurs, tout ça danse, ça swingue, ça souffle, ça tape, ça chante tchou tchou pou

Interruption de l’écriture, je range mon carnet, j’observe…
Le texte qui suit sera en différé écrit quelques minutes après la sortie, dans le jardin pendant environ 5 min ou plus?

Dehors dans le jardin,

J’entends un jeune garçon raconter comment il s’est levé, a dansé … « ils dansent depuis 14h comme ça …»

Je reste assise on ne m’a pas invité à danser,
je suis tout au milieu
ça danse tous ensemble, ça danse tout autour devant derrière, tout prêt,
ça me frôle,
je suis assise toujours, sans écrire, j’ai ranger mon carnet, j’observe un temps ,
à ma gauche des femmes ont été invités à danser, elles sont debout, bougent un peu une femme s’approche, jeune elle danse devant moi, s’éloigne
à ma droite une femme est assise aussi
ça dure quelque temps
j’hésite puis
je me lève
j’aimerais danser mais je n’y est pas été invité

je reste debout je me balance
doucement
ils dansent, tous, de plus en plus vite
nombreux, tout près, s’approchent, s’éloignent, tournent, dansent, des hommes des femmes des jeunes, de plus en plus vite, transe collective, de plus en plus forts, ils tapent, Le public s’immobilisent. Ils (les danseurs) continuent, se rapprochent du centre, se rassemblent en noyau…

J’entends un nouveau rythme
Je les vois marcher ensemble
Je pense à un troupeau
Je les vois pousser le public, ceux qui ne dansent plus, ils résistent
le troupeau s’avance avec le public, il pousse, le public avance sous la poussée J’entends une voie qui crie qui chante it’s time to go away

J’entends toujours Tchou tchou tcou
Je réalise qu’ils (les danseurs) nous pousse vers la sortie, qu’ils nous invitent à sortir. J’entends toujours la voix qui se fait de plus en plus insistante , it’s time to go away, le public résiste toujours ,
il bloque la sortie,
les danseurs poussent bloquent.
J’attends.
J’entends it’s time to go away , tchou tchou tchou

Je sors

Pendant que j’écris dehors dedans la performance reprend j’entends les voix derrière moi

Je retourne dans la salle
Je reste un long moment sans écrire, décide de me concentrer sur un double focus , les voix, l’espace, j’observe dans le but de l’écrire de mémoire, il fait trop noire pour écrire.
Je suis incapable maintenant de décrire ce que j’ai entendu.
Je me souviens :
Au plafond il y a 6 spots rectangulaires qui diffusent une lumière jaune orangé dans des variations d’intensité d’ombre et de pénombre, au fond des rainures de lumières du dehors bordent chaque côté des rideaux noirs, la porte d’entrée à ma droite reste toujours ouverte filtre un léger rayon de lumière qui me permet d’écrire.
Dans le noir je deviens plus sensible aux odeurs des corps qui me frôlent… Je me souviens d’une odeur de savon d’un des danseur. Le protocole est un peu différent, mais toujours chant et danse mêlé du molto au staccato au molto etc…

J’entends une voix dire thousand ten …???
passe un peu de temps quelques événements que je n’ai pas noté
puis thousand eleven
je pense qu’il compte ou décompte les actes ou protocoles de présence

Ils s’assoient,
échangent en anglais
j’entends conséquences
j’entends no
j’entends conséquences, children, money

etc…
Je m’assois contre le mur en périphérie
(Je me concentre sur la conversation qui démarre, entrecoupé de silences, de phrases qui comprennent le mot consequences, et de no réponses répétitives d’un autre membre de cette assemblée, je ne note plus, écoute, une femme raconte qu’elle n’a pas les moyens de prendre en charge sa famille, qu’elle ne peut s’occuper que d’elle même, qu’elle choisit de se concentrer sur de toutes petite choses…

Une femme une des danseuse (je la reconnais) s’assoie à côté de moi

J’entends un murmure, elle chante now, now now , j’entends au loin yeah yeah, la voix bouge j’entends its very action time,
elle se lève

j’entends whaou wahou,wahou,wah
ils chantent entre blues rap gospel
je vois la danse reprendre, ils lèvent les bras hauts, s’arrêtent, reprennent

Noir / voix / chants/ rythmes / variations / noirs / voix/ hommes/ femmes / voix /corps/ mobiles / immobiles / silences/ voix / chants / conversations / arrêt / reprise / jeux / j’eux

Je vois un couple avancer, ils rentrent en diagonale ils avancent doucement accrochés l’un à l’autre, ils marchent lentement, prudemment,
Je pense, ils ne voient rien, ils font partie de la chorégraphie, ils dansent à leur insu. J’imagine que moi aussi, nous aussi pour tout ceux qu’était là avant moi, avant nous.

Don Don aha ah,
je ne sais plus raconter ce que je vois ce que j’entends
j’entends : Over danse comme on thrue the over danse
oh yes ohoh ah ah
tss tss dowm tss tss down
Je pense que le dispositif ne présente aucune qualité esthétique particulière de voix et de chants, c’est un moment commun, commun dans les deux sens du terme,
les gestes les chants sont tirés d’un répertoire collectif
boîte de nuit, fête, manifestation,
chant gospel, blues, jazz, saoul…
Je pense au livre que j’ai relu La communauté désoeuvrée de Jean Luc Nancy,
à la fois être singuliers et quelconque et tous, publiques et danseurs mêlés, tous à la fois témoins de nos mutuelles présences, pas toujours distincts et parfois très distincts, les uns avec les autres ou contre les autres, ensemble et ensembles.
J’imagine qu’ils s’amusent beaucoup qu’ils s’épuisent aussi.
J’entends over danse or ever danse or over dose, je m’épuise à voir et écrire, et décrire Pou pou pou, l’un deux s’avancent vers mes voisines de gauches, les tire, les invite à danser, (déçue encore de ne pas être invité, c’est à cause de ce carnet ?)
stop, nuit , lumière, Coucou , ça va ? Coucou, tchi, balancement des hanches…

Je sors

Le lendemain je lis sur le carton d’invitation le petit paragraphe qui suit :

En contrepoint de l’exposition PHOTO l’artiste Tino Sehgal expérimentera

avec le public un nouveau projet d’installation chorégraphique, misant

sur « la vie des corps ».

À noter qu’il n’y a pas de titre ni même l’usage du terme performance… 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *