« Folk-s » d’Alessandro Sciarroni

Perceptions/Analyse de « Folk-s » (Will you still love me tomorrow ?) d’Alessandro Sciarroni

par Alexandra ANTOINE.

g_104Sequence14Sciarroni02b

Lieu : 

Inauguré en 2008 dans un bâtiment occupé autrefois par le Service Municipal des Pompes Funèbres, le «Centquatre » est un espace culturel alternatif parisien situé dans le quartier populaire du 19ème arrondissement. Dans ce lieu très vaste, on peut rencontrer toutes sortes de formes d’arts, concerts de rock, « battles » hip-hop, expositions d’art plastique, librairie et tant d’autres choses. C’est dans le cadre de « Séquence danse » que j’ai pu découvrir « Folk-s » de Alessandro Sciarroni le soir du 4 mars 2014.

Chorégraphe :

Plasticien de formation, le chorégraphe et metteur en scène italien Alessandro Sciarroni, est également comédien pendant 10 ans au sein de compagnies de théâtre contemporain. Très attiré par les performances d’artistes plasticiens, il crée ses premières pièces en utilisant l’art plastique et l’art théâtral. Mais déjà hors cadre, il ne trouve sa place ni dans les galeries d’arts, ni dans les théâtres, ne se rattachant à aucune famille artistique ou aucune catégorie conventionnelle,

En 2007 il envoie des DVD de « If i was your girlfriend » et reçoit cinq invitations à des festivals de danse contemporaine. Voilà comment son travail s’est identifié au monde de la danse.

Peu connu en France, cette pièce, « Folk-s » (Will you still love me tomorrow ?) nous le révèle.

Scénographie :

La scène est habillée d’un tapis de danse blanc, où l’on trouve un accordéon posé à même le sol, et une platine qui sera dirigée par un danseur.

Pièce avec deux danseuses et quatre danseurs  dont un habillé en tyrolien avec un chapeau, interprété par Alessandro Sciarroni lui même. Tous les danseurs sont en cercle, les yeux bandés, sauf un, « le tyrolien ».

Perceptions :

Quand nous entrons dans la salle, les 6 danseurs évoluent à l’unisson déjà sur l’espace scénique en cercle et frappent le sol avec leurs pieds dans un rythme défini. Du fait qu’ils aient les yeux bandés, cela leur demande un travail d’écoute pour être ensemble. Une fois le public installé, la danse évolue et devient plus complexe. Les danseurs frappent leurs jambes et leurs chaussures avec les mains. ça dure… ça dure encore… Et puis ils s’arrêtent. Ils enlèvent ce qui leur entrave les yeux, et se dispersent. L’un va boire, l’autre s’essuie …

Soudain, un danseur se détache et vient nous expliquer les règles de la performance. Ils vont exécuter une danse folklorique, tyrolienne bavaroise, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un danseur ou un spectateur. Chaque personne qui quittera la salle, que ce soit un spectateur, ou un danseur, mettra fin de sa propre initiative à sa représentation et ne pourra donc pas revenir. Pour le spectateur, ça lui donne le droit de partir quand il le souhaite. Par contre, pour le danseur, que sait on de sa véritable liberté à s’arrêter quand il le souhaite ?

La danse reprend sur quelques musiques contemporaines. C’est assez long et répétitif, le public est poussé à se demander si il doit partir ou rester ? Une petite longueur se fait sentir, et finalement « le tyrolien » sort en premier avec son accordéon et son chapeau. Ce qui déculpabilise tout de suite certains spectateurs et leur permettent, peu de temps après, de quitter la salle à leur tour.

Cette danse de plus en plus frénétique reprend. On sent la fatigue et l’effort montés en crescendo chez les danseurs, au fur et à mesure que le rythme s’accélère. Si les spectateurs restent, ne les contraignent-ils pas à continuer, et peut être à s’épuiser ? Faut-il rester pour les aider à repousser leur limite physique, ou partir pour abréger cet effort qui ne semble pas avoir d’autre sens que d’aller toucher les limites de chacun ? Une danseuse sort. Les autres la regarde avec un air de reproche. Et puis ça reprend de plus belle. La fatigue, la transpiration, la concentration, la douleur, puis au bout d’un moment, comme une joie, une envie de rire surgit chez les danseurs. Cette joie et ces rires nous soulagent un peu dans la salle. Les danseurs semblent arriver à cet état où l’on pense qu’on ne peux plus, qu’on à plus de force, et puis finalement, l’énergie revient, et ils repartent dans un deuxième souffle… Après une nouvelle série de déclinaisons du pas de base de cette danse, avec de nombreux déplacements géométriques, les danseurs se retrouvent de dos, et là, une bonne grappe de spectateurs en profite pour filer vers la sortie. Un danseur se retourne et jette un regard interrogateur. Cette performance est truffée de théâtralité comique.

ça danse, ça frappe, ça rythme, ça pulse… Puis les danseurs s’immobilisent, leur respiration est forte, la lumière de la salle s’allume. Cette convention nous dit que le spectacle est terminé et que nous devons sortir de la salle. Mais si nous avons bien écouté les règles, elles nous disent qu’il ne faut qu’il reste qu’un danseur ou un spectateur. Nous nous sommes tous demandés pendant un court instant ce que nous devions faire, Alessandro nous a bien eu là encore ! La danseuse nous regarde. Elle voit que nous ne nous levons pas. Elle regarde les autres danseurs,  puis doucement se  repositionne pour recommencer la danse.

Au milieu de cette danse répétitive, il y a quelques anomalies, quelques échanges charnels, comme si cela pouvait donner un regain de force pour continuer. Quatre danseurs sont encore là. Ils dansent, frappent, sautent… On y prend goût, on se prend au jeu : on se demande jusqu’où ils peuvent aller !

Je ne vous dévoilerai pas la fin car je suppose qu’elle sera différente à chaque représentation si c’est une performance+

« Folk-s » est une pratique performative dans les deux sens du terme, tant au sens artistique que sportif, avec un dépassement de soi. La temporalité tient une grande place, le fait de tenir le temps, de l’étirer, met le spectateur dans une position de questionnement et d’attente, ce qui permet aux danseurs de jouer avec eux, allant presque jusqu’à les manipuler.

Alessandro Sciarroni se joue du spectateur avec théâtralité. Il nous emmène dans des questionnements, des doutes, des envies de fuite, de soutient ou d’affrontement. Subversif, il bouscule les conventions dès l’entrée du public. Dans la salle, le spectacle a déjà commencé alors que personne n’était entré. Ils font une danse bavaroise, et pourtant il n’y en à qu’un qui porte le costume tyrolien. Il choisit une danse spécifique pour les hommes, où pourtant, il introduit des femmes (deux). Les musiques qui nous sont données à entendre, n’ont rien de bavaroises.

En plus des règles conventionnelles comme se taire quand la lumière s’éteint, applaudir, arriver à l’heure… de nouvelles règles nous sont énoncées au début de la performance. Il nous donne la liberté de respecter ce que l’on souhaite, ses règles, ou les conventions. En nous proposant ce choix, il nous destabilise et nous met en questionnement.

Il repousse les limites tant du danseur que du spectateur, tant de l’artiste, que du simple mortel. Alessandro Sciarroni a choisi une danse folklorique typiquement bavaroise, le « Schuhplattler », qui consiste littéralement à se taper les chaussures et les jambes avec les mains. Le folklore est lié à l’art populaire. C’est une danse qui est donc réalisable par tous ou par le plus grand nombre. C’est grâce à la simplicité de cette danse, qu’il peut nous toucher théâtralement et mettre la danse en situation. C’est aussi une danse qui a su traverser les siècles et arriver jusqu’à nos jours.

Les danses folkloriques sont des danses populaires, et donc réalisables par le commun des mortels. Elles peuvent se pratiquer facilement, n’importe où et en plein air, dans la rue ou sur la place du village. Elles sont gratuites pour le public la plupart du temps, mais ne sont pas performée dans un lieu fermé et couvert où le spectateur doit payer pour assister au spectacle. Là encore, Alessandro Sciarroni joue avec les codes.

D’autre part, Sciarroni est plus metteur en scène que chorégraphe, il axe d’avantage son travail sur le rapport qu’il peut exister entre le danseur et le spectateur.

On sort de là les yeux grands ouverts, des questions plein la tête, avec ce petit plaisir de se dire : c’est d’être encore surpris de nous jours !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *