« 1er AVRIL » d’Yves-Noël Genod

Perceptions/Analyse de « 1er avril » d’Yves-Noël Genod

par Emilie BORGO

1236549_10151724596479270_540226662_n

Photo : Patrick Berger

1ER AVRIL
Un spectacle de Yves-Noël Genod
Sons Benoît Pelé Lumières Philippe Gladieux
Production Le Dispariteur
Coproduction C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord ; Charleroi Danses, Centre Chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles / En partenariat avec Têtu

Vendredi 4 avril 2014 à 21h00 aux Bouffes du Nord

Peu de travaux me touchent et m’inspirent profondément aujourd’hui, Yves-Noël Genod avec 1 avril grave en moi tel un sculpteur de l’imaginaire sensations, plaisir, mouvements.

Un art de rien, un art de plein, de vide,

Un travail de funambule de l’imaginaire, des sens, de la pensée et du mouvement.

Un art de la retenue, du surgissement et du rêve.

 Ouverture

Espace splendide, théâtre à l’italienne, à l’ancienne, plateau nu, murs défraichis qui suggèrent tout ce qui a pu être accueilli ici sans le vouloir.

Monter au 3° pour redescendre, solitude au balcon.

Trouver ma place en bas.

Quelqu’un sert quelques coupes de champagne au hasard du public, j’en ai envie… Boire un coup, partager. Quelques fois le son d’un verre renversé accidentellement par un spectateur timbrera le spectacle.

Yves-Noël nous accueille, costume de Dandy à paillettes et chaussures noires pointues, tignasse blonde et petit plaid en polaire marron sur les épaules… Il nous accompagne : trouver sa place, offrir sa place à chacun des spectateurs, éteindre les portables pas tant pour le son que pour le rarissime noir qu’offre cet espace des bouffes du Nord (Ici pas d’issues de secours lumineuses, quel bonheur !).

C’est parti pour 2 heure à 2 heures 10 annonce t-il.

Je repense à cet événement avant de rentrer dans le théâtre : Un homme en manteau croque ma pomme, il s’appelle Nils. Il a croqué cette pomme que j’avais hésité à garder, qui a roulé sur le sol du métro, que j’ai finalement essuyée puis croquée alors que je souhaitais la donner… Je la donne à cte homme, il la croque à travers son manteau. Je pense aux spectacles de 26000 couverts rêve ou réalité ? Je suis maintenant dans la salle avec Yves-Noël.

Noir, une lueur au plafond comme l’étoile du nord.

Attente, plaisir d’être là.

Fumée qui envahit l’espace. Quelques asthmatiques ou sensibles des voies respiratoires toussent.

Lumière tamisée, l’espace se remplit de peu. Temps espace apparaissent.

Assise à cour, je vois apparaître une silhouette d’homme pieds nus et mollets apparents, il porte un manteau marron trop grand à capuche et arpente le mur comme un aveugle. Ramper debout, sensation du grain et de la texture du mur. A jardin, un dos est là en parallèle. Surgissement du mur, ce dos nu appartient à une belle jeune femme portant une robe de soirée à paillettes. Elle sort dans l’allée public à cour. Il dit : « il n’y aura pas de spectacle ce soir ». Je me dis que l’on entend cela partout en ce moment et pense encore à 26000 couverts… Et le spectacle reprend. Surgissement du son et des voix. Acoustique incroyable du lieu.

Approche de ce que j’imagine être deux amants désespérés, impossibles. Qui est l’homme au manteau de quoi est-il prisonnier ? Rencontre possible et impossible à la fois. Corps lascifs abandonnés et en retenue. Musique lyrique puis surgissement des voix magnifiques… A cour, la jeune femme au dos nu sort entre le public. Je distingue Yves-Noël assis en hauteur au fond des gradins, témoin gardien de la situation. Elle revient sur le plateau avec une veste rouge digne de celles des singes de cirques et de hauts talons noirs. Danse mélodrame amoureux, parade, douceur, sensualité, elle tourne autour de lui au sol les visages s’approchent et se distancient, elle s’allonge sur lui et reprend le mouvement circulaire autour de lui. Nostalgie.

Peu et présence intense chargée de sensations, d’images et d’intention.

Présence. Je pense à Régy, à la manière dont il sait laisser surgir dans mon imaginaire du ventre… Je revois le travail d’Yves-Noël invité à Bourg lorsqu’il faut imaginer, ressentir, être une situation.

Il sort. Un très jeune homme en noir apparaît. Presque éphèbe. Elle l’approche. Nouvelle parade.

L’étoile du nord descend du ciel, c’est une bougie, elle suffit à donner l’espace et le temps du lieu. La cire coule.

Comment cette flamme fait pour ne pas vaciller et rester en vie du début à la fin du spectacle ?

Plus tard une phase sera projetée sur le mur, quelque chose comme «dans les rêves, on ne voit jamais le soleil».

Bougie et lumière du faisceau du vidéo-projecteur qui ne reviendra plus.

Il se déshabille sous un voile brillant, transparent (j’imagine une mariée) ; dépose ses vêtements en avant scène très proche du public que tout au long du spectacle nous allons distinguer ; pas de frontière tranchée scène public. Il garde ses chaussettes et chaussures noires, son boxer noir, juste descendu pour voir apparaître la frontière de « sa lune ». Elle a ôté sa veste rouge.

Il sort en fond de scène, elle sort dans le public. Un autre couple qui ne reste pas dans ma mémoire surgit, brune aux cheveux longs… Le trompettiste arrive sourdine, sucer l’embout et jouer un air connu dont j’oublie le nom alors que j’écris ces mots. Une femme blonde plus mûre (Dominique Uber, je la reconnais) sort de l’allée public avec deux sièges de camping. Elle aussi longue, perchée sur talons, robe de soirée, icône du féminin. Là encore rencontre, frôlements…

Au moment où je pourrais imaginer que la pièce ne sera qu’une succession de relations hommes / femmes avortées… Est-ce le trompettiste qui est encore là ? Lumière sombre, une forme massive et énergique surgit vêtue de lourdes chaussures. La masse se dépose et apparaît une jeune femme splendide métisse chocolat en robe bleue aux chaussures dorées bien trop grandes. Elle ne peut s’arrêter de danser. Je pense à ce conte de Andersen raconté par Clarissa Pinkola Éstes dans femmes qui courent avec les loups : Les souliers rouges.

Puis-je être celle, celui que je suis ?

Le conte «Les souliers rouges » nous invite à nous respecter dans notre singularité, à rester fidèle à nous mêmes. Il met en lumière notre habilité à déjouer les pièges de l’éducation pour retrouver la force vitale en nous. Comment vivre en accord avec notre nature instinctive et sauvage tout en faisant partie de la société ? 

Qu’est-ce que je deviens quand je perds ma singularité ?
Quand je me conforme ?
Arriverai-je un jour à danser ma vie en liberté et en conscience?

Si les histoires sont des graines, nous sommes le sol dans lequel elles germent. (C.Pinkola Estes)

Danse, fluidité du bout des doigts, bras immenses, l’espace s’élargit, ils entrent dans la profondeur du plateau.

Apparition inattendue d’Yves-Noël en personne, le dandy est aussi un acteur, entrée par l’allée public à cour. Long monologue basé sur les mots de Cioran et +++. Exercice de style qui me dépasse, moi qui suis du corps plus que du texte. Mémoire du texte trop défaillante pour ingérer tous ces mots. Là aussi seul moment de surgissement du texte. L’espace vit du plateau au public qui est traversé, aux balcons, tout l’espace sonne et résonne. Yves-Noël retrouve le plateau.

« Emmanuelle c’est la plus belle », Claude François icône d’une époque nous rejoint, Yves-Noël danse à reculons, jeu de jambes, plaisir, envie de le rejoindre dans la fête. Il sortira je ne sais plus quand ni comment et ne reviendra pas sauf pour saluer…

Du public jonchée sur ses talons une autre belle brune, la femme au manteau surgit, de cette frontière public / plateau elle regarde vers la scène. Imaginaire en branle. Je pense à mes danses en manteau de fourrure sur chaussures… dans un spectacle sur la forêt.

Un joueur de hockey est apparu, succession de plaquages au sol, autre époque. Le très jeune homme du début revient cette fois dans un boxer rouge et noir à rayures toujours chaussettes et chaussures noires. Il

Il reviendra encore en costume début XIX° avec des bois de cerfs, parade…

tout devient plus baroque, réalisme fantastique sud-américain qui pointe. Un homme est masqué (Je pense à la mariée au masque de singe que j’avais fait surgir lors du stage d’Yves-Noël à Bourg en Bresse automne 2012). Le plateau se remplit hommes et femmes, humeur soirée mondaine arrosée. Femmes en robes sur talons hauts. Dialogues qui s’approchent et s’éloignent des oreilles, imaginaire des mots. Une fille se retrouve en slip sur ses talons, esquisse quelques mouvements de danse au milieu de ses hôtes et se rhabille. Le très jeune homme est devenu un rocker, un autre convive pense à Mike Jagger, un homme tente d’en embrasser un autre qui préfère résolument les femmes. Jeu entre baroque et hasards…

Sorti d’une porte à cour, son d’une femme puis d’un couple dans le plaisir des corps. Peu à peu les 7 ou plus convives sortent.

Du fond de scène, Bernard Genod (je l’attendais c’est papa Genod) arrive, costume, grand bois entre les mains. Image du cerf qui ressurgit. Bernard me présentera plus tard le peintre qui a inspiré cette séquence. Autre âge. Profondeur du temps et de la vie. Imaginaire de la forêt. Je l’imagine jouant, ritualisant la forêt avec ses élèves d’antant, acteur de la méthode Freinet. Il sort.

Retour de la femme au manteau sur ses talons. Le très jeune homme porte deux vanités – crânes et s’assoie à côté d’un couple d’hommes spectateurs. La soirée continue et les convives sortent.

Je l’attendais et me demandais quand elle reviendrait, la voici gazelle d’Afrique aux gants en plastique immenses, ils atterriront sur ses pieds, pointes et longues jambes, splendide. Rythme saccadé construit et déconstruit alternances sonores.

Image sur le mur au fond peinture visuelle vibration des écorchures du mur Bill Viola en tableau vivant.

La danseuse chanteuse et l’homme au manteau sont devenus nonne et prêtre, chants lyriques. Splendide.

Narration sans mots.

Yves-Noël m’a offert des images, il leur a laissé le temps de se construire, d’apparaitre assez pour qu’un rythme me touche, m’enveloppe me fasse rêver. Remplir quelque chose du vide de mes rêves.

Cette nuit là mes rêves sont touffus et intenses. Je me réveille avec la lueur et la trace de tous mes amours ratés…

Incertain cohérant pour reprendre les mots d’un ami danseur neurobiologiste Thierry Giannarelli.

Merci Yves-Noël

Annexes – Critiques, liens et citations d’Yves-Noël Genod

(Joëlle Gayot) C’est en grand couturier que l’artiste s’est rendu aux Bouffes du Nord pour habiller ce théâtre comme d’autres sculptent les robes et ajustent les plis des pantalons. Le spectacle que signe Genod est magique, somptueux et unique. Ne pas le voir est une faute, un manquement à ce que l’époque nous propose, trop rarement, de moments de grâce et de profondeur. Engouffrez-vous dans la brèche qui s’ouvre devant vous aux Bouffes du Nord, votre voyage sera heureux !

(Fabienne Arvers) 1er Avril a la beauté et l’étrangeté des rêves, magnifiant et faisant résonner le théâtre des Bouffes du Nord comme rarement on l’a vu dans une succession de tableaux peuplés d’êtres à la voix d’ange — la soprano Jeanne Monteilhet et le contre-ténor Bertrand Dazin —, de performers, danseurs ou musiciens qui s’appliquent à habiter l’instant, s’en remettant, purement et simplement, à ce qu’évoquent leurs silhouettes, à ce qu’elles irradient de présence troublante. Se croiseront ainsi, sous les lumières étourdissantes de volupté et de sombres éclipses orchestrées par Philippe Gladieux, ces « guests, apparitions, fantômes et séraphins » qui ont pour nom « la femme en robe de couleur chair, l’acteur de casting, le maître des anges rebelles, l’hoplite ou la femme camping ».

(Alain Neddam) On sort de cette soirée aux Bouffes du Nord rincé, ébloui, partant pour revivre la traversée. Depuis les créations légendaires de Brook, aucun spectacle n’avait à ce point montré la beauté sauvage et la puissance imaginaire de ce théâtre…

liens vidéos : 

http://vimeo.com/88362821   (Un petit peu de Zelda)

http://vimeo.com/33977233   (— je peux / — oui)

http://vimeo.com/43898528   (Chic by Accident)

http://vimeo.com/43475781   (Je m’occupe de vous personnellement)

http://vimeo.com/59095419   (La Mort d’Ivan Ilitch)

http://vimeo.com/8837414   (monologue Vénus & Adonis)

http://vimeo.com/4197425   (Blektre, de Nathalie Quintane et Charles Torris)

http://vimeo.com/74282386   (extrait de travail 1er avril — Bouffes du Nord)

liens critiques :


http://blogs.rue89.com/balagan/2012/03/12/chic-accident-de-genod-un-serpent-une-sandale-des-acteurs-nus-226890    (Chic by Accident)

http://www.lesinrocks.com/2013/07/12/arts-scenes/scenes/avignon-la-vie-de-chateau-avec-yves-noel-genod-11408987/    (Disparaissez-moi !)

http://blogs.rue89.com/balagan/2013/11/13/yves-noel-genod-jeteur-dimprevus-ouvre-le-festival-les-inaccoutumes-231663    (Un petit peu de Zelda)

http://www.lesinrocks.com/2013/11/13/arts-scenes/scenes/yves-noel-genod-coup-denvoi-magique-aux-inaccoutumes-11444647/    (Un petit peu de Zelda)

interview (à propos de Chic by Accident) :

http://www.paris-art.com/interview-artiste/yves-no%C3%ABl-genod/genod-yves-noel/463.html#haut

photos :

http://ledispariteur.blogspot.fr/2011/07/blog-post_5666.html

http://ledispariteur.blogspot.fr/2011/07/cirque.html
 
http://ledispariteur.blogspot.fr/2011/07/blog-post_4609.html

une belle histoire :

http://ledispariteur.blogspot.fr/2013/08/mon-histoire-damour-avec-la-belgique.html

« Dieu merci notre art ne dure pas. » (Peter Brook)

« — Ce n’est pas ton genre, tout ça. — J’essaie de ne pas avoir de genre, même pas le masculin et surtout pas le singulier. »

« On ne communique aux autres qu’une orientation vers le secret sans jamais pouvoir dire objectivement le secret. Le secret n’a jamais une totale objectivité. » (Gaston Bachelard)

«  Des oiseaux que l’on entend chanter à l’extérieur alors qu’on est sur scène donnent une définition exacte du théâtre. » (Olivier Py)

«  Etre acteur, ce n’est pas aimer apparaître. Au contraire, c’est énormément aimer disparaître. » (dans Soigne ta droite, de Jean-Luc Godard)

« — Quelle est la marque de la liberté réalisée ? — Ne plus rougir de soi. » (Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir)

« Peut-être des spectacles qui se situent entre la réalité et le miracle. » (Pina Bausch)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *