Archives de catégorie : « Le voyage de Pénélope » d’Agnès Marcelli

« Le voyage de Pénélope & Barcelona in situ » d’Agnès Marcelli

Mémoire D.U Art, danse et performance. 2013

« Le voyage de Pénélope Barcelona in situ » d’Agnès MARCELLI

Installation textile et photographique : Le voyage de Pénélope (pièces pour l’installation) & Barcelena in situ (photographies de Damien Freis)

Anges fragment

Je travaille, triture, découpe, noue et crochète la matière du souvenir.

Où met-on la tristesse, l’amour, la joie ?

J’ai trouvé une tâche infinie.

La confrontation avec la matière, la dimension vivante du geste dans le façonnage.

Accompagner et  vivre le passage de l’invisible au visible.

Créer

  • Aux origines

C’est un suicide, un accident, de lundi en lundi, des morts à répétition, mon regard qui se trouble, mon cœur douloureux  caché au sous-sol, c’est une brèche qui devient une faille, c’est ma vie, un doute qui s’installe sur le réel.  Un scénario tragique qui existe dans mon histoire mais je refuse d’en rester là. Je vis la douleur, je vomis mon chagrin, j’affronte la colère, j’accepte la solitude et puis un jour, j’ouvre une nouvelle porte, j’observe de nouveau le monde, mon monde. Je renoue peu à peu avec la beauté de la nature, des objets, des hommes, je touche ma sensibilité, je sens mon corps vivant avide de réveiller les émotions, d’en dessiner de nouvelles. Je me remets en mouvement.  Danse.

Je vois les matières, la pierre, le bois, le sable, le verre, le métal, le tissu, la laine, le fil et j’interroge leur existence dans le temps, ma relation aux objets, à la micro architecture de mon habillement que je reconstruis chaque jour jusqu’à l’architecture monumentale de ma ville, de mon pays, du monde, toujours en mouvement, toujours en matière. Toujours dans ma mémoire.

Je suis sensible à l’altération des éléments, la terre, l’eau, l’air, je suis asthmatique. Je comprends la nécessité, pour moi, de partager ma vision « belle » de la vie et je collabore avec la matière que j’aime, le tissu. Je recycle des vêtements hérités et des tissus abandonnés que je décide de crocheter, je réunis soudain le plein et le vide, j’entrelace le visible et l’invisible.

Les photographies en noir et blanc de Damien Freis apparaissent et donnent corps à mes images. J’entrevois la suite de mon histoire.

Je rêve l’installation « Le voyage de Pénélope & Barcelona in situ ».

  • Héritages 

Collection de vêtements et de tissus

J’ai toujours thésaurisé les tissus et les vêtements dans un but indéfini. Séduite par une matière, une couleur, un motif. J’éprouve du plaisir à redécouvrir ces tissus et ces vêtements qui m’évoquent un autre temps, un autre âge, une autre personne. Je suis également sensible au fait que le vêtement puisse être une véritable « seconde peau » dans laquelle se fondre, vêtements de régression, de bien-être, de séduction, armure pour se sentir plus beau, plus fort. Chaque situation, chaque profession appelle le choix d’un vêtement.

En 2004, j’hérite, dans des conditions tragiques, d’un grand nombre de vêtements. Je stocke ces vêtements chez moi. Je n’ai pas la place pour les ranger, je cohabite donc avec un monticule de vêtements. Qu’en faire ? Je tourne autour, même sans les regarder, je les sens, les vêtements ont une odeur. Je ne peux pas me résigner à tout donner, à tout abandonner. Je trie, je passe en revue chaque vêtement, son usage, l’occasion qu’il a accompagné, les images affluent. Un vêtement, une personne. Je conserve les vêtements qui me touchent et qui me parlent le plus. J’ai conscience que je ne les porterai pas.

Photographies

La même année, j’hérite également de l’ensemble du matériel photographique, des photographies et des négatifs du photographe Damien Freis qui a été mon compagnon pendant 10 ans. Qu’en faire ? Une exposition photographique semble l’idée la plus adaptée afin de lui rendre hommage. On me propose de monter une exposition avec cent clichés. Je suis touchée de l’intérêt porté à ses photographies mais la quantité de clichés me semble démesurée compte tenu des expositions plutôt intimistes auxquelles il a participé. Par ailleurs, je me pose la question du choix, je ne suis pas photographe et j’éprouve des difficultés à faire une sélection de ses clichés. J’abandonne assez vite ce projet face aux questions matérielles et artistiques qu’il soulève. Cependant, je n’abandonne pas l’idée d’une exposition mais avant cela je sens que j’ai à trouver une réponse à mon questionnement, notamment sur le sens et l’importance dans une vie d’une pratique artistique, ici la photographie, qui peut engendrer des conditions de vie extrêmement difficile et précaire mais qui semble pourtant plus forte que le quotidien. Je sens également l’envie, pour moi, de trouver une lecture juste de ces photographies, en respectant ma place, ce que j’ai pris, ce que j’ai compris de ces photographies et comment je peux faire vivre cet héritage aujourd’hui.

Patrimoine familial 

En 2007, je m’installe en Corse, j’ai appris à tricoter et à crocheter lorsque j’étais adolescente en companie de mes tantes en Corse. Je dispose de beaucoup de temps et je ressens le besoin de faire parler mes mains. Je crochète tous les jours et je m’intéresse aux matières naturelles, laine corse, coton, chanvre, ortie, teinture végétale. Je suis des modèles mais je sens que je cherche à sortir d’une pratique classique, quelques peu désuète du crochet. Je suis fascinée par les ouvrages faits par mes grandes tantes, des couvre-lits immenses, des nappes riches en détails. J’ai déjà une collection de trésors crochetés, simples carrés d’ouvrages abandonnés, bordure extrêmement fine d’un mouchoir minuscule, un gant de femme, seul, des entre-deux, des rideaux représentant des anges. Ce sont, soit des ouvrages immenses ou alors très petits. Outre l’esthétique, j’aime être en contact avec la matière, attraper le fil, l’enrouler, le laisser glisser autour de mes doigts, je m’émerveille du geste accompli, de la grâce qui s’en dégage même lorsque ma grande tante Antoinette s’exécute avec ses doigts ridés et noueux. Elle me raconte que ma cousine Domi, enfant, la regardait en train de crocheter et lui avait dit qu’il lui semblait voir deux papillons  en train de s’envoler. Je trouve la formule très juste, Antoinette sourit et moi aussi.

Plus tard, de retour à Besançon, c’est en confectionnant un rideau, que je décide d’animer en le découpant en lanières, que je m’aperçois  qu’il est possible d’utiliser les lanières de tissu pour crocheter. Je viens, sans le savoir, de réinventer la lirette[1]. Je sais que je touche, là, le mariage simple et fertile que je recherchais. Je découpe hâtivement différents textiles et je produis des échantillons aux crochets, je constate que le rendu est très inattendu car très variable selon la nature du textile. Je sens que cette découverte est très importante pour moi car elle me permet de réunir un grand nombre de valeurs aux quelles je suis attachée et que je souhaite développer dans ma pratique artistique et dans ma vie personnelle. Vivre et travailler en respectant la nature, recycler des matières premières, textiles, fils, qui représentent des déchets importants. Utiliser et actualiser des techniques anciennes dites de « de dames ».  Etre attentive à  l’histoire que véhicule chaque confection et choix d’un vêtement, d’un fil, d’une couleur par un travail de mémoire. Habiter et respecter le temps, naturellement long, que nécessite le travail manuel, découpage, façonnage, assemblage. Profiter de la liberté que donne l’imagination pour  transformer la matière textile et sa mémoire en de nouveaux objets poétiques et drôles.

  • Façonnage

Une femme sous influences

Ravie d’avoir enfin trouvé un chemin à explorer à travers ma pratique du crochet, j’exploite, pour commencer, les nombreux draps blancs en coton que je  possède et que j’utilise peu. Je commence à les découper afin de me constituer des bobines à crocheter. Cette première phase de travail, très répétitive, qui peut sembler très laborieuse et fastidieuse, me permet, en fait, d’être pleinement en contact avec la matière. Je m’aperçois que les draps sont usés à différents endroits que je sens beaucoup plus lisses, doux et fins sous mes doigts. C’est très touchant ce rapport à l’intimité des corps absents, ces frottements répétés, gravés.

Par ailleurs, cette activité me donne beaucoup de latitude pour laisser divaguer mon imagination. On trouve, à l’heure actuelle, de nombreux articles sur la relation entre tricot et méditation que je trouve tout à fait pertinente. Naturellement, après le découpage, je crochète une première fleur de drap,  la densité du textile appelle des formes simples, j’ai tout d’abord l’envie de me confectionner une tenture pour mon intérieur. J’aime la richesse qu’offre la matière textile à ces fleurs et je développe un des principes de base dans la pratique d’ouvrages au crochet : l’accumulation. Je fais donc naître, peu à peu, un champ de fleurs dont les tons de blanc varient et dans lequel ma fille s’étend.  Très vite, devant l’ampleur de la tâche, découpage, nouage pour la mise en pelote, crochetage « musclé » car cette matière est moins lisse et fluide qu’un fil, je sais que je ne peux pas garder toute cette production pour moi.

Je profite pleinement du temps naturel auquel me ramène ma pratique et je vois apparaître en filigrane de mes fleurs, les photographies de Damien Freis ainsi que les questionnements sur son univers et le mien, en construction…. Je glane des éléments de réponse relatifs à la trace, l’empreinte qu’on laisse au monde et que le monde laisse à travers les objets. Je perçois mieux la nécessité de l’Art, non pas comme un artifice occupationnel et simplement décoratif mais comme un  moyen très personnel d’expression sur le monde, au monde. Je découvre le temps des arts qui demande à chaque artiste de  créer, développer son propre langage. Je suis dans l’aire de mon temps, je suis sensible au ralentissement déclaré à travers différents mouvements, Slow Food, Slow Travel, Slow Sex, etc…. Je tombe sur le Slow Art prôné par l’artiste céramiste et performer Grayson Perry[2] en 2005 en ces termes « Artistes, je vous exhorte à passer du temps à développer votre travail avec un carnet de croquis avant de filmer depuis votre voiture. Réfléchissez longuement et sérieusement, discutez éventuellement de vos idées avec vos collègues au lieu d’appeler un fabricant et de commander tout de go une sculpture. Adoptez même cette attitude rebelle et toujours plus tendance qui consiste à réaliser vous-mêmes vos pièces.». Je suis d’accord, je trouve l’expression belle en français, j’adopte et je développerai mon vocabulaire artistique en utilisant « l’art lent ».

Cette même année 2010, Boltansky fait une exposition au Grand Palais pour la troisième édition de Monumenta, son installation s’intitule « Personnes »  à la manière d’une interpellation en « memento mori », je n’y vais pas mais ces monticules de vêtements m’inspirent beaucoup.

Un monde en noir et blanc

Je connais bien les clichés pris par Damien Freis, il a souvent exposé les mêmes séries de photographies. Après des études de photographies à l’EFET à Paris. Il cherche son style, s’essaie à la tendance floue puis baroque du festival de Venise, il aime la sensibilité très féminine du photographe Edouard Boubat photographiant sa muse Leila, il lit, suit et partage les voyages intimes et photographiques de Raymond Depardon, il se reconnaît dans la spontanéité fulgurante du regard d’Henri Cartier-Bresson,  il admire le  photographe Robert Franck avec ses « Américains » et ses photos, en forme de film. Il aime le cinéma qu’il pratiquera quelques peu avec les mêmes intentions de récit en Road Movie, « Paris Texas », « Les ailes du Désir »,  « Stranger than paradise », Wim Wenders, Jim Jarmusch et leur poésie décalée du quotidien. L’adaptation du roman « La marge » d’André Pieyre de Mandiargues en images sera un de beaux ces projets non-abouti. Il aime à déambuler dans la ville de Barcelone qu’il découvre lors d’un séjour en Espagne en 1985 où il se rendra également à Madrid, Séville. Il ira jusqu’à Casablanca.

Barcelona

Son attention se focalisera sur la ville de Barcelone pour ses pensions intemporelles et bon marché, son « barrio chino » très sombre et très animé, ses quartiers vétustes pleins de charmes, ses boutiques désuètes où les « peluqueros » (coiffeurs) bavardent volontiers sur le pas de la porte, ses échanges joyeux avec les catalans, la convivialité des bars à tapas, la sonorité de la langue espagnole, catalane, ronde et mélancolique comme dans les films d’ Almodovar à la manière de « Porqué te vas » jusqu’au Fado portugais de Madredeus ou Misia.

Aussi cherchera-t-il en arpentant Barcelone, à en saisir l’essence impalpable par la géographie des rues habitées ou désertes, des lieux bruts, sans fards, pour enfin attacher son regard à la beauté des hommes et des femmes qu’il croise au hasard et qui viennent se mêler au paysage urbain. Ses exigences de photographes le conduiront à s’acheter un Leica qu’il lui faudra dompter pour comprendre ses subtilités techniques,  ainsi qu’à développer lui-même ses photographies sur un papier baryté épais, très coûteux, dans une cuisine improvisée en laboratoire. Ce sera sa ligne de conduite pour exister en photographie. Il montera la galerie Maxence et lorsqu’il gagnera le prix Ilford en 1991 pour sa photographie « Plaza del Pie », il sera très fière de savoir que sa photo a été choisi par Raymond Depardon, membre du jury. Ses exigences auront raison de lui, ne pas céder à la faciliter des images de masse, aux expositions marchandes, vendre la photographie ou se vendre ? Je ne sais pas trop, j’ai juste compris que c’était difficile d’exister, d’être reconnu à travers la photographie sans se trahir, sans être seulement séduisant, j’ai compris que c’était important. Je pense que c’est important et que Damien Freis faisait déjà en quelque sorte de l’art lent. Un certain art de vivre et de concevoir son travail dans le monde.

Je comprends mieux, maintenant, pourquoi il m’était impossible d’exposer cent photos de Damien Freis, cela n’avait aucun sens, sans son regard sensible. Ainsi, les photos que j’ai choisi d’exposer sont celles qu’il avait lui-même élues et qui l’accompagnait dans son cheminement de photographe, dans son Barcelona in situ.

Itinéraires photographiques

J’ai visité différentes expositions photographiques, je me suis souvent régalée de voir mon œil emporté par l’image,  trompé par elle, transporté dans d’autres lieux, réels ou imaginés. Je me suis souvent posé la question des quatre murs que l’on suit, où s’étale des cadres, sans avoir à débusquer l’image.  Comme je n’ai pas de réelles compétences techniques en photographie, j’apprécie l’image mais j’avoue que l’espace souvent linéaire d’accrochage finissait par m’ennuyer. Ainsi, j’ai vu ses photos, soudain, comme un moyen d’explorer différemment l’espace, de mêler mes pièces textiles avec elles pour inviter à une autre déambulation, affûter le regard, partager et prolonger le dialogue avec le photographe Damien Freis. Proposer une installation et non une exposition comme un écrin pour nos deux univers.

  • De l’idée du beau dans la vie et…de la fantaisie

Ah, l’univers entier   Dans une fleur de lotus ! Bada Shanren

Rêve ta vie en couleurs…

Autant le regard photographique de Damien Freis était inexorablement noir et blanc autant j’aime les univers aux milles couleurs, teintes vives ou pastelles, mates ou brillantes, tristes ou pétillantes, froides ou chaudes. Les couleurs, pour moi, sont des diffuseurs d’énergie que l’on capte doucement, vivement, même parfois violemment. En ce sens, la couleur de mon environnement m’importe beaucoup. Il y a les matières et il y a les couleurs.  Comme un pied de nez à ma tendance multicolore, j’ai rêvé mes deux premières pièces textiles, monochromes, l’une blanche et l’autre noire.  Ces couleurs fondamentales se sont imposées à moi par le support que je souhaitais exploiter mais aussi par leur capacité à évoquer certains symboles. Ma pièce blanche, composée de draps blancs plutôt anciens et que j’ai intitulée  « On est dans de beaux draps » était très apaisante à manipuler. Le blanc souvent considéré comme une non-couleur[3], couleur qui défie également la gravité pour rendre la matière légère, couleur de deuil dans certaines cultures orientales et chez nous, occidentaux, couleur de pureté, liée à la naissance, à la virginité et encore aujourd’hui au mariage dont la robe n’a pourtant pas toujours été blanche. J’ai tenue cette contrainte du blanc liée à l’usage des draps pour m’apercevoir que j’avais cependant à ma disposition un nuancier de blanc, tous blancs mais différents.

Quant à ma pièce textile noire, intitulée  «  Noire », composée uniquement de vêtements noirs et majoritairement de vêtements de deuil, il m’a été plus difficile d’obtenir un noir complet. J’ai souhaité travailler avec ces vêtements noirs que l’on porte à de funestes occasions et qu’il est parfois difficile de remettre, de revoir sans évoquer leur usage. Cependant, il m’a été difficile d’obtenir un noir total, je tenais a utilisé mes vêtements ou ceux de mon entourage, ainsi, ce sont mêlés d’autres vêtements avec d’autres histoires bien moins funestes, heureusement.

Je suis clairement passée aux couleurs, lorsque j’ai composé ma cartographie familiale avec « Dans mon cœur », première pièce d’une série sur « La roue du temps », crochetée à l’aide des nombreux vêtements ayant appartenu aux membres de ma famille proche. L’attention aux couleurs, guidée par le hasard de la récupération, mon goût, ma compréhension visible et symbolique de la couleur m’amène sur l’ensemble des pièces textiles à aiguiser mon regard, à choisir une couleur pour sa puissance d’évocation  personnelle, tout d’abord, comme dans la pièce « Totem » et à explorer par le jeu des mariages,  des compositions que je veux chatoyantes  dans les pièces «  Anges » et  « Le temps des saisons ».

Crochet contemporain

Curieuse de savoir à quelle famille artistique je peux bien appartenir, j’ai découvert sur mon chemin, deux femmes dont les pratiques m’inspirent et me confortent dans l’idée que la technique du crochet ainsi que le détournement de la matière textile sont bien des outils d’expression contemporains. J’ai tout d’abord découvert l’artiste plasticienne française Aurélie Mathigot[4] dont le travail au crochet consiste à reproduire des objets du quotidien à taille réelle, en forme d’habillage de piano, de table,  de chaises, d’assiettes, fourchettes, couteaux, cuillères, de repas, fruits, pâtisseries. La pièce que je trouve très réussie reproduit l’habillage d’une chambre, plutôt féminine, où l’on découvre un couvre-lit crocheté qui laisse apparaître des vêtements féminins déposés sur le lit. Cette plasticienne travaille également à base de photographies qu’elle rebrode, ce travail que je trouve moins réussi, m’intéresse, cependant, dans son utilisation de la photographie, de l’image détournée en quelque sorte. L’univers que développe Aurélie Mathigot est peu coloré, elle utilise du fil coton blanc, écru, gris, pour produire ses œuvres, son univers me touche par la poésie, la douceur et la féminité qui s’en dégage.

Art essentiellement féminin, le crochet n’est pas la seule technique exploitée par l’artiste plasticienne portugaise Joanna Vasconcelos[5], cette artiste depuis peu très reconnue, notamment à travers une exposition intra muros au château de Versailles, produit des œuvres plutôt monumentales qui convoquent des techniques et des matériaux diversifiées. Elle a attiré mon attention en 2008 par le biais de deux productions, un piano à queue complètement recouvert de napperon au crochet ainsi que de nombreuses autres sculptures, principalement des animaux, lions, chiens, crabes etc…. Cette artiste plasticienne développe également des pièces plus monumentales au crochet lorsqu’elle habille le pont de Lisbonne et en textile dans une pièce toujours en cours de construction au fur et à mesure de ces installations et qui s’intitule « Contamination ».  J’aime la dimension immense avec laquelle cette artiste développe ses œuvres crochetées dans l’espace ainsi que les couleurs très vives et les formes abstraites développées dans ses œuvres textiles. Je partage son principe de recyclage  et d’accumulation qu’elle développe, par ailleurs, dans d’autres œuvres avec d’autres matériaux, couvercles de casseroles pour l’édification d’une chaussure géante à talon, tampons hygiéniques pour la confection d’un lustre. Bien que je trouve son univers parfois, peu poétique, j’apprécie surtout la fantaisie dont elle fait preuve dans la composition de ses œuvres tout en ayant une lecture sensible du monde actuel.

Le monde des fleurs

Lorsqu’on habite dans le monde du crochet, on habite aussi le monde des fleurs. La pratique du crochet permet de se composer un jardin fleuri, c’est très agréable de voir que l’on peut faire naître des fleurs et leurs couleurs pour composer toute sorte d’objets. Ce jardin demande une bonne dose de patience, comme tout jardin, et une palette de couleurs assorties. Ainsi, une artiste, Sophie Digard[6], créatrice de fleurs au crochet, essentiellement pour l’habillement, me séduit également beaucoup par son art de l’accumulation et des couleurs

Une source d’inspiration infinie

Enfin, sans rapport aucun avec le crochet, je suis une grande admiratrice de l’artiste peintre Fabienne Verdier[7], de sa démarche de travail, de ses choix de vie, de création et de ses œuvres complètes et dépouillées. J’écoute beaucoup la radio et je fréquente moins les musées, j’ai donc découvert cette artiste par sa voix. Il s’agissait d’une émission qui s’appelle « L’atelier » sur France Inter, j’étais en plein épluchage de légumes et malgré le bruit ambiant de ma famille, j’ai été capté par son récit. J’ai réécouté plus tard cette émission, dans le calme, j’ai lu son livre magnifique d’une traite, cette « Passagère du silence » est, depuis, toujours au pied de mon lit, affublée d’une vingtaine de marque-pages que j’aime à fréquenter régulièrement. Je me sens bien avec cette artiste car elle incarne vraiment un processus de création en osmose complète avec la vie elle-même. La technique qu’elle a développé en calligraphie durant de longues années en Chine, son processus de recherche sensible et simple, son inspiration naturelle, organique, poétique et dynamique jusque dans son implication physique totale dans le geste de peindre, sont pour moi autant de voies à suivre pour ma pratique artistique et ma vie personnelle. Elle représente, pour moi, clairement le lien entre la création physique de l’objet et le mouvement intentionnel, physique, intellectuel, spirituel qui l’accompagne. Fabienne Verdier, pense, rêve, réfléchit et danse sa peinture en y projetant tout son corps, toute son âme.

  • La géographie de l’installation : «  Le voyage de Pénélope et Barcelona in situ ».

Il s’agit, pour moi, d’exploiter le vaste espace de la grange du Musée des maisons comtoises à Nancray pour créer une déambulation photographique émaillée, filtrée par mes pièces textiles. J’ai envie d’éveiller la curiosité du public, que tout ne soit pas donné à voir immédiatement, que l’œil devine, découvre  les images, les textures, les photographies.

L’installation réunie vingt et une photographies de Barcelone, principalement. Les tirages présentés sont de formats différents car  j’ai utilisé les tirages originaux de Damien Freis, à l’exception de trois photographies tirées par le photographe René Barsot qui m’a lentement accompagnée dans le montage de cette installation photographique. J’ai également fait tirer en grand format, sur bâche, la photographie « Nou de la rambla » 1989[8].  Je trouve la composition de cette photographie extraordinaire et tellement représentative de l’atmosphère qui régnait alors dans les rues de Barcelone. Par ailleurs, Damien Freis souhaitait développer des tirages en grands formats, possibilité technologique rendue plus abordable aujourd’hui, dans une qualité tout à fait honorable.

Les pièces textiles installées dans l’espace sont au nombre de huit. Mes premières pièces[9]  « On est dans de beaux draps », « Noire », « Dans mon coeur»  que j’ai déjà mentionnées, sont accompagnées par « Anges », une structure métallique sculptée par Areski Sediki dont j’habille l’ossature avec des rideaux et des pans crochetés comme autant de pansements sur la peau. Chacune de ces pièces sont clairement installées au regard des photographies de Damien Freis, « Anges » fait face à une photo intitulée, elle-même, « Angels »1991. En ce qui concerne les autres pièces elles existent de façon plus autonomes,  « Métamorphose » est un lit cage en fer forgé qui rassemble des photographies familiales, pour moi, c’est un bateau,  qui raconte la valeur et le sens des photographies dans le temps et la mémoire familiale. Le « Tas ou amoncellement de souvenirs » est un monticule de vêtements prêté par l’association T.R.I. de Quingey, il me plaît de contribuer à sensibiliser le public à l’importance du recyclage et à l’existence de nombreux déchets textiles.

Mes deux dernières pièces sont, pour l’une, l’aboutissement d’un travail poétique sur le temps,  « Le temps des saisons », composé avec du textile et des fils anciens dont j’ai hérité. Cette tenture est le début et la suite de mon travail sur l’accumulation, la fragilité des matières, l’implication du corps dans l’œuvre, j’ai crocheté la moitié de cette pièce en suspension, debout.

Enfin, « Totem » me permet de me frotter à d’autres techniques, comme la broderie, d’utiliser la fonction de récit que représente l’édification d’un totem pour développer des images brodées, pour l’essentiel, en rapport avec mon histoire personnelle, mes images restées en mémoire. De forme simple, j’aime l’objet totem dans l’amplitude qu’il permet de donner au regard et à la lecture. C’est un travail que je souhaite continuer à  développer.

  • Le vivant

« Dance with love, for love. »/ Pina Bausch / Musique

Réunir des photographies, construire des objets, prendre place avec la matière, déjà. L’envie plus sensible de solliciter tous les sens à toujours été là. La musique en toile de fond pour accompagner ces bribes d’histoires, ces instants de mémoire. J’ai écouté, réécouté ces musiques, ces bruits qui parcourent ma vie, une vie. Mon travail portant sur le temps, j’ai choisi ces sons qui ponctuent un moment, le bruit de caméra en ouverture et fermeture d’une projection, une journée, temps chronométrique d’une horloge,  temps chronologique naturel, le bruit des vagues, le temps d’être en vie, les battements de cœur.

J’ai choisi d’intégrer entre ces rythmes artificiels ou naturels, des musiques, des chansons, des paroles, importantes, pour moi. La bande son venant compléter l’univers visuel. La performance s’intitule « Flashs »

Montage de 60 minutes, 30 minutes de 1 à 12 puis 30 minutes de 13. La bande-son tournera en boucle dans l’installation.

1.     Bruit de caméra super 8.
2.     Banse son, « Dans la ville blanche », Alain Tanner.
3.     « Tanguedia »,  Astor Piazzola.
4.     Horloge grand-mère .
5.     Nick Cave and the Bad Seeds, The mercy seat” (boxed set 2001).
6.     Battements de cœur
7.     Vincent Gallo, I wrote this song for the girl.
8.     Craquements.
9.      Mots Cécile, Carroussel.
10.   Marée vagues.
11.  Iréne Cara, Flashdance.
12.  Bruit de caméra super 8 .
13.  Craquements

Performance dansées, théâtralisées…à suivre

« Le corps et le point zéro » Michel Foucault

Comment faire vivre cette installation sans y intégrer une forme dansée, théâtralisée, vivante ? Je me suis posée la question du décor, cette installation n’est-elle qu’un décor ? Des corps.

J’ai pensé, rêvé, créé, crocheté,  brodé, découpé, lavé, encadré, sué sur ses objets, tout est vivant. Danser pour finir ou pour commencer. Danser pour célébrer.

J’ai quelques idées sur la forme,  je peux dire qu’il y aura quatre danseurs, cinq tableaux avec des transitions, qu’il n’y a pas de structure narrative, de début ni de fin, c’est une boucle. Les danseurs-comédiens, s’habilleront, se déshabilleront à vue, le trajet sera accompagné d’une bobine déroulée à même de signifier le temps approximatif des événements. Je peux décrire certains passages de cette performance dansée, théâtralisée, les deux premières images sont largement inspirées des images du roman d’André Pieyre de Mandiargues « La marge », roman situé à Barcelone…Le premier tableau se veut une mise en abyme rythmée puis au deuxième un tango ou plutôt un échange entre un homme et une femme, le troisième tableau est un souvenir de danse, le quatrième tableau est un jeu, le cinquième et dernier tableau est un rêve dansé, partagé. C’est tout ce que je peux dire car au jour où j’écris rien de tout cela n’existe vraiment, seule la certitude que le rendez-vous est donné pour mettre en mouvement cette performance dansée, théâtralisée, qui sait….

  • Réalités et perspectives rêvées

De l’ordre du réel

L’installation « Le voyage de Pénélope & Barcelona in situ » sera présentée du 5 septembre 2013 au 30 novembre 2013 au Musée des maisons comtoises de Nancray (25). Le vernissage et la performance auront lieu le vendredi 6 septembre 2013 à 18 heures (horaire à confirmer).

Le projet de cette installation a donné naissance à l’association/compagnie Angora & Tralala qui a pour but de développer des actions culturelles réunissant différents champs artistiques et de sensibiliser au  recyclage des déchets textiles notamment à travers le projet « Seconde peau » qui sera développé en 2013/2014.

De l’ordre du rêve en cours…

Je rêve que cette installation puisse voyager en France et à l’étranger dans différents musées, institutions et festivals, sensibles aux thématiques développées en photographie et en art textile. Pour commencer, je compte l’emmener au Festival du vent à Calvi (Corse), à Barcelone, Lucca (Italie), Paris, Genève et dans des endroits que je ne connais pas encore !

Je compte également obtenir davantage de Soutien financier afin de peaufiner la forme vivante qui pourra être proposée sous forme « live » ou encore sous la forme d’une projection vidéographique à même de tourner en boucle avec la bande-son dans l’espace de l’installation.

Enfin, je rêve surtout, pour l’instant,  de vivre cette première rencontre avec le public à partir du 5 septembre au Musée des maisons comtoises et le vernissage le 6 septembre à l’occasion de la forme vivante. Rendez-vous !

Bibliographie

  • BACHELARD, Gaston, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.
  • BARTHES, Roland, La chambre claire Note sur la photographie, Editions de l’Etoile, Gallimard, Le Seuil, 1980
  • BERTHOZ, Alain, Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob Poches, 2013.
  • BOLTANSKY, Christian, Monumenta 2010, Grand Palais, Beaux Arts éditions, 2010.
  • DEPARDON, Raymond, Correspondance new-yorkaise. Alain Bergala Les absences du photographe, Libération Editions de l’Etoile, 1981.
  • DEPARDON, Raymond, Les fiancées de Saïgon, Cahiers du cinéma, 2006.
  • DELEUZE, Gilles, L’image-mouvement/L’image-temps, Les éditions de Minuit, 1983/1985
  • DESPRES Aurore, Travail des sensations dans la pratique de la danse contemporaine. Logique Esthétique du geste. ANRT, 2000.
  • DEWEY, John, L’art comme expérience, Paris, Gallimard, 2010.
  • ECO, Umberto, L’Histoire de la beauté / de la laideur, Paris, Flammarion, 2004.
  • GAUTHIER, Brigitte, Le Langage chorégraphique de Pina Bausch, Paris, L’Arche, 2008.
  • GINOT Isabelle,MICHEL Marcelle, La Danse au XXe siècle, Paris, Larousse, 2002.
  • GRENIER, Catherine, Annette Messager, Paris, Flammarion, 2005.
  • LABAN Rudolf von, La Maîtrise du mouvement, Arles, Actes Sud, 1994.
  • LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, Contredanse, Bruxelles, 1997.
  • MERLEAU-PONTY, Maurice, Phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard, 1944.
  • PASTOUREAU, Michel, Dictionnaire des couleurs de notre temps, Christine Bonneton, 2007.
  • PASTOUREAU, Michel, Bleu histoire d’une couleur, Points, 2004.
  • SERRES, Michel, Les cinq sens, Pluriel, 1985
  • VERDIER, Fabienne, Passagère du silence, Dix ans d’initiation en chine, Albin Michel, 2003.

Discographie

  • BASHUNG,  Alain, Bleu pétrole, Fantaisie miliaire, L’Imprudence.
  • SALVADOR, Henri, Chambre avec vue.
  • FEIST, Let it die, The Reminder.
  • BECK,  Mutations, Sea Change, Odelay, the information.
  • Zazie, Totem.
  • Beth Gibbons and the rustin man,
  • OBEI, Agnès, Riverside.
  •  DOILLON, Lou, Places.
  • KEREN, Ann, Not going anywhere, La disparition, 101.
  • GALLO, Vincent, Buffalo 66 Soundtrack, When, The brown Bunny Soundtrack.

  1.  Technique ancienne de recyclage textile, les tissus usés étaient mis en  lanières puis crocheter au point de chainette et enfin assemblés bord à bord pour fabriquer des objets usuels comme, par exemple, des tapis.
  2. Source : http://www.largeur.com/?p=3236
  3. PASTOUREAU, Michel, le dictionnaire des couleurs de notre temps, Christine Bonneton, 2007.
  4. http://www.aureliemathigot.com/
  5. http://www.joanavasconcelos.com
  6. http://unjardindehilo.blogspot.fr/2010/06/bright-star-sophie-digard.html
  7. http://www.fabienneverdier.com/
  8. Voir le dossier photographique joint avec ce mémoire.
  9. Voir le dossier textile joint avec ce mémoire, les autres pièces en cours n’y figurent pas encore.

Hostal Don Quijote

Remerciements :

MERCI à mon Amour-Daniel de m’accompagner tous les jours, de partager le chemin et par tous les temps !
MERCI à mes enfants, mes perles, Jules et Lou-Andréa,  de composer avec moi,  une vie belle, sans mode d’emploi mais  toujours de l’amour.
MERCI à ma grande sœur, Valérie, pour sa générosité et son soutien permanent.
MERCI à ma famille corse, italienne, à mon père d’être toujours là.
MERCI à mes amis, Jacqueline, Laetitia, Bénédicte, Laurent, Julie, Marjorie, Anaïs,  d’avoir toujours les bras ouverts,  le regard bienveillant et le rêve en partage.
MERCI à Aurore Després et Pauline Chevalier pour leur générosité et leur créativité dans cette année de formation et d’échanges.