Archives mensuelles : février 2014

Processus de création et Plan de travail de « Kaprow en Eclats »

 DSCN3339

PROCESSUS  de CRÉATION et PLAN de TRAVAIL à distance

de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

D.U. Art, danse et performance – 2012

par Aurore DESPRÉS. Février 2012

 

Processus… initiation

Sur la proposition de Loic Reiter, étudiant du DU Art, danse et performance qui a présenté lors de la session 2 en décembre 2011 une « Lecture en partage » sur « L’art et la vie confondus » d’Allan Kaprow, un mouvement s’est enclenché sur la possibilité de ré-inventer, dans le cadre de la formation professionnelle, « 18 happenings in 6 parts d’Allan Kaprow », le premier « happening » produit pour la première fois en 1959 à New York par Allan Kaprow.

Avec l’opportunité de présenter  le happening lors d’Excentricités Rencontres étudiantes autour de la performance qui a lieu chaque année en Avril à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, Aurore Després, responsable pédagogique du DU Art, danse et performance et maître de conférences en esthétique de la danse à l’Université de Franche-Comté, Pauline Chevalier, maître de conférences en esthétique et histoire des arts à l’Université de Franche-Comté, puis Barbara Formis (maître de conférences en esthétique à l’Université Paris-Sorbonne- Laboratoire du Geste), David Zerbib (critique et enseignant à l’Ecole des Beaux-Arts d’Annecy et Fabio Kinas (doctorant de l’Université Paris 8 en scénologie et étudiant du DU Art, danse et performance) décident d’inscrire ce projet dans le cadre de la formation professionnelle et de réunir l’ensemble des étudiants du DU Art, danse et performance pour l’investir.

Droits d’auteur

Pauline Chevalier s’est chargée de demander les droits concernant la possibilité de ce projet qui s’est envisagé d’emblée comme un happening « à partir » des traces écrites/orales circulant autour de « 18 happenings in 6 parts » auprès de l’Estate Kaprow. Sylvia Bandi lui a fait la réponse suivante : « We have discussed your request with the Estate and find the project for the Festival ‘Excentricités’ very interesting. However since you note that it will not be a reinvention of the complete work but a shorter version inspired by ’18 Happenings in 6 Parts’ we don’t feel that you have to get any specific permission from the Estate. Of course we would be happy if you would keep us informed on the project and send us some images of it. Should you have any questions about this or the work of Allan Kaprow, please do not hesitate to contact us ».

Notre projet de « réinterprétation » ou de « réinvention » ne nécessite pas d’autorisation particulière à la condition qu’il ne s’agisse pas d’une reproduction fidèle et complète du happening. Cette réponse écrite peut donc nous laisser le champ libre pour un usage inventif de la partition de Kaprow.

A nous de déterminer encore et choisir le mot qui convient pour cette ré-invention ? reprise ? re-doing ? re-enactement ? re-création ?

Processus… programmation

Laurent Dévèze et Julien Cadoret donnent leur accord pour que ce projet prenne place dans le cadre d’Excentrictés 2012. Sont actés une date : le 19 avril en clôture de la soirée de performances qui a lieu à l’ISBA à partir de 18h30 ; un lieu : l’auditorium de l’ISBA.

Processus… action n°1

A la suite d’une réunion à Paris à la fin du mois de janvier à laquelle ont pu assisté Aurore, Pauline et Barbara, il a été décidé globalement :

– d’appuyer essentiellement notre ré-invention du happening sur la partition écrite et publiée par Michael Kirby en 1965 qu’a traduite en français pour l’occasion Pauline Chevalier, et sur les traces laissées par la perception de la reprise de « 1 8 happenings in 6 parts » qui a eu lieu à New york en 2007 dans le cadre du Festival Performa, à laquelle ont assisté Pauline Chevalier et Barbara Formis. Plutôt qu’une reconstruction, notre ré-invention s’envisage alors davantage une reconstruction des réceptions du happening.

Récit d’expérience de Barbara Formis :

« J’ai assisté en tant que spectatrice au re-doing fait par André Lepecki lors de Performa en 2007 à New York dans un grand studio/atelier dans le Queens qui appartient au couple « arty/people » formé par Bjork et Matthew Barney. L’atelier était au bord de la mer et donc face à Manhattan, la ville était lointaine, l’espace était ouvert, le ciel énorme et étoilé…Les spectateurs arrivaient à pied de la station de métro, et se retrouvaient devant ce grand entrepôt, la porte d’entrée était petite, on avait l’impression de faire incursion dans un lieu privé.

A l’intérieur de ce grand espace industriel, il y avait une boîte en bois, laquelle recopiait parfaitement les dimensions de la galerie d’art dans laquelle Kaprow avait initialement présenté 18 happenings in 6 parts en 1959. Il y avait déjà quelque chose de surréel dans le fait d’avoir reproduit un espace dans un autre espace, un lieu dans un lieu ; d’avoir reconstruit la galerie d’art de Manhattan de 1959 à l’intérieur d’un énorme atelier dans le Queens de 2007.

L’accueil était silencieux et protocolaire, il fallait impérativement avoir pris soin de réserver, aucune place n’était disponible pour des spectateurs supplémentaires. On nous fournit des papiers explicatifs de la pièce, avec les consignes précises de Kaprow : « vous êtes censés aller vous asseoir dans la salle qui correspond au numéro qui se trouve sur le premier papier qui vous sera donné à l’entrée, il y aura 3 actes, à chaque intermission vous changerez de salle. »

Une personne signale le début de la performance, les spectateurs sont invités à accéder à la « boîte ». Au niveau de la petite entrée, une personne donne à chacun des spectateurs trois petits papiers aux couleurs différentes tenus ensemble par une petite agrafe. Sur chaque papier, il y a un numéro. Je comprends deux choses : premièrement, je sais maintenant que je vais commencer par la salle 2, passer à la salle 1, et terminer par la salle 3 ; deuxièmement, je serai séparée des 2 personnes avec lesquelles j’étais venue. La distribution des papiers a été faite de manière à séparer les spectateurs entre eux. Ce facteur a été pour moi déterminant.

Ensuite, je négocie comme je peux avec les consignes, je m’assois où je peux, à côté de gens que je n’ai pas choisi, chacun des spectateurs paraît mal à l’aise.

Je me rappelle de différentes actions. En vrac :

–        siffler dans un sifflet

–        faire rebondir une petite balle,

–        jouer (mal) du violon,

–        presser méticuleusement des oranges, verser le jus dans des verres soigneusement rangés sur une table, boire le jus.

–        Peindre sur une feuille murale des cercles en rouge, des traits horizontaux en vert (ou des cercles en vert et des traits en rouge) superposer la peinture

–        Jouer à une sorte de jeux d’échec, avec des cubes en papier peint sur lesquels sont inscrites des chiffres. Etre très concentrés

–        Et puis, un projecteur de diapositives, avec le bruit qui lui est si propre, des diapositives dans une successions sans sens : la vénus de Milo, des cornflakes, des oiseaux dans le ciel, des pierres, des mains, des tableaux de la Renaissance.

Les intermissions entre les actes étaient signalées par une cloche style « école » très forte, presque étourdissante. Les intermissions étaient longues, très longues, interminables, j’ai appris par la suite que ce n’était que 15 mins chacune, mais compte tenu du fait qu’il était interdit de quitter la « boîte », les spectateurs étaient bien obligés de se parler. « Alors, t’as vu quoi ? C’était comment dans l’autre salle ? Ah bon, c’est ça, ce que t’as vu dans la salle 2, moi pas du tout, ce n’était pas ça… » et du coup, on reconstruisait par le dialogue l’ensemble de la pièce qu’on venait de voir (ou de ne pas voir, à dire le vrai).

J’ai assisté en 2010, à la réinvention de 18 Happenings in 6 Parts par Rosemary Butcher, lors de l’exposition Move Choreographing You organisé par la Tate Modern. Le lieu était installé proche de la Hayward Gallery, au Southbank Center. Comme pour la reprise précédente, il s’agissait d’un lieu près de l’eau, dans ce cas le fleuve, la Tamise. La pièce se déroulait sur une durée de 45 mins durant laquelle les spectateurs avaient la possibilité d’arriver et de repartir à leur guise. J’en ai donc profité pour arriver 15 mins après le début de la pièce, puisque je voulais terminer d’assister à une table ronde à côté…

Le lieu de la performance était dans un bâtiment en verre, à l’intérieur duquel la lumière du coucher de soleil pouvait rentrer. L’eau et le coucher de soleil, potentiellement un contexte sublime, mais en réalité rien de tout cela. Le bâtiment accueillait un restaurant, une librairie à l’intérieur d’une sorte de centre commercial, les visiteurs allaient et revenaient dans une ambiance très bruyante.

La pièce se déroulait au fond du bâtiment et donc dans une partie peu illuminée. Les spectateurs étaient divisés du reste des personnes par des cordes rouges, façon théâtre, qu’on pouvait aisément déplacer. Des bancs et des sièges étaient disposés en forme semi-circulaire autour d’un espace central au milieu duquel se déroulait la performance. Les spectateurs avaient l’air ennuyé. Il y avait une structure en bois ouverte à l’intérieur de laquelle des performeurs déambulaient en dégageant un ensemble de matériau : des énormes feuilles en papier, des cordes, des tubes en aluminium, des bâtons. J’ai trouvé la chose tellement nulle, ennuyeuse, lente, passéiste, énervante et, selon une expression anglaise que j’aime, « self-indulgent », que j’ai quitté l’espace au bout de 10 mins. Dommage, j’aurais pu vous en dire plus aujourd’hui ! »

So… 

Globalement, elles ont toutes deux souligné l’ambiance « protocolaire » et « cérémoniale » de cette reprise qui les ont d’ailleurs « surprises » au regard d’une certaine conception plus libre du happening. En réaction et en raison aussi du fait que notre happening ouvrira la fête de clôture d’Excentricités, Barbara suggère l’idée d’une atmosphère festive que nous pourrions susciter (musique de fin ?).

Elles ont aussi souligné leur intérêt pour les séparations et les distances activées par le dispositif en 3 salles différentes : des cloisons de toiles et de bâches plastiques transparentes distinguent trois espaces dans lesquels ont lieu des actions en simultané, et génèrent par là des mises en jeu sensorielles activant les expériences perceptives du spectateur entre ce qu’il peut voir/entendre/sentir/humer ou pas.

Le dispositif engage effectivement à faire de la séparation un concept opérateur majeur :

–       séparation en 3 salles où ont lieu dans chacune simultanément des actions. Cette séparation des salles est réalisée par des cloisons faites de bâches plastiques transparentes.

–       division du continuum temporel en 3 sections de temps séparées par 2 intercessions : Section 1 /Pause de 8 minutes environ/ Section 2/ Pause/ Section 3.

–       séparation des spectateurs entre eux puisqu’un papier remis à l’entrée leur distribue une sorte de partition type leur assignant une salle pour chaque section : Section 1 : salle 2 /Intercession/Section 2 : salle 1/ Intercession/Section 3 : salle 3… De fait, un couple pourra être séparé dans deux salles différentes.

Nous décidons de reprendre ce dispositif spatial et temporel en le ré-adaptant au lieu spécifique de l’auditorium qui présente une configuration circulaire.

Le dispositif ne présentera donc pas une succession de 3 salles en ligne mais l’espace circulaire de l’auditorium sera divisé en 3 en plaçant les cloisons de bâches plastiques au centre.

A la suite d’une réunion sur place avec Julien Cadoret, Loic, Pauline et Aurore, c’est bien au final cette option qui sera choisie : Pauline réalise les plans afin que les techniciens de l’ISBA puissent construire ce dispositif pour le 30 mars, jour où nous pourrons tester sa mise en place, avant de l’installer complètement le 14 avril.

La partition de Kaprow-Kirby comme pré-texte

Dans cette idée de « ré-invention », nous décidons que les actions décrites dans la partition de Michael Kirby ou dans d’autres partitions de « 18 happenings in 6 parts » que nous pourrions rassembler ultérieurement, pourraient donner lieu à des ré-interprétations par les étudiants professionnels du DU art, danse et performance en même temps que d’autres actions nouvelles pourraient aussi avoir lieu, actions à inventer à partir d’éléments directeurs perçus dans la partition de Kirby.

Par ce choix d’actions autres que celles performées dans « 18 happenings in 6 parts », notre happening se dessine ici clairement comme un autre happening qui ne serait pas pour autant autre ou étranger à des sources-traces-expériences-réceptions.

Nous décidons donc de solliciter les lectures et interprétations des étudiants du DU art, danse et performance par mail en leur demandant, à partir de leurs lectures de la partition Kirby-Kaprow, de transmettre un court script pour deux actions propres (c’est-à-dire que ces actions pourront être directement empruntées à la partition et/ou en être très librement inspirées par un élément ou une problématique choisie) en précisant :

– une description détaillée des actions

– la durée de ces actions

– les sons s’il y en a (intensité, durée, etc.)

– les couleurs en jeu

– s’agit-il d’une action collective ? en solo ? qui implique une participation du public ?

– déplacements envisagés (chaque subdivision de l’espace au sein de l’auditorium sera d’une dimension modeste)

– les accessoires utilisés.

Il s’agissait là d’ouvrir à des « interprétations » différentes de la lecture de la partition : qu’est-ce que la lecture de cette partition suscite ? En revers de médaille,  peu d’étudiants ont répondu à cette invitation (7), et il est probable que devant l’ouverture des propositions possibles, les étudiants, manquant de directions précises quant à leur position vis-à-vis des limites de leur « interprétation » possible ou non, n’aient pas pu véritablement s’y engager.

Une rencontre d’un dimanche matin à Besançon entre Fabio Kinas et Aurore pointe cet aspect : il est clair que dans un temps second, nous devions préciser des directions et offrir des structurations permettant les créativités. Pour cela, une autre réunion de travail s’impose à Paris avec Loic, David, Aurore (Barbara et Pauline étant absentes). Fabio à Paris ce jour-là y est alors invité… et intègre de fait l’équipe du processus de conception.

Un titre : Devant l’urgence et l’obligation d’inscrire un titre à cet événement dans les programmes, Aurore, ayant brièvement consulté Pauline et Loic, décide de le nommer Kaprow en Eclats en pensant que toutes les couches de signification de ce titre conviendraient bien multiplement et s’accorderaient bien précisément à notre propos.

 

Processus… Action n°2

Lors de notre réunion à laquelle a finalement participé seulement David, Aurore et Fabio, nos échanges sur les dimensions de séparation, de division, de mesure, de structure, de précision comprises dans le happening de Kaprow et aussi dans la partition de Kirby nous ont amené assez rapidement à dégager une conception dite « partitionniste ».

Mail de David : «  Suite à notre discussion vendredi avec Aurore et Fabio, et comme m’y a invité Aurore, voici quelques lignes pour synthétiser la teneur de nos échanges. Voyant Aurore réaliser des relevés de script, des analyses de partition, des listes de sons, des schémas gestuels, des décomptes de temps, etc… Etant tous par ailleurs à décortiquer le script des happenings pour en extraire des principes opératoires sur un mode analytique plus que synthétique, l’idée est apparue de structurer cette reprise sur un mode que j’ai proposé d’appeler « partitionniste ».

Pour un happening « partitionniste », dit David Zerbid.

C’est-à-dire une reprise qui décale l’expérience si frappante du contrôle notée par ceux qui ont participé à des reprises du célèbre événement de 1959. Le problème est de savoir à quoi peut bien servir une reprise du happening si ce n’est le constituer en objet théâtral à interpréter, ou nous permettre de mesurer la distance qui nous sépare de l’image qu’il a laissée, à savoir celle d’un événement libérateur des formes séparées de l’art, mêlant d’un coup les arts entre eux et semblant dissoudre la distinction entre artiste et public. Or, on découvre bien au contraire que les 18 Happenings in 6 parts travaillent fortement la séparation, la division, la partition, la mesure, la schématisation, la règle, le codage… Bien entendu, c’est par ce travail de composition que peut s’opérer ensuite la traversée, le brouillage, la synthèse. Mais a-t-on bien saisi le fonctionnement de ce travail de composition et de construction, non étranger à l’héritage du Bauhaus passé par le Black Mountain College ?

Une hypothèse de relecture et d’interprétation du happening dans le cadre d’une reprise pourrait donc être celle-ci : décomposons le happening, partitionnons  les 6 parts, mettons à jour les éléments qui composent les 18 Happenings, distinguons-les analytiquement pour les rendre sensibles autrement, et mesurer une distance historique susceptible paradoxalement de rendre le happening opératoire à présent. DZ.

Notre partition comme une re-partition

L’idée est lancée alors de re-partitionner encore la partition, de re-diviser encore les 3 espaces en 2 afin de simplifier la référence aux « 6 parts » des 18 happenings in 6 parts.

En déterminant 6 catégories d’éléments :

–      Lumières

–      Mouvements-gestes

–      Sons

–      Images

–      Objets-matériaux

–      Mots-Texte

… nous avons abouti alors à la répartition suivante :

Salle 1 : Une partie de l’espace comprendra les actions qui engagent essentiellement la catégorie « Mouvements-Gestes » tandis qu’une autre partie de l’espace travaillera davantage des actions « Lumières »

Salle 2 : Une partie de l’espace comprendra les actions qui engagent essentiellement la catégorie « Objets-matériaux» tandis qu’une autre partie de l’espace travaillera davantage des actions « Sons »

Salle 3 : Une partie de l’espace comprendra les actions qui engagent essentiellement la catégorie « Images» tandis qu’une autre partie de l’espace travaillera davantage des actions « Mots-Textes »

Cette re-partition s’est avérée extrêmement opérationnelle pour répartir les actions qui avaient été proposées par les étudiants.

Re-partition : Tableau N°1 

Aurore, Fabio et ensuite Loic et Pauline ont donc travaillé à élaborer un tableau nommé « Re-Partition N°1 » en se posant des questions sur la valeur « Images », « Mots », « Sons », « Objets », « Mouvements », « Lumières » de chacune d’elles… questions dont les réponses ne vont pas soi… En effet, malgré leurs aspects « formalistes » voire « formalistiques » qu’ont redouté Barbara et Pauline dans leurs premières réactions, ces catégories sont fragiles et poreuses… car, il ne s’agit pas ici véritablement dans le cas d’une manipulation d’objets, de mettre les objets d’un côté et la manipulation de l’autre !

Ainsi, faut-il ranger la peinture, si présente dans les 18 Happenings, dans la catégorie « images » ou dans la catégorie « objets-matériaux » ? Dans quelle partie, mettons-nous la « femme nue peinte en blanc » proposée par Barbara A.? Qu’est-ce que l’action proposée par Carole de « tourner le dos face un mur, de se mettre à l’écart dans une forme solitaire » : un mouvement ou une « image » ? Et les « oranges pressées » : les rangera-t-on dans « Mouvements-gestes », dans « Objets » ou dans « Images » ? Que dire de la « fille aux allumettes » proposée par Barbara ? Soit elle allume et souffle ces allumettes en mettant l’accent sur ces gestes et ces respirations, soit elle met l’accent sur ces petits objets qu’elle manipule… Choix, partis-pris donc pour certaines lignes directrices… les catégories jouent alors exactement comme des modes opératoires. Comme le souligne David, « la peinture joue tantôt comme forme picturale iconique, d’autres fois comme matière, voir comme cadre absorbant des objets (comme dans les combine paintings de Rauschenberg) ».

La répartition présentée dans ce tableau n°1 réalisée par Aurore et Fabio est donc tout à fait DISCUTABLE et doit être discutée… par les personnes qui ont proposé des actions, par celles qui encore vont en proposer, par tous.

PartitionN°1

PremièrePartitionKaprowEnEclats

 

Lectures analytiques de la partition pour dégager des concepts ou modes opératoires.

Le fait de poser ces « partitionnements » hypothétiques s’est avéré donc non seulement très intéressant pour les questions qui y surgissent et qui livrent des opportunités d’interprétation théorique et pratique, mais aussi extrêmement opératoire pour réaliser bel et bien une « partition », structure de base permettant nos improvisations.

Dans cette idée de « l’improvisation structurée », Aurore souligne l’opérativité de cette « re-partition » ce, aussi bien pour structurer nos choix artistiques que pour générer des actualisations de déploiements multiples qu’encore pour offrir à chacun des participants des structures permettant leurs libertés.

L’idée de ré-invention d’une pièce s’envisage alors ici non pas tant par la ré-interprétation des gestes, mouvements, actions qui l’ont constituée que par l’opération de lecture et d’interprétation en « improvisation structurée » des principes ou concepts opérateurs qui y président.

Une petite lecture analytique des sons, des gestes, des objets, des lumières, des images ou des mots notés par la partition de Kirby ou d’autres partitions montrent bien que certains principes y président qui participent directement aux choix artistiques de Kaprow. En les dégageant, nous soulevons et tirons quelques axes structurant une possible ré-invention qui travaille à la fois dans l’écart et une certaine proximité avec ses sources.

A propos de la re-partition spatiale :

Des questions esthétiques et techniques se posent au sujet des divisions de l’espace dans chacune des salles. Aucune décision n’a été prise à ce sujet mis à part peut-être l’idée de ne pas systématiser dans chacune des salles une même manière de partager l’espace, que donc plusieurs modalités puissent être envisagées spécifiquement en fonction des actions qui auront lieu : scotch blanc au sol, bandes de tissus suspendus, écran de projection ou simplement une répartition spatiale des chaises…

Une journée de travail autour du pré-montage du dispositif est programmée le 30 mars à l’ISBA et vous y êtes tous invités à y participer.

 

Processus… Action n°3

A la suite de ces travaux qui, de la conceptualisation tendent de plus en plus vers l’actualisation (ye ! le 19 !), nous visons la participation de l’ensemble des étudiants du DU Art, danse et performance à ce processus par l’envoi d’un grand courriel  comprenant trois types de documents :

–       Une présentation du projet à travers une sorte d’historique du processus de travail que nous avons fourni ensemble diversement… sorte de point sur les décisions qui se sont prises au fil de nos séances éclatées afin que tous puissent en avoir le fil, les détours et les rebonds et s’y raccorder

–       Un tableau présentant une première partition de Kaprow en Eclats structuré par l’idée de re-partition en 6 parts, à l’intérieur duquel nous avons placé les actions proposées par les étudiants dans le temps et l’espace. Ce tableau est complété et éclairé par un descriptif de chaque action qui ont été pour le moment proposées…. tableau qui comprend actuellement certaines cases plus ou moins vides ou pleines et qui se doit d’être complété et chamboulé par d’autres actions à définir.

–       Un document nommé « Principes opératoires pour Kaprow en Eclats» où il s’agit, au travers  de petites analyses de la partition Kirby-Kaprow en matière de mouvements, de lumières, d’objets, d’images, de mots et de sons, de préciser des thèmes, des lignes, des principes à l’œuvre qui puissent directement structurer d’autres propositions d’actions et orienter les choix que nous aurons encore à faire jusqu’à l’actualisation.

–        A la suite de ce courriel, par courriel ou lors de la séance ultime de préparation que nous avons programmé le 17 avril de 16H30 à 20h dans les lieux, nous vous invitons donc à réagir, à faire des propositions à partir de ce que vous pouvez observer, à proposer des actions possibles, à amener des objets, des vêtements, des ampoules et autres choses que vous aurez choisies, s’il est possible pour vous…

Processus… A suivre….

Aurore Després. Février 2012.

Serge Pey « Poésie/Performance » par M.P Duquoc

Compte-rendu de séance « Poésie/Performance » de Serge PEY (artiste poète d’action)

du vendredi 14 octobre 2011, Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon

par Marie-Pierre DUQUOC.

 

Il se présente : «j’écris, publie, performe ce que j’écris»

s’étonne que personne n’aurait lu ces livres,

Je n’ai pas noté le titre des livres concernés,

Agacée déjà par le ton que prend l’échange.

(+ tard je consulte internet s’agit-il de ceux-ci ? Lèpres à un jeune poète, principes élémentaires de philosophie directe, le mouvement performance poésie d’action ? Le rituel du renversement ?)

Chiara Mulas sa compagne est dans la salle, elle filme.

Il est debout sur une estrade, face au public assis, une quarantaine de personnes étudiants des Beaux-Arts, étudiants DU et quelques enseignants intervenants.

Je n’ai pas envie d’être là, une méprise m’empêche d’apprécier sa présence.

La veille, lors de la performance j’ai pris conscience d’une confusion entre Pey et Pouy, l’un poète l’autre auteur de polars dont j’ai découvert quelques mois plus tôt un petit livre co écrit avec Tatiana Trouvé : «Tentative d’affiliation » aux édition fiction du Mac/Val , Musée d’art contemporain du Val de Marne.

Un échange épistolaire entre un auteur et une administration imaginaire le BAI, Bureau d’Activités Implicites, crée par l’artiste Tatiana Trouvé.

La nature jubilatoire, l’humour grinçant de cet échange m’avait bien plu.

Je m’en veux de ma méprise. Regrette le supposé Pouy.

Je note :

Relation entre la vie et le langage

Partage et transformation de l’un à l’autre, de la vie au langage du langage à la vie, de moi à l’autre…

Pensée critique

Transgression des frontières.

«Assassiner le public » ( je m’irrite écrit « quelle connerie!»)

Je note encore :

L’égo est le degré 0 de la création on ne peut partager que de sujet à sujet

J’entoure le mot partage, surligne le mot sujet.

 

Il dit qu’il est poète au sens grec du terme.

Il dit qu’il écrit ce qui nous constitue en légendaire.

Il dit qu’il a appris à lire à l’envers, il raconte son enfance, au village on projetait des film, il allait les voir de l’autre côté de l’écran, c’étaient des films américains sous titrés il a appris à lire ici… Sa fille aussi a appris à lire à l’envers…

Je ne sais pas exactement à quel moment le public intervient.

Tali Serruya, étudiante du DU pose des questions, ces questions sont précises (j’ai oublié de les noter…)

L’exaspération de Tali me touche.

J’ai de plus en plus de mal à l’écouter, à rester en place, je me lève me sert un café,m’assois, note :

  • Critique du nouveau, nouveau = produit,

préfère la quête de l’inconnu, l’inconnu = naissance…

  • Rupture de l’ÉGO, pour accéder au sujet. L’art est justement la façon de s’instaurer en sujet. Inventer son histoire.

Mon attention s’effrite.

Je sors, me rend au toilette, je traine un peu, je regarde par la vitrine l’exposition en cours de montage, j’ai du mal à me revenir dans l’amphi, m’enfermer, je reste, je traine, prends l’air, le soleil, il fait beau, me résous à rentrer.

Il évoque : Armand Gatti, Julien Blaine ou julien Beck ? Un travail Partisan…

Je gribouille.

Je ne sais plus à quel moment se tient la pause… Imaginons que c’est maintenant  : nous sortons, échangeons, Marta Moore relativise, Tali s’agace, les uns s’amusent, je fais partie des énervés.

Retour, je ne sais plus exactement à quel moment il a été décidé de changer les modalités d’échange avec l’intervenant, avant ou après la pause…

Est ce que c’est à la dernière question de Tali : « que faisons nous ici ? » ou plutôt « qu’est qu’on fait ici ? pourquoi on est là ? Des enseignants prennent la défense de Serge Pey, l’un dit « Vous ne pouvez pas savoir, vous ne pouvez pas comprendre le risque qu’il prend…. » ( qq chose comme ça , )

Aurélie l’arrête, explique que le public n’est pas constitué que d’étudiants d’arts, qu’il y aussi des étudiants du DU art performance, composés aussi de professionnels…

propose une autre configuration d’échange, une discussion. Rainer Oldendurf un enseignant (que je reconnais après coup) ouvre l’amphi, le fond de scène s’ouvre sur la cour intérieur de l’école, jardin, silhouettes blanches, ciel bleu, la lumière du jour rentre dans la salle, il fait frais …

Carole Douillard (étudiante DU) propose pour changer la configuration de l’entretien de casser le rapport frontal installé jusqu’ici, elle s’assoit sur le bord de l’estrade.

Je ne la suis pas… Je suis incapable de bouger, de parler.

Je note, gribouille, écoute, n’écoute plus, gribouille, m’embrouille, gribouille.

Ce rapport sera lacunaire.

Écrit à la première personne du singulier pour retrouver le rapport du sujet au sujet ?

Il évoque : Une grotte. Une exposition à Toulouse, à l’Abbatoir, musée d’art contemporain de Toulouse. Un travail avec des gitans. Une danseuse de flamenco. Il explique pourquoi il utilise des tomates dans la dernière performance vue, entendue la veille.

Pêle-mêle je note :

Le public grand ennemi

A propos d’une question sur la moyenne posée par Julien, il dit :  il n’y a pas de moyenne, je me situe sur les extrêmes.

Je note encore Partage du sujet

(tapage, partage, ta pars, je pars)

Cuirasse caractérielle ou caresse caractérielle( je ne me relis pas)

En parlant d’un ami : Terroriste merveilleux. Combat. Attaque. Se battre. Messager. Orateur.

Je relève ses contradictions, son addiction du contre.

Ce rapport peut-il être objectif ?

Je n’entends plus rien. Ne peux plus écouter. Constituée en ennemie. Pas su éviter son jeu, la confrontation, sa guerre, sa colère… Sors de la séance épuisée.

Après coup je me suis fait la remarque que j’avais aussi la possibilité de refuser de me constituer en ennemie… Sur le moment je n’ai pas su le faire, je suis restée sur la défensive, hermétique et peu sensible, à son discours égotiste, à sa posture d’orateur totalitaire, autoritaire, à son addiction du contre, à l’emprunt trop littéral des formes orales issues des rituels chamaniques ou religieux qui le placent en visionnaire ou guide, l’installe au dessus de la mêlée, lui confère un statut de prêcheur, prédicateur, bonimenteur…

Cependant s’il n’exerce sur moi aucune espèce de fascination mais plutôt de rejet, je reconnais la sincérité de son engagement d’artiste et perturbateur, sa capacité à produire et exercer sur son oratoire un esprit critique…

Mon affectivité artistique me rend plus sensible à la forme proposé par Alexande Domini qui inclut dans le geste artistique, dans sa dimension politique et sa «vanité rédemptrice», l’aveu de son impuissance, l’hypothèse de son échec.

La métaphore de l’artiste en Don Quichotte, un huluberlu, illuminé, allumé et incompris n’est-il pas juste ? Et au fond Serge Pey l’incarne assez bien finalement ?

Cette comparaison de l’artiste en Don Quichotte met en dérision l’action artistique, la relativise. Et finalement la relativité du Don Quichotte est la même que celle du « terroriste merveilleux » de Serge Pey qui fait la guerre par les mots ou la guerre avec comme arme des avions en papier, une bienveillante innocence (dans les deux sens du terme) qui cependant sans risque pour l’autre, agit et constitue une autre voie politique.

« Fabrica Voxa 2011 » de Montagne Froide

Perceptions/Analyses de Fabrika Voxa 2011

Jeudi 13 octobre 20h – Espace multimédia gantner, Bourogne

Session 1 du DU Art, danse et performance de l’Université de Franche-Comté

par Marie-Pierre DUQUOC

FABRIKA VOXA, laboratoire sonore d’expérimentation en art et en poésie , réalisé par le collectif Montagne froide avec HEIKE FIEDLER, CHIARA MULAS, SERGE PEY, poètes COLLECTIF ACTION BUIDING, ALEXANDRE DOMINI …

Avertissement  : je n’ai pas retrouvé dans mes documents la feuille de salle.Ce rapport repose donc sur mes souvenirs de spectatrice, tente de les rassembler .

Performance de l’espace multimédia gantner 1 : SERGE PEY & CHIARA MULAS « Poésie-performance ».

Intérieur grande salle à l’étage de l’espace multimédia gantner

IMG_0781IMG_0800

IMG_0825IMG_0827

 Photographie Aubane Després.

Description:

Une bâche en plastique recouvre la totalité de l’espace scénique. Au sol 4 colonnes, lignes d’une dizaine de textes sur papier A4, sont disposés selon un rythme régulier, espacés d’un mètre environ, recouverts d’une vitre et d’une tomate au centre.

Au bout de l’allée quatre sots remplis d’eau, au fond et au devant de la scène, au sol deux marteaux.

Au fond une vidéo est projetée, un personnage mi femme mi animal tire une charrue, laboure la terre, elle porte sur la tête des cornes, des collants rouges, son torse est nue.

La vidéo passera en boucle sur toute la durée de la performance.

Les deux performeurs sont au fond de la scène.

L’homme en noir, Serge Pey à gauche la femme Chiara Mulas (personnage de la vidéo) se tient à droite vêtue en noir aussi.

Ils s’avancent vers nous, s’accroupissent devant le texte. Serge Pey le lit, le dit, le crie, le psalmodie, son ton est incantatoire… Chacun écrase la tomate sur la vitre, l’étale.

Elle ne dit rien, se tait, reproduit les mêmes gestes que Serge Pey, ils avancent au même rythme, elle le suit, en silence, il dit le texte, ils écrasent la tomate, avancent etc. Arrivent jusqu’à nous, retournent en sens inverse, reproduisent les mêmes gestes et rituels incantatoires. Les quatre lignes de textes sont recouvertes de tomates. Ils prennent l’éponge dans le sot, l’essorent, il dit son texte … Elle ne dit rien..

Ils prennent le marteau, brisent toute les vitres, il dit encore, le bruit des coups de marteau est assourdissant.

(je ne sais plus si dans cette performance Serge Pey porte des grelots aux chevilles pour rythmer sa mélopée.)

Durée de la performance 30 min.

Observations

Tous les éléments de la performance sont énoncés dès le début. L’installation agit ici comme une partition. Elle pose clairement le déroulé et théâtre des opérations. Expose son déploiement selon une logique, un déterminé de l’exécution performatif, qui ne sera pas ici démenti.

La présence de Chiara Mulas déroute, comment interpréter le rôle qui lui est assigné ? Vaillant et docile petit soldat ? Assistante dévouée du grand chef chaman ? Ombre silencieuse du poète ? Y a t-il ici instrumentalisation du féminin ? Rapport de supériorité, d’autorité de l’Homme sur la femme ?

Après coup, j’analyse cette présence non pas comme maillon faible ou élément secondaire au dispositif mais plutôt comme élément de contrepoint, une alternative aux imprécations de Serge Pey, son silence est aussi actif que la parole … Je ne me souviens plus très bien aujourd’hui de ce qui était dit ….

Performance 2 : ALEXANDRE DOMINI Action-performance-Sculpture-performance)

Intérieur petite salle noire de l’espace multimédia gantner

Description :

Dans un papier blanc de format A4, un homme plie un avion, en face de lui un amas d’avions en papier jonche le sol. Une image, dessin d’un bâtiment est projeté au mur. L’homme jette l’avion vers l’image, l’avion se tape au mur, échoue au sol pour grossir le tas déjà là… Il ne pose aucun temps d’arrêt, répète son action. Chaque lancé s’accompagne d’un cri soufflé ou cri de guerre. Sur la droite un cartel donne le titre de la pièce, il fait référence au personnage de Don Quichotte de la Mancha, le bref texte qui suit le présente.

J’observe quelques minutes la performance, l’homme semble être épuisé, le tas d’avion montre que le geste est répété depuis quelques temps. Le souffle qui accompagne le lancé rythme le geste, installe une tension. Le dessin appartient au registre de la bande dessiné ou de l’illustration, je ne reconnais pas tout de suite le palais de l’Elysée. Un drapeau français flotte au dessus de la grille ouvragé, les murs sont jaunes…

Durée longue pour le performeur 1 à 2 heures, variable pour le public spectateur.

Observations

Après quelques minutes d’observation, j’associe le geste de l’artiste à l’événement qui a eu lieu 10 ans plus tôt à New-York engendrant l’effondrement des Twins Towers symbole de la puissance américaine.

Le geste et l’arme ici sont inoffensifs, l’institution ici ne craint rien ce n’est que son image qui est ici visé, cependant l’artiste ici s’épuise dans un geste héroïque absurde, inutile et vain. La comparaison au personnage de Don Quichotte, doux dingue, fantasque et non crédible réfléchit (dans les deux sens du terme) le statut de l’art, l’artiste ou plus précisément de la performance et du performeur, dans l’espace social et politique. Inoffensif ou vain, ils, le geste, l’artiste, persistent.

Le terme de terroriste merveilleux utilisé le lendemain par Serge Pey pourrait-il ici prendre tout son sens ?

Performance 3 :COLLECTIF ACTION BUIDING

Action-plein-air_ sculpture-performance. Extérieur.

IMG_0835IMG_0864

 Photographie Aubane Després.

Description :

Un homme couvert d’un chapeau lit un passage de la bible, sur Moïse..

Autour, quatre personnes érigent un mur de briques, plates, rouges, 20 cm de haut sur 30 cm de large environ. Le geste est précis, lent, le tout tient dans un fragile équilibre. À droite sont disposés des piles de briques. Le public est invité à choisir une de ces briques qu’il remet à un des constructeurs pour ériger le mur. L’invitation se transmet par une paire de gants fleuris, gants de jardinier, que l’on vous invite à enfiler afin de prendre et porter la brique. Plusieurs pairs circulent. Sur les briques au marqueurs noirs sont tracés des mots, une dizaine, je me souviens de Etre, Avoir, Liberté, Foi … etc. (j’ai oublié les 2 mots que j’ai choisis). Pendant que le mur s’érige la voix s’assourdit, s’éloigne, s’éteint presque, le texte est à peine audible. La performance se déroulera jusqu’à épuisement du stock de briques pour cacher complètement le lecteur. Il se tait, se bat avec le mur jusqu’à son effondrement partiel.

Durée de la performance environ 30min, durée du final entre 30scd et une minute .

Observation

Une autre forme de rituel s’invente ici, pour impliquer le spectateur dans l’érection du mur, le passage du gant.

Le choix et la lecture du texte m’interroge, par son appartenance religieuse et mythe fondateur d’une part et le caractère laborieux de sa lecture d’autre part. Une écoute attentive m’ était difficile, pénible, provoquant l’impatience. La fin est annoncé,

les mots s’érigent, puis s’effondrent, la chute du mur était inévitable. Les mots être, avoir, foi, liberté etc. sont-ils des mots ou des maux ? Des mots et des maux ? Dix mots ou dix maux ? Les mots ne disent plus, maudissent ?

Un trouble persiste.

A l’instar de la performance de Serge Pey et de Chiara Mulas, le déroulement jusqu’au final est posé dès le départ et engage le public dans la durée et la fin annoncé. Le caractère déceptif de ces deux dispositifs participent ils de l’énoncer du dénoncer ?

Un contrat relie le spectateur au performeur pour aller jusqu’au bout du geste. Un contrat qui peut bien sûr s’interrompre mais nécessite de la part du spectateur un geste qui ressemble à une forme d’abandon : Je n’irai pas jusqu’au bout du scénario proposé.

Dans la proposition de Serge Pey c’est la configuration scénique qui établit le contrat.

L’action présenté par Domini nous laisse au contraire le choix de la durée, le spectateur peut-être de passage.

Il m’est plus difficile d’identifier ici les raisons pur les quels je me sentait tenu d’aller jusqu’au bout. Dehors on pouvait aller venir sortir rentrer librement. La nature de l’action qui induit une fin, une durée ? Le texte ? Le contrat de participation à la construction du mur qui en l’absence du public ne peut exister ? La nature de l’espace qui n’est pas un espace public ?

Performance 4 : HEIKE FIEDLER_Performance poésie sonore.

Intérieur, grande salle du haut

IMG_0949   

Description :

Au centre sont installés différents éléments, table ou socle haut, ordinateur, micro, mixeur, etc. au sol un rouleau de papier blanc, type calque ou soie ?

Elle débute en écrivant des mots ou signes rouges sur le papier, lit des fragments de texte, froisse le papier, en fait une boule…

Puis debout derrière l’ordi, le micro, elle dit ses textes amplifiés, les mets parfois en boucle, projette des images, collages d’images et mots dans un flux et rythme saturés, titres, images issus de l’informations, animations de mots…

Elle passe d’une langue à l’autre, français, allemand, espagnol, joue de locutions à leurs élocutions, joue avec le rythme de l’image projetée, la répétition, l’écho, l’accumulation, le flux, le fragment, le sens et non sens qui en découle.

Durée de la performance 30 min (selon mon souvenir)

Observations

Sensible à son écriture et posture de poète sonore, maîtrise parfaite de la diction, mon souvenir reste assez diffus, lacunaire. Reste le moment. Celui d’entendre d’être pris dans le flux d’images, de mots, une déferlante, de sons, d’événements, d’informations, un tsunamie, puis plus rien, l’oublie. Nature même du son destiné à l’oubli (selon Nicolas Frize (compositeur) entendu sur France Culture.

Performance 5 : … Performance sonore.

Description :

Je n’ai pas pu voir la proposition, je l’ai simplement entendu. L’espace des spectateurs était saturé. Je sais simplement parce que l’on me l’a raconté, que les sons étaient produits par un instrument nommé le Thérémine (que j’ai aperçu) et les déplacements des souris enfermées dans des boîtes en plastiques transparentes afin de voir leurs mouvements. Le musicien, chef d’orchestre provoquait le déplacement des souris pour produire des sons. Le Theremin, thérémine, theremine, theremin ou thereminvox est un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919, par un Russe (connu sous le nom de Léon Thermine). Boîtier électronique équipé de deux antennes, le thérémine a la particularité de produire de la musique sans être touché par l’instrumentiste.

Durée de la performance 15 min (selon mon souvenir)

Il m’en reste un souvenir sonore agréable…

 

 

Serge Pey « Poésie/Performance » par J.Travaillé

Compte-rendu de séance « Poésie/Performance » de Serge PEY (artiste poète d’action)

du vendredi 14 octobre 2011, Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon

par Julien TRAVAILLÉ.

TravPey

IMG_0781IMG_0797IMG_0825IMG_0827

Performance de Serge Pey & Chiara Mulas. Fabrica Voxa 2011. Espace multimedia gantner à Bourogne.

Photographie Aubane Després.

 

« Kaprow en Eclats », diaporama & photographies d’Arthur Babel et d’Aubane Després

IMG_9482
DIAPORAMA
de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow
Présenté à l’lnstitut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon (ISBA)
Dans le cadre d’Excentricités, Rencontres professionnelles autour de la performance.
Le 19 avril 2012.
Photographies : Arthur Babel et Aubane Després
Musique : Jean-Michel Després
Diaporama   A voir ici
Toutes les photographies d’Arthur Babel et Aubane DesprésA voir Ici

« Kaprow en Eclats », film de Christophe Monterlos

IMG_9554
FILM
de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow
Présenté à l’lnstitut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon (ISBA)
Dans le cadre d’Excentricités, Rencontres professionnelles autour de la performance.
Le 19 avril 2012.
Réalisation : Christophe MONTERLOS  :      A voir ICI
GENERIQUE :
Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

Organisation : Pauline Chevalier, Aurore Després, Barbara Formis, Fabio Kinas, Loïc Reiter, David Zerbib

Réalisation : Christophe Monterlos

Liste des participants :

1 – les 21 étudiants-professionnels du DU Art, danse et performance de l’Université de Franche-Comté, 3 enseignants-chercheurs en art et 4 étudiants de l’école d’art de Besançon, qui actent en paroles, sons, gestes, lumières, mots, images et manipulation d’objets : Barbara Amar, Jenn Bonn, Léonie Bruxer, Vanessa Charles, Mandine Chavanne, Pauline Chevalier, Anne Davier, Aurore Després, Carole Douillard, Virginie Duceux, Claire Dutilleul, Marie-Pierre Duquoc, Marie-Laure Fauduet, Barbara Formis, Marion Goudeau, Caroline Grosjean, Fabio Kinas, Antonin Lagarde, Frédérique Latu, Véronique Moutoussamy, Loic Reiter, Carolane Sanchez, Tali Serruya, Sylvie Tézier, Julien Travaillé, Paula Villaroel, Ximena Walerstein, Bak Yeon Dae.

2 – les personnes qui collaborent à la réalisation : Arthur Babel et Aubane Després pour les photographies, Christophe Monterlos pour la vidéo, Jean-Michel Després pour les sons et un étudiant du DMA Régie de Spectacles du Lycée Pasteur de Besançon, pour les lumières.

3. les spectateurs qui sont assis sur des chaises.

« Kaprow en Eclats » (2012) : Programme, Instructions & Tickets

ProgKapProgKap2

PROGRAMME

de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

Présenté à l’lnstitut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, ISBA, Excentricités, Rencontres étudiantes autour de la performance. 19 avril 2012, 19h00-20h00

Création collective sous la responsabilité d’Aurore DESPRÉS.

Organisation : Pauline Chevalier, Aurore Després, Barbara Formis, Fabio Kinas, Loïc Reiter, David Zerbib

Avec les 21 stagiaires/étudiants du D.U Art, danse et performance de l’Université de Franche-Comté et 4 étudiants de 3ème année de l’ISBA Besançon-Franche-Comté

Note d’intention :

Une reprise, en parties, et en partitions, des 18 Happenings in 6 parts. Avec cette pièce, Allan Kaprow invente à New York, en 1959, une catégorie d’œuvre qui transforme le rôle du public, les rapports entre les arts et la frontière entre l’art et ce qui n’en est pas. En réinvestissant cette œuvre fondatrice, il n’est pas question ici de la fétichiser, mais de la mettre à l’épreuve autant qu’à l’honneur. Reprise, re-enactment, reconstitution, restauration, revivification, re-doing…chacune de ces postures est possible…nous y avons préféré l’éclat, la fissure, la rupture étincelante, le changement brusque d’une remise à plat, d’une explosion. Interprétant à nouveaux frais son art de la partition, des coupures, des limites, des assemblages paradoxaux, la reprise Kaprow en éclats travaille sa capacité à remettre en jeu les pratiques et les positions de chacun. Pour recomposer une forme collective, en évitant les lieux communs, elle part de l’écart inattendu des éléments et de l’autonomie précaire des gestes. Une pièce défaite et reconstruite, selon une reconversion « partitionniste » de ses parties élémentaires, de ses atomes. Le résultat ressemblera ou ne ressemblera pas à la performance d’origine ? La réponse importe peu, pourvu que l’expérience soit vivante.

Remerciements à l’ISBA Besançon-Franche-Comté et à son équipe technique, à l’Université de Franche-Comté et à son équipe technique, au café Le Carpe Diem de Besançon pour le prêt de matériaux.

LISTE DES PARTICIPANTS de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

1 – les 21 étudiants-professionnels du DU Art, danse et performance, 4 enseignants-chercheurs en art et 4 étudiants de l’école d’art de Besançon, qui actent en paroles, sons, gestes, lumières, mots, images et manipulation d’objets :

Barbara Amar, Jenn Bonn, Léonie Bruxer, Vanessa Charles, Mandine Chavanne, Pauline Chevalier, Anne Davier, Aurore Després, Carole Douillard, Virginie Duceux, Claire Dutilleul, Marie-Pierre Duquoc, Marie-Laure Fauduet, Barbara Formis, Marion Goudeau, Caroline Grosjean, Fabio Kinas, Antonin Lagarde, Frédérique Latu, Véronique Moutoussamy, Loic Reiter, Carolane Sanchez, Tali Serruya, Sylvie Tézier, Julien Travaillé, Paula Villaroel, Ximena Walerstein, Bak Yeon Dae, David Zerbib

2 – les personnes qui collaborent à la réalisation : Arthur Babel et Aubane Després pour les photographies, Christophe Monterlos pour la vidéo, Jean-Michel Després pour les sons et, sous réserve, Romuald Boissenin pour les lumières.

3. les spectateurs qui sont assis sur des chaises.

 

INSTRUCTIONS de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

Festival Excentricités,  ISBA Besançon, 18h30-20h30, 19 avril 2012

La performance est divisée en six parties. Chaque partie contient trois happenings qui ont lieu en même temps. Le début et la fin de chaque partie sont signalés par un dong.

Trois cartes vous ont été données. Asseyez-vous selon les instructions qui s’y trouvent. En particulier, assurez-vous de changer de place pour la partie trois et pour la partie cinq.

Entre la première et la deuxième partie il y a deux minutes d’intervalle. Restez assis.

Entre la deuxième et la troisième partie il y a un intervalle de dix minutes. Vous pouvez vous déplacer librement.

Entre la troisième et la quatrième partie il y a deux minutes d’intervalle. Restez assis.

Entre la quatrième et la cinquième partie il y a un intervalle de dix minutes. Vous pouvez vous déplacer librement.

Entre la cinquième et la sixième partie il y a deux minutes d’intervalle. Restez assis.

Il n’y aura pas d’applaudissements après les sessions. Vous pouvez applaudir, si vous le souhaitez, après la sixième partie, mais il n’y aura pas de rappel.

Les spectateurs sont invités à ne pas fumer, à éteindre leurs téléphones portables. Il est aussi demandé de ne pas quitter la structure durant les intervalles les plus longs.

TICKETS de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

réalisés, selon 9 versions, sur des feuilles cartonnées rouges ou bleues ou vertes pour 130 participants soit en 390 exemplaires.

T1T2T3T4T5T6T7T8T9

Plans de la structure de « Kaprow en Eclats »

 

PLANS de la STRUCTURE

de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

DU Art, danse et performance – 2012

par Pauline CHEVALIER – Février 2012

Plan N°1 – Auditorium de l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Besançon (ISBA) – Division de l’espace en trois salles avec structures de bâches plastiques au centre et cimaises à la périphérie.

PlanN°1

Plan N°2 – Auditorium de l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Besançon (ISBA) – Division de l’espace en trois salles avec cimaises au centre et panneaux de bâches plastiques à la périphérie.

PlanN°2

Lignes directrices/Concepts opératoires de « Kaprow en Eclats »

ParcoursTrotteuse

LIGNES DIRECTRICES/ CONCEPTS OPERATOIRES

de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

DU Art, danse et performance – 2012

par Aurore DESPRÉS– Février 2012

A – Concepts à l’œuvre :

Idée de séparation entre différents espaces, entre les personnes, entre les actions, entre les séquences temporelles, etc + porosité, transparence ou circulation entre….

= Idée de différenciation-connexion entre les éléments

Importance des expériences sensorielles, des perceptions et du temps de la perception : voir/ne pas voir, demi-voir, entendre, écouter, toucher, humer, et partager, échanger sur ces expériences (pendant le temps important des intercessions)

Expérience du jeu et des règles du jeu

Importance de « l’ordinaire » mais aussi de l’incongru dans les gestes-mouvements, dans les objets, dans les images, dans les sons. Indiscernabilité vie/art.

Importance de la dimension rituelle et chaotique.

 

B – Lectures des mouvements/sons/lumières/mots/images/objets du script de Kirby

Voici les axes qui peuvent orienter nos adaptations, nos inventions, nos choix :

SUR LES  « MOUVEMENTS-GESTES» :

Présence : jeu entre l’indiscernabilité des performers (assis parmi les spectateurs) et la discernabilité réalisée par le geste et le mouvement. Passages entre mais sans coupures. Subtiles apparitions et subtiles disparitions des événements : tous les performers sont déjà dans leur salle dans une espèce d’indiscernabilité avec les spectateurs. Une seule exception : la « femme nue peinte en blanc » qui elle seule fait une entrée et une sortie.

Progressivité des « formations » : Première section : 5 solos / Deuxième section : 5 solos + 1 duo + 1 trio / Troisième section : 5 solos + 1 duo + 1 sextet + 1 groupe qui passe de 6 à 12 personnes. Il y a donc une certaine progressivité de la partition dans le nombre de personnes impliquées… une accumulation progressive d’événements, un « être ensemble » de plus en plus… ?

Axe de la Précision : mouvements décrits précisément, précision des gestes, présence de petits gestes….

Types d’actions  :

  • Se lever-s’asseoir                                                                    Placer/déplacer des objets
  • Secouer                        Trembler                                            Peindre
  • Souffler-Respirer                                                                    Rire                 Sourire             Crier
  • Tournoyer                                                                                  Danser le charleston
  • Lever/Abaisser les avants-bras                                         Presser des oranges
  • Transfert de poids par des pas                                           Regarder, observer (s’observer)
  • Se pencher                   Se Balancer                                       Faire rebondir

Flux : Les actions ci-dessus présentent pour la plupart UN FLUX ALTERNATIF, type oscillatoire ou aller et retour par la répétition, cyclique… Se lever/s’asseoir, se balancer, faire rebondir, presser des oranges ou les mouvements de charleston, etc.

Temps : Temporalité des mouvements plutôt soutenue (par la répétition) et quelquefois seulement soudaine.

Corps : Corps engagé globalement + Geste d’une partie du corps surtout de la main, du bras, des épaules mais aussi du regard, des yeux, des paupières, des sourcils, des lèvres, de la bouche (mou, sourire, cri, rire). Importance de la peau, du derme thermique entre le fait d’être nu, peint en blanc et le fait d’être habillé en « manteaux d’hiver ». Importance de la respiration : inspiration, souffle

Espace : Espace pluri-directionnel

DONC ce qu’il n’y a PAS : Sauter, parcourir, chuter, des impacts type frapper, des portés, des fermetures/des ouvertures excessives, des projections ou tensions spatiales et d’autres choses encore….

SUR LES « LUMIERES » :

  • Importance de la lumière et de ses couleurs.
  • Couleurs nombreuses et franches/ Importance de l’obscurité : « silence d’obscurité totale ».
  • Importance des couleurs des objets : violet, noir, blanc, bleu, vert, jaune…
  • Bain de lumière monochrome : bleu, vert, blanc, jaune
  • Un évènement d’ampoules clignotantes : 27 ampoules rouges, vertes, blanche, bleues, noires + un spot  avec alternance allumé/éteint.
  • Une sorte de tableau coloré en section 3 : « Forte lumière blanche/Violet/Rouge/Blanc/Pas de lumière/Violet »

SUR LES « OBJETS-MATERIAUX » :

Cette liste comporte à la fois des accessoires cités dans le script de Kaprow repris par Michael Kirby et des catégories d’objets pouvant être utilisés dans la reprise libre des 18 happenings in 6 parts. Bien évidemment, tous ces objets ne seront pas obligatoirement présents mais pourront servir de supports à certaines activités, voire d’inspiration…

Objets et accessoires :

  • des chaises colorées de différentes sortes, un tabouret rouge
  • des vêtements variés : manteaux, vêtements quotidiens, simples, accompagnés de baskets, de chaussures librement choisies
  • des boîtes de conserves de différentes couleurs (vides si possible)
  • un objet du type « pilier », ou axe vertical assez long (Exemples : manche à balais en bois, tube cartonné servant de base aux rouleaux de tissu de mercerie, élément de gouttière, etc.)
  •  pots de peinture
  •  ampoules de différentes couleurs
  • morceaux de tissus assez vifs, rouges, noirs, argentés, jaunes (pour un collage)
  • des oranges et un presse-agrumes
  •  papiers de couleur
  •  bannières (violettes) ou morceaux de tissus à suspendre
  • pancartes à tenir à la main, avec des inscriptions (morceaux de carton, de bois, etc.)
  •  balle
  • napperons de papier imitant la dentelle (pour dessous de gâteaux par exemple)
  • miroirs en pied

SUR LES « IMAGES »

  • photos de la femme nue du happening (ou toute image, photo, peinture, de femme nue… avec une possibilité de jouer sur les références)
  •  image d’un « grand machin noir cerclé de blanc avec juste une pointe de violet sur le cercle » : abstraction colorée reprenant peut-être des couleurs utilisées sur les morceaux de tissus déjà présents. Penser aux correspondances et échos de couleurs.
  • Diapositives présentant des images abstraites de rayures noires, roses, de largeurs différentes. Les diapositives peuvent être argentiques (idéalement, pour la projection lumineuse), ou sur PowerPoint, ou encore, être remplacées par des motifs rayés présents sur des tissus par exemple, le plus important étant la présence de motifs abstraits et de rayures (à la Daniel Buren, dans une référence anachronique)
  • Film présentant des images de larges éclaboussures, des points vert, des zones blanches, etc. Images fixes et en mouvement. Là encore : argentique (film Super8, diapositive) ou PowerPoint ou jeu sur double motif : en image (représentation) et en réalité (tissu éclaboussé de peinture), le jeu étant d’alterner la présence réelle de la peinture (suggérée par les pots de peinture et montrée dans les moments d’action) et ses images.
  • Diapositives alternant images abstraites et mots (adverbes, tels que « souvent »)
  • Collage de morceaux de tissu de couleurs vives
  • mots griffonnés, de toutes les tailles, dans tous les sens, de n’importe quelle manière, sur n’importe quel support : de la graphie comme image…
  • Papiers de couleurs collés sur le sol

SUR LES « SONS » :

La description des sons dans la partition donne assez bien la riche ambiance sonore :

« Son aigu changement rapidement nerveux léger restant à peine assez longtemps pour être entendu distinctement/ne changeant que très subtilement au fur et à mur qu’il se déploie/chuchotements inaudibles/un bruit comme des expirations/ des bruits comme le soulèvement d’un lourd parquet/son grave (avec une pulsation de 17 le sol en tremble/ bruit sauvage et constant/rire bref et calme irrépréssible comme depuis un tombeau/la foule rugit/Silence d’obscurité totale/Bref son de respiration dans les hauts-parleurs se transformant en rythmes grésillants presque sans tonalité/assemblages complexes de sons irréguliers/cri/Sons impossibles…

SUR LES « MOTS-TEXTES » :

  • Importance des mots écrits et des mots oraux.
  • Accent non pas tant sur le signifié que le signifiant : son, souffle, texture, timbre, volume OU graphisme si les mots sont écrits.
  • Onomatopées. Brisures des flux oraux ou écrits. Esquisses verbales.
  • Jeu entre le son et le silence, entre l’écrit et le non-écrit.
  • Eléments « Mots » soulevés de la partition Kirby :
  • Mot écrit sur une diapo : SOUVENT /Conférence de trois personnes  _entrecoupée _ silence _ pause _ insupportablement longue  _ entre des phrases _ incomplètes _ chuchotements _ inaudibles / griffonnés des mots brisés de toutes les tailles et de toutes les couleurs /groupe six personnes qui profèrent des mots _des mots que doivent véhiculer un sentiment de rituel et pourtant de non-sens /

Aurore Després – Février 2012