KRÖM (Philippe MONNET)

Enfant, l’ennui m’a autorisé la contemplation, la perte de temps, l’exploration, l’expérience… ma matière était la Nature, les éléments ; mon corps, un médium, naturellement. Par complexe, je m’en suis éloigné pour grandir, me civiliser, me cultiver, me mentir, me prostituer, m’exposer, avec ma « rebelléité ». Par manque de confiance, j’ai fait des études supérieures peut-être pour découvrir que j’étais tragiquement super rieur. J’ai dansé la gravité, incarné du faux, vraiment, dans beaucoup de lieux de non art, jusqu’à l’excès. Puis par véracité, guidé par mon clown diabolique, j’ai plongé en moi, mon corps, mon esprit, mon âme, encore plus prêt. Un long instant, je me suis tu…et, j’ai écouté…les mémoires…seul, avec pleins d’autres…j’ai écouté…le noir, le vent, le rythme, le rien, l’éclair… je peins la chair… je danse la mort… je célèbre la vie… oublier… j’ai surtout oublié… pas tout… j’ai ré appris, cherché… transmis aussi, la présence, le ressenti, la sensibilité, la proprioception, l’être… j’observe… comme un archéologue, je joue avec les miroirs, les genres, l’outre genre… je me recréé… je crée… comme un être vivant, je joue, je respire avec mon cœur, je saigne et je chie aussi… je chie et je me trompe… j’aime… et je continue, pour ne pas mourir… comme un débutant, je suis un débutant… J’investis la frontière pour appartenir à la Vie et ne pas être expert… Je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *