Sophie LEQUENNE

Sophie est comédienne formée à l’École nationale d’art dramatique de Montpellier, auprès de Ariel Garcia- Valdès, Michel Fau, Claude Degliame, Serge Merlin, Yves Ferry, Barbara Nicolier, Richard Mitou, Alexandre Del Perugia, Agnès Obadia (cinéma, etc. En parallèle, elle apprend le tango argentin avec Maria Belén Giachello et Claudio Dupas et fait des stages de danse contemporaine avec Patricia De Anna, Heide Tegeder (Pina Bausch), Yann Lheureux, Mic Guillaumes. Elle joue sous la direction de Vincent Macaigne, André Wilms, Laurent Pigeonnat, Barbara Nicolier.

En 2008, elle crée avec les membres de sa promotion le collectif d’acteurs Moëbius avec lequel elle joue Les Atrides : Chaos d’un héritage (Grenoble/CDN Dijon-Bourgogne/Le Printemps des Comédiens) ; Surveillances (Festival Imaginez maintenant) et dernièrement Sans Pères, très librement inspiré de AntonTchekhov (Grenoble/ Montpellier/Castelnaudary) et Antigone (festival Les Atypiques). Elle joue sous la direction de Cyril Teste du collectif Mxm dans Romances… (festival Hybrides), sous la direction de Josanne Rousseau dans Les Solitaires intempestifs de Jean-Louis Lagarce et de Patrick Haggiag dans Le Barbier de Séville. Elle travaille aussi avec le Théâtre des opérations : P.P.Pasolini (Rennes/Gare au théâtre), Purgatoire à Ingoldstast (en création).

De 2010 à 2012, elle gère et participe au Labo Investigation, laboratoire transdiciplinaire créé dans le cadre d’un projet Eurorégion entre la Catalogne, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

En 2011, elle met en scène avec Azyadé Bascunana La vie j’ai rien compris, d’après des textes de Jacques Rebotier (Théâtre d’O, Montpellier). En juin, elle tourne le flm Les Yeux fermés réalisé par Loran Chourreau puis tournera son prochain flm Ici nous partirons. En octobre, elle joue Le Garçon sort de l’ombre de Régis De Martrin, mis en scène par J.M.Besset au CDN de Montpellier.

En 2012, elle danse dans une première esquisse de Sacre, créé par Vincent Capes (vidéaste) et La Zampa. Elle collabore avec le photographe David Richard du collectif Transit et pose pour Bruno Geslin dans un travail autour de l’oeuvre de Pierre Molinier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *