Agnès DRU

Agnès Dru se définit comme une chorégraphe, interprète et chercheur. Elle a été formée au Ladja /Damie et participe dans le convoi de troupes dans l’AM4 (Association Mi Mès Manmay Matinik) en Martinique. Pendant deux ans, elle part à New York à l’Alvin Ailey American Dance Theater où elle se forma à la technique Katherine Dunham, Horton et Graham. Elle renforce son expérience avec Bernardo Montet au Centre chorégraphique national de Tours (CCNT) pendant une année et suit une formation de plusieurs mois pour le « DE danse contemporaine » au Centre national de la danse à Pantin (CND). En 2008, elle obtint un Master en Phénoménologie et danse à Paris I-Sorbonne (et actuellement elle termine un autre Master en Anthropologie créole à l’Université Antilles – Guyane) parallèlement à son travail en tant qu’interprète au sein de la compagnie Heddy Maalem (Le Sacre du printemps, Black Spring, Champs de Forces). Pendant une période de cinq mois en 2009, elle mène un travail de création pour les enfants en maternelle autour de la musique classique et les danses traditionnelles à Maïman, sur le fleuve du Maroni en Guyane française parmi les Bushinengués. En reconnaissance de son travail, elle est invitée à assister aux rituels de deuils dans les traditions bushinenguées. Avec sa compagnie AD, elle travaille tout ce qui touche à la question du métissage, de la diversité, la question de la différence culturelle et la relation à l’ « Autre ». Elle participe en Mars 2011 à «Fulgurance» – projet chorégraphique de « l’année d’Outremer 2011 » – au CCNT-Quartz, auprès de Bernardo Montet et Benoît Lachambre. Lauréate de «Visa pour la création Afrique-Caraïbes-Océan Indien 2010 » du Ministère des affaires étrangères-Institut Français, elle est en résidence pendant six mois à la Cité Internationale des Arts de Paris et à Micadanse où elle présente à plusieurs occasions les fruits de son travail chorégraphique. De Juillet 2011 à Février 2012, elle travaille et présente la progression de son solo aux « Lundi de la danse » du Théâtre Darius Milhaud à Paris. Depuis Février 2012 jusqu’à ce jour, elle travaille sur un solo interactif en Guyane à l’Encre et à développer une danse thérapie caribéenne en Martinique en collaboration avec l’hôpital psychiatrique de Colson et en Guyane avec les Amérindiens et Bushinengués à Maripasoula et valide par là-même la pratique du diplôme de danseuse thérapeute en rythme avec France Schott Bilmann. De Janvier à Février 2013, à l’alliance française de Salvador, elle présente « Kalunga » et « Conférence Dansée » à l’institut français de Port au Prince en Haïti. En Juin 2013, elle présente la première chorégraphie du projet DMT à l’Atrium Martinique en collaboration avec 70 effectifs de l’hôpital psychiatrique de la Martinique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *