Catherine CONTOUR

Elle explore le corps, le mouvement et la représentation dans les domaines du spectacle vivant et des arts plastiques, à partir d’une double formation en danse contemporaine et en arts à l’ensad/Paris. Animée du désir de poursuivre le travail d’ouverture de l’espace et de la pensée de la danse, son parcours d’artiste-exploratrice se conçoit comme une recherche en mouvement, faite d’hypothèses plus que de principes. Le processus de création rencontre le public à travers des formes variées, conçues pour des lieux et enrichies de croisements avec le son, le graphisme, le design, la céramique et le paysage.

Sa passion pour les jardins et les lieux s’exprime à travers de nombreuses pièces telles que des autoportraits chorégraphiques et des Plages : créations uniques pour un lieu, mode d’habitation éphémère qui invitent nageurs et baigneurs à se glisser ensemble dans une expérience intime et collective (Une Plage à Royaumont, août 2012).

Elle développe actuellement un projet en trois actes sur le site de Lamelouze dans la vallée du Galeizon en Cévennes dont la création d’un protocole de danse pour la pleine lune et du plus petit jardin municipal. En résidence à la Cité de la céramique à Sèvres, elle travaille sur le bol-sein en lien avec les rites de préparation du thé et les jardins japonais et chinois et bénéficie d’une bourse Hors les Murs de l’institut Français en 2014 pour un séjour au Japon.

En 2000, elle découvre les liens subtils qui unissent processus hypnotique et processus de création et bénéficie d’une bourse du CND pour sa recherche sur L’outil hypnotique pour la création (2010). Elle explore les possibilités artistiques de l’hypnose et propose des expériences esthétiques basées sur une mise en mouvement des imaginaires.

D’octobre 2013 à juillet 2014, la création Plongées se décline en 10 opus à la Gaîté Lyrique/Paris pour Danses augmentées.

www.maisoncontour.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *