Diogo PIMENTAO

Depuis dix ans, Diogo Pimentão, artiste portugais, cherche à ouvrir l’horizon du dessin et de ses conventions à d’autres dimensions, d’autres processus et d’autres outils. L’ acte de dessiner implique une relation près de la chorégraphie du corps.  » Sa recherche associe, par le moyen de la trace ou de l’empreinte, de la ligne ou du tracé, l’aléatoire à une technique maîtrisée. La feuille peut être pliée, enfouie dans des supports, ou posée par terre afin d’y imprimer des mouvements. Son recours à la performance est une forme de partage de cette expérience élargie du dessin, au cours de laquelle il s’engage dans des phases de fabrication de ses pièces. Il donne ainsi des pistes pour appréhender ses dessins sur papier, les sons et les gestes qui y sont, en quelque sorte, imprimés. Le graphite, qui peut être solide ou poussière, est la source de nombreux dessins. La trace d’un geste soigneusement chorégraphié ou l’empreinte de son corps en mouvement se fixent sur une surface ». Anaël Pigeat, Diogo Pimentao Au-delà du dessin, Art Press 390, juin 2012.

Le travail de Pimentão refuse toute hiérarchie entre le dessin et la sculpture, l’intention et l’improvisation. Avec ses dérivés ou ses effets, il est comme un jeu constant des points de vue , une langue dans la tentative de se définir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *