Fanny DE CHAILLE

De 1996 à 2001, après des études universitaires d’Esthétique à la Sorbonne, Fanny de Chaillé travaille avec Daniel Larrieu au Centre chorégraphique national de Tours. Assistante à la mise en scène, dans un premier temps, pour les pièces « On était si tranquille », « Feutre » (dont elle compose la musique avec Rubin Steiner) et « +Qu’hier », puis en tant qu’interprète pour « Cenizas ». Fanny de Chaillé collabore en parallèle aux travaux de Matthieu Doze (réalisation des films du solo sous eXposé) et à ceux de Rachid Ouramdane (elle est interprète sur « Face cachée » et « À l’oeil nu » et réalisatrice sonore pour « Au bord des métamorphoses » et « Les Morts pudiques »). Avec Gwenaël Morin, elle joue dans le film « Anéantis Movie » et dans les pièces « Guillaume Tell », « Philoctète » et « Lorenzaccio ». Depuis 1995, elle crée ses propres pièces, installations et performances : « Karaokurt » (1996), karaoké réalisé à partir de l’oeuvre de Kurt Schwitters, « l’Ursonate » ; « La Pierre de causette » (1997), installation-performance ; « Le Robert » (2000), performance pour un danseur et un dictionnaire ; « Le Voyage d’hiver » (2001), lecture performance à partir d’un texte éponyme de Georges Perec ; « Wake Up » (2003), concert pour 55 réveils préparés ; mais aussi « Underwear, pour une politique du défilé » (2003), « Ta ta ta » (2005), « AMÉRIQUE » (2006), « Gonzo Conférence » et « À nous deux » (2007), pièces chorégraphiques.

Fanny de Chaillé collabore par ailleurs en tant qu’assistante avec Emmanuelle Huynh, pour « Cribles et Shinbaï, le vol de l’âme » (2009), et avec Alain Buffard, pour « Tout va bien » (2010) et « Baron SAmedi » (2012). Elle a fondé avec Grégoire Monsaingeon le groupe « Les Velourses », duo musical répondant à des commandes ; ils conçoivent ensemble « Mmeellooddyy Nneellssoonn » dans la série intitulée « albums » du Théâtre de la Cité Internationale à Paris où elle est artiste associée pendant trois ans. Elle présente en 2010, lors d’un “Week-end à la Cité”, « La Bibliothèque » menée avec 23 résidents de la Cité universitaire internationale, projet qu’elle continue régulièrement à mettre en oeuvre en France et à l’etranger. En 2011, elle y crée « Je suis un metteur en scène japonais », et « Passage à l’Acte » co-signé avec le plasticien Philippe Ramette. Elle met en scène un texte de Pierre Alféri, « COLOC » dans le cadre de l’Objet des Mots/ActOral 2012. En 2013, elle est invitée du Nouveau Festival du Centre Pompidou et propose avec la scénographe Nadia Lauro, La Clairière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *