Kenneth WHITE

Le nom de Kenneth White, poète et prosateur, est lié non seulement à une Œuvre considérable, mais aussi à un projet culturel d’envergure, qui a son point de départ dans la notion de « nomadisme intellectuel », la Géo-poétique. Vivant sur la côte nord de la Bretagne, installé en France dès 1967, l’auteur, d’origine écossaise, a entrepris un lent et obstiné travail pour retrouver les grandes forces originaires, localement celtes, aujourd’hui bien enfouies ou dévoyées et aller vers une culture première, potentiellement mondiale. Il développe ainsi une approche révolutionnaire de l’anthropologie celte qui le pousse en premier lieu à pourfendre toute la « celtitude » folklorique, voire même des mythes fondateurs. « La celtitude est une notion socio-politique moderne, une attitude de défense, tout le contraire d’un élan originel », qui passe entre autres par l’affirmation d’un isomorphisme entre le paysage physique et le paysage humain.

C’est pour retrouver cette énergie potentiellement planétaire mais disparue, au moins en surface, de notre Modernité, que White entreprend également son périple mental et géographique à travers d’autres cultures qui ont conservé dans leurs arts quotidiens, leurs mœurs, leur langage, par fragments, un sens premier de l’unité cosmique : l’Orient.

En « homme de la pluie et du vent », au sens que lui confèrent les Chinois, Kenneth White propose de « s’orienter » vers un lieu de réconciliation entre un Occident et un Orient de la pensée, sur la voie d’une pensée « originaire » arbitrairement scindée deux à trois millénaires plus tôt. Il ne s’agit pas d’un melting pot de la fin, mais d’un creuset des commencements.

Notes biographique d’après Michèle Duclos, UFC

http://www.kennethwhite.org/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *