Trajal HARRELL

Le travail chorégraphique de Trajal Harrell, présenté à New York, Berlin, Bruxelles, Mexico, Angers, Vanves, Amsterdam, Zagreb, San Francisco, etc., confronte depuis dix ans les esthétiques du voguing et de la danse postmoderne. En 2009, sa pièce Twenty Looks or Paris is Burning at The Judson Church, présentée au New Museum de New York, imagine une rencontre improbable entre les deux pratiques. Le terme de voguing fait référence aux compétitions organisées dans les cafés de Harlem dans les années 60, où les participants, afro-américains, latino-américains pauvres, gay le plus souvent, reproduisaient les postures et démarches les plus outrées de l’univers blanc de la mode, des stars et du glamour. Dans le même temps, la Judson Church à New York réunissait des artistes tels que Trisha Brown, Lucinda Child, Yvonne Rainer, Simone Forti ou Steve Paxton qui faisaient table rase des règles établies de la représentation spectaculaire en danse. La Judson réunissait un public de la middle class tandis que le voguing attirait un public des classes pauvres, non blanches et nourries de culture populaire. De cet antinomisme formel, Trajal Harrell relève le défi de la rencontre et réalise une pièce épurée et minimale qui réunit pourtant les ingrédients de la culture voguing à celle de la Judson Church. Le travail sur l’apparence, la posture sociale, le look hypertrophié, l’homme d’affaire et la star de cinéma se retrouvent sur un même plateau, interprétés par un Trajall transfiguré à chaque passage par le changement de simples accessoires ou costumes.

http://betatrajal.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *