Emmanuelle OLLIER

Docteur en Histoire de l’art et ceinture noire de judo, elle a consacré sa thèse, menée sous la direction de Thierry Dufrêne, à L’expérience de la liberté en peinture. L’apport des arts martiaux dans l’oeuvre artistique d’Yves Klein. Membre-chercheur de l’équipe de recherche Histoire des Arts et des Représentations (HAR) à l’Université Paris-Ouest Nanterre/La Défense, et associé au laboratoire Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport (CRIS) de l’Université Lyon I, ses recherches portent sur les questions de récupération, de réappropriation et de réinterprétation des arts du combat asiatiques et de leur philosophie d’action par les artistes dès le début des années 50, dans la formalisation de leurs gestes performatifs et la construction de leur mythe. Après avoir participé au sein des Archives Yves Klein de 2003 à 2008, à l’inventaire, au classement et à la conservation de son fonds manuscrit, photographique et audiovisuel, elle travaille actuellement à l’écriture d’une monographie de l’artiste aux éditions Ligeia. Par ailleurs, elle a collaboré au montage de l’exposition Extra-Large. Œuvres monumentales de la collection du MNAM à Monaco, et à son catalogue bilingue paru aux Éditions du Centre Pompidou (2012). Auteur de plusieurs essais sur le Nouveau-réalisme, elle a dirigé et coordonné les deux derniers numéros de la revue Ligeia. Dossier sur l’art, dont Corps & Performance qui vient de paraître début 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *