Mark Tompkins « Origines, genres et identités : le geste déplacé »

Compte-rendu de séance « Origines, genres et identités : le geste déplacé » de Mark Tompkins (artiste chorégraphique)

du vendredi 9 décembre 2011, Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort

par Tali SERRUYA.

hommages-1

Mark Tompkins dans Hommages (1998)

Exercices pratiques :

  1. Echauffement dans l’espace : marche.
  2. Marche dans l’espace avec les yeux fermés, que l’on ouvre et referme de temps entemps très brièvement, comme si l’on prenait une photo de l’espace. Changementdes rythmes de la marche (très lentement, courir, etc….)
  3. Massage individuel, chacun sur soi.
  4. Massage collectif. D’abord 2 par 2 : je masse quelqu’un d’autre qui me masse enmême temps. Même exercice à 4 : je masse quelqu’un d’autre et je suis massé en même temps. J’essaye de masser l’autre avec d’autres parties de mon corps que les mains.
  5. Présentation d’une petite performance en solo, d’environ une minute, à partir de la pièce « ICONS, Hommage à Valeska Gert » (1998) et de nos ressenties écrits auparavant.

Transformation d’un état —////— Changement d’un état.

Il faut trouver le moyen de se piéger à soi-même pour être vierge à chaque fois qu’on crée.

Mark Tompkins travail autour du changement d’un état, ce qu’il appelle CUT.

Notion d’« images complexes » : images avec une profondeur.

« Une image complexe est une image avec plusieurs dimensions – d’abord le surface appeal, l’apparence vraisemblablement superficielle. Ce que vous voyez. Le premier degré. Puis il y a la contradiction, contenue dans l’image à travers l’accumulation et la distribution des forces antinomiques. What you see is never what you get.Le deuxième degré. Ensuite s’ajoutent, par les processus d’association, de citation et de référence, tous les sens, inversions, contradictions et contresens imaginables et inimaginables. Une image complexe oblige le spectateur à travailler, à s’étonner, à réfléchir, à construire son propre point de vue à partir de ce qui est donné. Et honnêtement, j’adore quand le spectateur travaille ».1

  1. Surface superficielle
  2. Symbole
  3. Sens et contresens des associations des idées

Souvent, une image complexe arrive entre 2 scènes, à un moment de transition

Plusieurs niveaux de lecture

Jouer avec le vrai et le faux

Construire
pour détruire                                                                    ouvrir des nouvelles perceptions
ou
amener le spectateur quelque part

d’autre

Déstabiliser le regard du spectateur

Il faut ouvrir le public pour qu’il puisse recevoir : regarder, écouter, sentir différemment, et qu’il devienne un témoin engagé.

S P E C T A C L E : représentation (faire semblant) avec des moments d’authenticité grâce à un processus de recherche et d’exploration authentique.

PROCESSUS = RECHERCHE + APPRENTISSAGE

Visionnage d’un extrait de la pièce « ANIMAL » (2005) :

« ANIMAL Mâle est une fable qui nous a permis de confronter la physicalité animale du corps à la rhétorique du discours (quel qu’il soit). Avec ANIMAL Femelle, nous tentons, à l’intérieur de la même dualité, de compléter un peu la donne, en introduisant le désir et le trouble que nous inspirent les femmes. Dans cette nouvelle version, Eve ou Lilith mènent la danse. Et c’est la lutte, sous toutes ses formes, qui constitue notre bien commun.

ANIMAL, Mâle et Femelle, met en scène la tyrannie du verbe et la résistance du corps. La relativité du dominant sur le dominé. L’illusion des apparences que nous interprétons d’après notre propre histoire et la résistance de l’autre afin de préserver son monde. Le dialogue des perceptions et des sensations qui nous guident. Ne surtout pas s’attarder, ni s’agripper, mais embrasser le passage, naviguer dans les systèmes, rendre visible la circulation, accoucher des images complexes qui naissent et meurent, nous laissant heureusement stupéfaits, peut-être gênés, sûrement troublés.

L’espace scénique d’ANIMAL est une arène carrée de 7m sur 7m, où le public, assis sur trois côtés, assiste comme un jury à une séance d’autopsie – à la fois témoin et voyeur, engagé et amené à prendre parti ».2

SWITCH : humiliation + séquences obscènes + cabaret.

Visionnage d’un extrait de la pièce « BLACK & BLUES, a minstrel show » (2010) :

« BLACK‘N’BLUES s’inspire de la tradition des minstrel shows et du blackface du 19e siècle aux Etats Unis – la farce des Blancs grimés en Noirs imitant des Noirs qui singent des Blancs. Le minstrel show peut être perçu comme un renversement infini des signes de

l’identité et du pouvoir. La mise en scène de personnages opposés et contradictoires – Blanc-Noir, homme-femme, maître-esclave – interroge avec légèreté et panache les notions de race, de classe et de genre. Il préfigure plusieurs formes de divertissement américain du 20e siècle : le vaudeville, le burlesque, le slapstick, lestand up comedy, et même le rap.

Notre travail puise dans la mémoire collective d’une imagerie populaire largement enfouie et souvent caricaturale, et le vécu intime des interprètes. Si certains des éléments peuvent heurter, il ne s’agit pas de gommer ces aspects mais de les exposer au public du théâtre, lieu d’exhibition, afin de faire naître un dialogue et une réflexion.

BLACK‘N’BLUES joue avec les mécanismes propres au minstrel show : blackface, masques, travestissement, batailles de danse, joutes orales. Avec le même esprit léger et ludique, nous traitons les sujets d’actualité et mettons en scène le présent. Dans un décor en toiles peintes et palissades en bois évoquant le théâtre populaire du 19e siècle, les interprètes dansent, chantent et jouent unminstrel show contemporain qui libère, par la parodie, les forces critiques que provoque le rire ».3

M.A.R.K  T.O.M.P.K.I.N.S.

Danseur, chorégraphe et pédagogue américain, Mark Tompkins vit en France depuis 1973. Après une série de solos et spectacles collectifs, il fonde en 1983 la compagnie, I.D.A., International Dreems Associated. Fabriquer des «objets performatifs non identifiés», c’est tout l’art de Mark Tompkins. Solos, pièces de groupe, concerts, spectacles mêlant la danse, le chant et le texte, recherches et performances autour de l’improvisation et de la composition instantanée, sont les étapes de ce parcours initié au début des années 70 et poursuivi avec la complicité du scénographe Jean-Louis Badet depuis 1988.

Parallèlement à ses activités de directeur artistique, il mène une recherche sur l’improvisation et la composition instantanée à travers son enseignement et des rencontres avec d’autres danseurs, musiciens, éclairagistes, vidéastes et plasticiens.

Lauréat du Concours de Bagnolet en 1984, il réalise un triptyque : Trahisons – Men, Women, Humen, inspiré par l’étude du corps humain en mouvement du

photographe Eadward Muybridge, présenté dans son intégralité au Festival Montpellier Danse en 1987. L’année suivante, il crée au Festival d’Avignon Nouvelles d’après le roman IDA de Gertrude Stein.

De 1990 à 1992, il produit La Plaque Tournante, une série de spectacles site spécifiques comprenant la danse, la musique, la vidéo et la lumière, avec sa compagnie et des artistes locaux dans dix villes européennes. Revenant à l’espace théâtral traditionnel, il crée Home -le meilleur des mondes (93), un vaudeville pour quatre danseurs comédiens, Channels (94), une fantaisie urbaine pour sept danseurs et trois musiciens, etGravity (96), un « reality show » pour cinq danseurs comédiens et de la vidéo.

Il crée et danse des solos, réunis depuis 1998, sous le titre Hommages : La Valse de Vaslav (89), un hommage à Nijinski, Witness (92), dédié au danseur chorégraphe Harry Sheppard, Under My Skin (96), un hommage à Joséphine Baker, Icons (98) dédié à Valeska Gert.

En résidence à Strasbourg de 1998 à 2000 avec huit interprètes, il crée La vie rêvée d’Aimé (99) une comédie musicale pour les adolescents de tous âges et remiXamor (00), une fresque sur le corps et ses désirs.

Artiste associé au Théâtre de la Cité internationale à Paris, il développe En Chantier 2001-2004, un projet de recherche et de performance dans le paysage en mutation du chantier des futures salles du théâtre, crée Song and Dance en 2003 et montre ses pièces récentes.

En 2005, il crée Sept Voiles, un solo inspiré de Salomé et Jean-Baptiste, et une pièce de groupe, ANIMAL Mâle, une interrogation sur le combat, la survie, la domination et le pouvoir, suivi d’une version féminine, ANIMAL Femelle en 2007.

En 2005, avec le compositeur et musicien Nuno Rebelo, ils forment un groupe de

rock. MARK LEWIS AND THE STANDARDS sort un album et commence à donner des concerts. En 2006, ils créent LOST&FOUND, un concert en duo, plus intimiste et en 2007, Mark Lewis crée un solo concert, plus théâtral, kings & queens.

En 2008, à l’occasion des 25 ans de la compagnie I.D.A., Mark Tompkins réincarne un solo de 1983, considéré comme la pièce fondatrice de la compagnie, empty holes – la vie l’amour et la mort de John et Doris Dreem. Il crée également LULU une opérette de circonstance.

En 2010, il conçoit PUTTIN’ON A SHOW une revue musicale, pour les élèves de la formation ex.e.r.ce du CCN de Montpellier, et crée BLACK’N’BLUES a minstrel show qui s’inspire de la tradition des minstrel shows et du blackface du 19e siècle aux Etats-Unis.

En 2008, il reçoit le Prix Chorégraphie de la SACD pour l’ensemble de son œuvre.4

Notes :

page6image7448


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *