Béatrice Balcou « Economie du geste »

 Compte-rendu de séance « Un parcours, une démarche, une séance » de Béatrice Balcou (artiste de la performance)

du jeudi 8 décembre 2011, Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort

par Marie-Pierre DUQUOC.

pdt-edc-bb-016

Photo : Aurélien Mole

Présentation, parcours

Le travail ou recherche de Béatrice Balcou s’inscrit dans le champ des arts plastiques tout en tissant des liens avec la danse.
Elles suit un enseignement en art plastique pendant 5 ans. Participe à des workshops avec des chorégraphes. Une formation au centre chorégraphique de Montpellier va changer sa vie.

La performance

Elle performe dans le milieu des arts plastiques. Le terme de performance lui semble plus adéquat pour désigner ses «gestes», proches de la danse sans être jamais nommé danse. Ses gestes doivent être perçus par le spectateur par inadvertance.

Performance = parfaire = faire part

Présentation des oeuvres

1) Computer Performance (vidéo d’une performance rejouée ici pour la caméra) 6 min. 2010

Description de la performance : Béatrice Balcou est assise derrière une table, type table de conférence, mobilier ordinaire de collectivité. Sur la table, un ordinateur, un vidéo projecteur… Le mur du fond est blanc. Elle porte une veste noire. Elle ouvre l’ordinateur (ordinateur portable), allume le vidéo projecteur, l’image est projetée sur le mur derrière elle à sa gauche. Un rectangle de couleur verte s’agrandit progressivement, les bords de l’image s’estompent, l’image devient un halo lumineux vert/jaune… Elle arrête le vidéo projecteur, s’arrête, se lève, ferme l’ordinateur, débranche le vidéo projecteur, prend un carton, le pose sur la table, range le vidéoprojecteur, enroule les câbles électriques, etc. Les gestes sont lents, précis, se suspendent quelques instants.
La performance est terminée lorsque tout est rangé.
Les gestes qu’elle effectue appartiennent au registre de l’ordinaire, leurs exécutions précises, évacués de toute forme de pollution environnementale ou stress déploient le geste pour lui même, il est sa propre fin.

La performance est jouée en direct dans une galerie. Réalisée à la suite d’une résidence de 5 semaines au Japon. La galerie a proposé une petite soirée pour présenter sa recherche, excluant la photo qu’elle considère trop exotique elle décide de ne montrer que le geste. Tout ce qu’elle a comprit du japon s’y trouve, dans sa culture du geste, arts martiaux, cuisine, etc.

Elle cite Roland Barthes, «L’empire des signes : «…enveloppe esthétique de l’efficacité» Jean Luc Godard «Comment ça va» «…tu vois dans le geste il y a la parole mais sous forme de silence… et ce silence je l’aime bien»

2) Interwiews installation vidéos 2008
Trois vidéos réalisées dans le cadre d’une commande sur l’avenir des paysages miniers en Europe, à partir de 3 interviews de mineurs, en Allemagne, France, Pologne.

Description du dispositif : Chaque vidéo est au format panoramique, composée de deux écrans en vis à vis.
À droite Béatrice Balcou mime, reconstitue et rapporte le récit du mineur. Sobriété de l’environnement, mur blanc sol gris, White cube de la galerie. Le cadre varie selon les récits, portrait ou en pied. On aperçois alors les éléments de tournages et d’éclairages.
À gauche un rectangle de couleur affiche les sous titre en anglais en lettres blanche. Les tee-shirts portés part Béatrice Balcou, sont de la même couleur que l’écran des sous-titres, bleu, vert, jaune, différents pour chaque interviews.
Béatrice Balcou porte des oreillettes. Elle écoute attentivement puis répète ce qui vient d’être dit en associant ou non à la parole un ou plusieurs gestes qui reconstituent la tâche décrite.
Les interwiews ont été réalisé dans les trois langues des mineurs rencontrés, allemand, polonais, et français. Les deux premières langues n’étant pas maitrisées entrainent une déperdition de l’information et fait écho à la disparition des ces métiers .

Béatrice Balcou, opère un décalage entre le métier de ses hommes et les présences qu’elle incarne, très féminines dans une esthétique très affirmée.
Les formes proposées ainsi que le cadre ou lieu de tournage très propre, la galerie, contraste très fortement avec les espaces évoqués, la mine, très sombre, sous terre, sales et noirs de charbon… Se dégage dans ce décalage et maladresse, déformation de la langue et du récit quelque chose d’assez burlesque.

La performance joue ici le rôle de documentaire et restitue aussi les défaillances du transport du récit, mémoire, langue, rapport du passé au présent, du là-bas à l’ici, du féminin au masculin (femme qui raconte des histoires d’hommes)…

3) Performances Série de photos sur « dibond » 2009

Description : Les gestes qui sont prélevés ici n’appartiennent pas au registre de la performance, pris à l’insu des «acteurs», ce sont des gestes du quotidiens, parfois furtifs, inscrits dans un espace temps et architecturale.

Béatrice Balcou nous montre un travail en cours, photo qu’elle a réalisé au frac Franche comté où elle est actuellement en résidence (nov. déc 2011). Lors d’un montage d’expo, la photo a été prise à l’insu des techniciens, ils portent un vidéo projecteur, concentrés sur la tâche ils ne la voient pas, leurs corps s’organisent autour de l’objet, le geste est arrêté suspendu à l’objet dans un corps commun…

Elle dit faire œuvre à partir du vide.
Je pense plutôt au registre du presque rien de l’à peine ou l’anodin, prélèvement de gestes intermédiaires en devenir cependant, pour une chorégraphie involontaire.

4) Small-scaleperformance, Projectionpourtroisspectateurs,3min.2011

Description : Une pièce étroite, au fond des rideaux de bureaux stores blancs. Trois fauteuils en tissus marrons kakis, accoudoirs aciers, sont installés contre la cloison de gauche. Au centre devant les fauteuils une table, sur la quelle est posé un carrousel. Il projette une image à peine plus grande qu’un timbre poste sur la cloison de droite. Derrière les fauteuils est accrochée une photo, un socle gris et vide de l’après exposition, imprimée sur bois. Au sol une moquette marron.

Béatrice Balcou soumet le public a une expérience performative minimum, pour trois personnes pendant trois minutes, avec un diaporama composé d’une unique diapo. Réalisée à la suite d’un workshop sur l’utopie (casino de Luxembourg) elle se propose de relier l’idée d’un monde meilleur à l’idée de décroissance.

Le lieu est totalement nettoyé, évacué de tout signes ou indices superflus, bureau ou salle d’attente, à la fois quelconque emprunt aussi d’une forme de théâtralité, un anodin pris comme tel en important…

5) w!!2 film d’animation, 6min, 2010
Béatrice Balcou se concentre ici sur la gestuelle des jeux interactifs. Chronique les corps contemporains.

Description : Film d’animation, réalisé au trait noir sur fond blanc, à partir de prise de vue réelles, tourné dans deux cadres différents l’un réel (le salon) l’autre virtuel (le jeu vidéo). La gestuelle qui en résulte est totalement différente, plus abstrait ou plus réaliste entre documentaire et chorégraphie.

Elle nettoie toute les informations qui peuvent nuire à la lecture du geste, le décontextualise, le détache de son environnement pour rendre «intact» le geste…

Une conversation s’engage.
Mes notes sont très brouillonnes, lacunaires, voici en substance quelques restes, traces de nos échanges :
Aurore demande ce qu’est un geste « intact ». Pour Béatrice il s’agit d’un geste détaché du quotidien, redonné au quotidien dans un temps étiré, suspendu.
La conversation se poursuit sur le rapport de la performance au temps, passé, présent. Barbara Formis évoque la notion de réactment, le temps repris, le temps présent, elle cite deux textes « la disparition de l’œuvre » «la performance ici et autrefois» Mathieu Poupelin, la notion de «présences» problématique, performance comme dispositif vivant. Trace, archive, document, emprunte, question sur ce qui s’échange, temps geste et objet, ce qu’il en reste… Jimena évoque la place de notre imaginaire, le geste héroïque du performeur, le document mythique …
Gérard Mayen cite : «Le sombre abîme du temps » de Laurent Olivier…  » le passé est devant nous,  il n’existe qu’au présent ».

beatrice-balcou

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.