“Bartok/Mikro-Kosmos” de Anne Teresa De Keersmaeker

Perceptions/Analyse de Bartok/Mikro-Kosmos de Anne Teresa De Keersmaeker

par Agnès MARCELLI

page1image5224page1image1944

Rosas; Bartók/Mikrokosmos Photo: © Herman Sorgeloos

Présentation de l’œuvre

BARTÒK / MIKRO-KOSMOS est une création de la danseuse et chorégraphe belge Anne Teresa de Keersmaeker, ce spectacle a été créé en 1987, c’est le quatrième de la compagnie Rosas qu’Anne Teresa de Keersmaeker a fondé en 1983. BARTÒK / MIKRO-KOSMOS est composé de trois parties, la première partie est composée d’un duo danse et d’un duo piano, pièce pour deux pianos de Belà Bartok. La deuxième partie est uniquement musicale, c’est également une pièce pour deux pianos par le compositeur Gyorgi Ligeti, cette pièce est intitulée « Monument, Selbstportrat & Bewegung ». La troisième et dernière partie comprend un quatuor de musiciens qui interprète le quatuor à cordes n°4 de Béla Bartok et un quatuor de danseuses.

L’originalité, « le défi » tel que le rapporte Anne Teresa de Keersmaker était de « faire un concert où l’on puisse à la fois écouter et regarder la musique et la danse pour réaliser une nouvelle formule, créer un nouveau regard sur la danse et un nouveau regard sur la musique»1.

Le choix de la musique sur scène s’est également fait en réaction aux créations précédentes de la chorégraphe, ainsi elle explique que les spectacles « Fase » et « Rosas danst Rosas » avaient pour support une musique enregistrée et que la pièce « Elena’s Aria » se déroulait principalement en silence. Anne Teresa de Keersmaker s’est donc laissé guidé par l’envie d’une musique plus « sérieuse » qui dit-elle aussi est de la musique « puissante, écrite avec puissance ». Par ailleurs, elle explique que l’écriture d’un quatuor à cordes est une célébration de la musique minimaliste qui va tirer le maximum du minimum, « quatre instruments célèbrent l’art du contrepoint ». Aussi finira-t-elle par choisir, parmi les cinq, le quatuor à cordes n°4 de Bela Bartok parce qu’il est le plus dissonant et propose une distorsion qui l’intéresse dans la recherche dansée en plus d’être, pour elle, une véritable invitation à la danse.

La danse qu’elle imagine dans cette pièce est une danse pleine d’énergie, comme dans « Rosas danst Rosas », structurée, voire mathématique, qui regroupe à la fois simplicité et complexité.

J’ai choisi d’analyser le spectacle BARTÒK / MIKRO-KOSMOS car j’ai eu l’occasion d’assister à une représentation de ce spectacle le 5 février 2013 au théâtre de l’Espace Planoise à Besançon. Je connaissais cette chorégraphe sans avoir jamais vu une de ces pièces dans son intégralité, pendant une heure vingt, j’ai eu la sensation de faire un voyage au cœur de la danse et de la musique.

J’ai accueilli l’ensemble des mouvements dansés comme une nouvelle respiration, une première partie, par un duo homme femme, pétillante, flottante, tourbillonnante, claquante « la danse elle-même, un enfant qui tourne sur lui-même, qui saute »2. Une dernière partie énergisante, grisante par l’unisson sans cesse redessiner, renouveler de quatre danseuses, «L’envoûtement dû à la perfection mécanique des mouvements. Une victoire sur la matière. »3. La musique jouée en direct dans l’espace de la danse, au centre même de la pièce, matière à regarder, matière à s’imprégner, matière à danser. J’ai senti la musique non pas seulement comme un accompagnement, ni un support mais comme dans un échange sonore, écho aux bruits du corps en mouvement.

Pour mener cette analyse, j’ai travaillé à partir de mes souvenirs concernant cette représentation et donc dans une lecture différée, distante, sans doute déformée des images et des sons auxquels j’ai assisté. Cependant, curieuse et dans l’envie de m’appuyer sur un support fixe qui me restituerait en partie le spectacle, j’ai visionné deux extraits de ce spectacle sur Internet et j’ai utilisé le DVD, Choreography to BARTÒK’s String Quartet N° 4, comportant quasiment l’ensemble de la dernière partie du quatuor à cordes n°4.

J’ai choisi d’utiliser les outils d’analyse proposés par Anna Halprin afin de constituer ma première perception en mots de cette oeuvre. C’est donc à partir des questions : Qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends ? Qu’est-ce que je sens ? Qu’est-ce que je ressens ? Qu’est- ce que j’imagine ? Qu’est-ce que je pense ? Que j’ai entamé ma lecture de l’œuvre BARTÒK / MIKRO-KOSMOS.

Enfin, sensible aux micro-gestes, aux accents qui ponctuent les phrases dansées, aux jeux avec les matières tactiles, peau, tissu, cheveux et à la matière sonore du corps. J’ai opéré un focus sur ces micro- articulations afin de voir, sentir, imaginer en quoi la densité et le bruit du corps et de la matière constituent un vecteur d’émotion et de sensation très présent dans ma réception à l’œuvre dansée.

Premier volet : pièce pour deux pianos, Bela Bartok, duo de danse.

Je vois une scène vide, noire, je vois un homme seul, il avance, il recule, il tourne sur lui-même, il glisse ses pieds au sol. Je vois deux pianos à queue en fond de scène, deux hommes, deux musiciens sont assis. Ils ne jouent pas. Je vois l’homme qui se déplace, j’entends sa respiration, le bruit de ses pas, le glissement de son pied au sol. Je ressens le poids du corps de l’homme dans l’espace, son déploiement, je sens la précision de ses mouvements. Il danse seul. Je vois la concentration sur son front, je ressens la présence au corps qui habite l’espace. J’imagine une recherche en solitaire, je sens l’aridité de la solitude. J’imagine un homme explorateur de lui-même en même temps que d’un nouvel espace. Je pense à l’attente.

Je vois une femme qui entre sur scène, elle se place au centre de la scène. Je vois une ligne, l’homme s’approche par derrière en silence. Je vois le noir et blanc, peaux, cheveux, vêtements, je sens le froid, l’espace entre l’homme et la femme. J’imagine deux personnes qui ne se connaissent pas, je pense à un premier rendez-vous. Je vois l’homme qui pose ses mains sur les épaules da la femme, je sens la prévenance de son geste, le doux, je ressens, la fermeté de son intention, je vois l’homme qui prend la place de la femme, je sens, l’étirement, le pivot de la femme tirée vers l’arrière, l’impulsion. Je vois le petit tourbillon de la robe. J’entends les frottements. Je sens la glissade. J’imagine le contact entre deux personnes qui ne se connaissent pas, la prévenance des premiers gestes, je pense à la volonté de chacun de se mettre au centre, en avant.

Pas de regard, face à dos, dos à face.
Je vois la répétition des mouvements glissées avant-arrière, dans un tour, je vois la jupe qui s’enroule, j’entends l’accélération, les talons, glissements sur le sol. Je sens la légèreté et la détermination de la femme. J’imagine la tension qui monte, le tourbillon qui prend, c’est comme monter des blancs en neige c’est liquide et ça devient de plus en plus ferme, je ressens le déploiement, j’imagine la conquête de l’espace de l’autre qui commence. Je vois un couple, j’imagine qu’ils se chamaillent pour une place, c’est un jeu, pour commencer c’est poli, c’est gentil, c’est doux, c’est à l’intérieur puis ça devient de plus en plus visible, ils se touchent, ils s’attrapent, ils vont de plus en plus vite, ils s’accrochent. Je vois la femme face à l’homme dans un mouvement, elle saute au cou de l’homme, il l’attrape en plein vol. Face à face.

J’entends la musique qui commence, le piano propose des notes comme des petits pas, des bulles de savon qui s’envolent. Je sens la proximité, l’intimité naissante, j’imagine le début de quelque chose, une histoire d’amour.

Je vois la femme qui s’envole, elle virevolte, elle tourbillonne devant l’homme, je vois son air souriant, elle passe derrière l’homme, elle papillonne, elle me fait penser à un cheval sauvage qui rue.

Je vois qu’elle s’envole, l’homme l’attrape par le cou, elle se dérobe, l’homme la porte, ils tombent dans les bras l’un de l’autre, ils sautent ensemble, l’homme la prend et la tire. Je vois qu’elle se retourne, elle envoie ses cheveux en arrière. Je pense à la liberté, être léger dos à dos.

Ils tournent beaucoup ensemble. Je vois un couple qui se prend, se cherche, se trouve, se défait.

Je vois la femme dans un saut tourbillonnant, les cheveux lâchés, en bataille, de la femme en liberté. Je vois l’homme qui retient la femme dans sa chute, ils courent ensemble, ils tombent dans les bras l’un de l’autre. Elle sourie encore, incline la tête de côté.
La musique est omniprésente, je ne sais pas si elle est la ponctuation ou si ce sont les danseurs. Je ressens la légèreté de la situation.

J’imagine le hasard, la vie qui met cette femme sur sa route, elle l’ensorcèle, elle l’amuse, elle aiguise ses sens. Je pense à un jeu d’enfant, à un cache-cache. J’imagine une femme-enfant, mutine, à la Shirley Mac Laine comme dans une comédie musicale. J’imagine une relation stimulante, de l’oxygène, un espace intime et partagé. Je pense que la femme est très libre, elle fait danser ses cheveux.

J’imagine l’homme comme un pivot, comme un lion en cage, il n’arrive pas à dompter l’énergie de la femme. Il ne sourit pas. Je pense qu’il la regarde, il la touche, il la suit mais il ne peut pas la guider vraiment.

Tout le monde sort.
Il se passe un long temps, on entend les coulisses.

Deuxième volet : pièce pour deux pianos, « Monument, Selbstportrat & Bewegung », compositeur Gyorgi Ligeti.

Je vois deux pianos à queue, deux hommes qui s’installent aux pianos, ils entrent ensemble chacun d’un côté. Ils s’assoient ensemble, en silence. Ils se mettent à jouer, j’entends l’espace vide.

Je ne vois aucun danseur.

Espace plein de la musique, je vois les mains des pianistes s’envolées, la tête piquée et se redressée.

Je revois la danse de l’homme, l’espace habité, les mouvements de corps.

Je vois deux filles entrées chacune d’un côté du plateau, elles portent la même tenue, une chemise blanche et une jupe, elles se placent à côté des pianistes, elles changent les partitions. Je sens leur présence à la musique. J’entends la plénitude des notes.

Je ressens l’attention à la danse du vide, l’espace possible de la danse. Je ressens la musique et son langage, je ressens l’espace que prend la musique, je sens l’attente créer par l’espace vide laissé en avant de la scène, je ressens la concentration, la présence des filles qui tournent les pages. L’attention, la place donnée à la musique.

J’imagine que des danseurs vont faire leur entrée sur scène, j’imagine la danse, je revisite l’espace habité par l’homme par le couple J’imagine chaque accent comme une invitation à la danse, j’imagine que les deux femmes qui entre sont des danseuses, j’imagine qu’elles vont lancées les pages et danser. J’imagine que les mains, doigts, pages dansent.
Je pense que je suis frustrée, je pense que j’écoute de la musique qui se danse, assise, immobile.

Troisième volet : cinq mouvements du Quatuor à cordes n°4

Je vois quatre musiciens qui s’installent, ils s’accordent sur le plateau. J’entends qu’ils s’accordent.
Je vois quatre filles rentrées sur scène vêtues comme des écolières anglo-saxonne, jupe, chaussettes, bottines. Je pense qu’elles portent un uniforme.

Danse en silence, je vois quatre danseuses et quatre musiciens.
Je vois un carré de lignes, je sens la distance, je ressens le froid, j’imagine une carte et les pôles. Je vois la scène vide, les danseuses sont sur les côtés, elles attendent se regardent, se balancent légèrement. Elles partent d’un jet ensemble, dans une seule impulsion. Je vois les quatre danseuses se projeter au milieu de la scène, elles s’arrêtent immédiatement, elles font des tours sur elles-mêmes, lentement, sur la pointe des pieds, elles frottent l’autre pied, je vois un balancement mesuré, une danseuse passe ses cheveux derrière son oreille, je vois le balancement des bras qui accompagne les tours. Je vois la naissance des mouvements, l’ondulation métrique, la contamination du mouvement, j’entends l’appui, les talons, fermes. Je vois le flux contrôle, l’espace direct, flexible, j’entends le souffle des pas.
Je ressens l’union avec la musique l’énergie, le support, la densité de la matière invisible, son envol. L’impossibilité d’être figé, je ressens, la joie, la volupté, la sensualité, des sons, des tons, des impacts, de l’union, d’un lien invisible, chœur, harmonie. Je sens la force, la fragilité, la joie.
Je ressens la légèreté, les pas étouffés, les glissements, je sens l’ensemble, l’unisson avec la musique.
Je pense à la patience à faire ensemble, à écouter, chaque membre, chaque souffle. Je pense à la marelle, danse enfantine, danse sacrée, j’imagine une communion.
Je vois le noir, le blanc, j’imagine des vagues c’est comme la marée qui monte progressivement, comme un parapluie noir ouvert posé au sol qui tourne comme une toupie. Le mouvement s’accélère j’entends les pas, les frottements, les talons cognent sur les bottines, les jupes s’enroulent et se déroulent, on entend légèrement le bruissement du tissu. Avec la vitesse, les jambes se découvrent, j’entends un crissement, un glissement, elles s’envolent, j’imagine une formation d’oiseau migrateurs.
J’entends la musique qui attaque d’un jet aussi. Elles tournent, elles tombent ensemble, elles se passent la main dans les cheveux, je sens la féminité du geste. Je pense à une fioriture. Indispensable.

Une danseuse roule au sol je ressens le poids du corps, le froid, l’ensemble, elles tournent, elles s’arrêtent, elles se balancent, elles marchent, je vois une danseuse qui tourne les trois autres sont immobiles, elle ondule des cheveux, tour rapide. Je sens la sensualité.

Bras plié ouvert, je vois qu’elles touchent leurs jupes, elles bougent leurs doigts, elles tournent, elles avancent, elles reculent, elles démarrent, elles s’arrêtent, elles tombent et elles se relèvent les fesses en l’air. Je vois la culotte blanche « enfantine », je sens la tension agréable, j’imagine un jeu « Jacques a dit », une posture comme un pont d’enfant, une provocation déguisée, un amusement du corps.

Elles s’écartent, elles marchent, elles font une ligne. Une danseuse se jette à terre, tombe, elle tourne. Je sens la dissonance, j‘imagine une proposition. Elles se balancent ensemble, une main dans les cheveux reprise par les trois autres danseuses. Je sens l’intimité du corps. Je ressens l’unité, je pense à un canon chanté. Elles s’écartent en rond, elles tombent, elles tournent, en bas, en haut, les bras et les jambes écartées en bas, en haut, face, dos, répétition claquée ferme, séparation du groupe. Je ressens, l’harmonie, la force, le jeu entre les quatre danseuses. J’imagine des amazones qui dansent.

Je vois qu’elles tombent ensemble, elles repartent ensemble, elles s’enroulent, une seule, ensemble, elles avancent, stop, tour, elles sautent. Je sens qu’elles cherchent à habiter tout l’espace, je vois qu’elles sautent et qu’elles tournent, c’est la tête qui emporte le corps. Je sens l’accord.

Je vois la jupe qui est ramenée en arrière, arrêt sur image, face, dos. J’imagine le temps suspendu grâce à une image.
Je vois un mouvement vague, un flottement sec replié et ouvert, elles tournent, je sens la dureté, je vois un accent de la tête, je sens le raffinement infime, je pense à un détail important, j’imagine une tenue parfaite. Je vois qu’elles s’arrêtent, elles sautent, sonorisation des talons au sol, j’entends la musique qui s’arrête, j’entends des glissements, des frottements, des claquements. Je sens l’énergie qui monte. Elles s’immobilisent presque, tour lent, écho avec le début de la danse, petits pas, tour près du corps, touché près du corps, balancement de la jupe. Je sens la tension du ralenti, je ressens comme une musique intérieure et à l’unisson, j’imagine une bande filmée au ralenti. J’entends un claquement, chute, tour, chute, éclatement du groupe sur les côtés. Je sens l’intensité de la séparation, je pense à un feu d’artifice, j’imagine le bouquet final.

Je vois une danseuse qui traverse la scène en sautant, claquant ses talons, elle sourit, je sens qu’elle s’amuse. Je ressens le plaisir, la liberté de son saut. Je pense à un jeu d’enfant, elle s’arrête nette, dos au public. Je vois les trois autres danseuses qui rentrent dans l’espace en reproduisant le même saut, lentement, je sens leur complicité, je pense à un défi « on y va !». Je vois qu’elles font un tour et elles se postent devant la danseuse au centre face au public. Je pense à des guerrières, je vois un échange de regard entre elles j’imagine « vous êtes prêtes ?» la danseuse au centre se retourne d’un bond face public, elle sourit, je sens la détermination, j’imagine qu’elle prend la tête du groupe. Je vois qu’elles tournent sur elles- mêmes en claquant des talons, elles se déplacent dans l’espace, en ligne, je pense à une exploration du sol avec les pieds de plus en plus léger et souples, de plus en plus lentement. J’imagine un sol mouvant. Arrêt bord de scène, regard vers les musiciens, mouvement des pieds sur place, j’entends la musique qui commence, elles s’élancent en avant pour traverser l’espace de la scène, je vois les cheveux lancés en arrière, j’imagine une invasion. Je vois qu’elles traversent l’espace sur le bout des pieds, les mains suspendues, je sens la délicatesse de leur geste, j’imagine qu’elles tiennent des clochettes. Je ne sais pas si c’est la musique qui ponctue la danse ou la danse qui ponctue la musique. Je vois qu’elles font un tour rapide avec prudence puis elles explorent l’espace toutes sur le même côté, elles reprennent des traversées, je sens la répétition. J’imagine un chemin qu’elles parcourent. Retour en fond de scène, je vois les danseuses faire des tours, démarche déhanchée, tour, tête, genoux, déhanchement accéléré, je sens l’énergie qui monte, j’imagine une marche écrasée. Je pense à une ronde. Je vois le balancement des danseuses, tour, jupes soulevées, haut, bas, saut côté aérien, des tours, pointillisme, arrêt sur le côté, traversée glissade, plusieurs tours en arrière, ralenti tout petit, sortie en sautillant. Je sens l’amusement, le jeu avec le poids, le touché du corps, je pense à Heidi pour le saut de joie final et les balancements et tours enfantins, j’imagine une cour d’école pendant la récréation.

Je vois les danseuses qui enlèvent leur jupe en même temps que l’accord musical. Les danseuses sont immobiles. Une danseuse avance, elle marche, je vois ces jambes nues qui dessinent l’espace, elle se laisse bercer par la marche, je sens qu’elle se laisse aller dans chaque pas, je pense qu’elle est manipulée par la musique, j’imagine une marionnette en mouvement qui avance et recule. Je pense qu’elle teste ses possibilités spatiales. Je vois qu’elle est rejointe par les autres danseuses sur la pointe des pieds. Je vois un mouvement d’ensemble, des lignes, des cheveux, elles tournent ensemble, je sens qu’elles sont emportées, projetées, je pense à un tourbillon, j’imagine l’air, le souffle du vent.

La marionnette repart seule, répétition puis de nouveau mouvement d’ensemble, je sens la douceur, la mollesse de leurs membres. Je vois qu’elles s’arrêtent sur le côté de la scène et échangent un regard vers les musiciens. J’imagine une entente entre eux. Je vois les danseuses partir dans un mouvement, elles traversent la scène, elles remettent leurs jupes. Je pense qu’elles partagent tout avec le public, sans pudeur.

J’entends la musique, je vois les danseuses traverser la scène en avant, en arrière, sur la pointe des pieds, elles tournent, les jupes se mettent en mouvement, mouvement du bassin, je sens quelque chose de très sensuel, je vois les danseuses bras levés, elles sautent, face au public, elles se tournent dos au public, elles lèvent leur jupe pour montrer leur culotte, elles sautent, elles sourient. Je sens le plaisir, la féminité des postures, j’imagine une déclaration d’amour pour les femmes. Elles ramènent leurs jupes près du corps, je sens l’attention, la précaution, j’imagine qu’elles ne veulent pas mouiller le tissu. Je vois qu’elles sautent en avant, en arrière, essai d’équilibre, levé de jupe devant, derrière elles montrent leur culotte au public chacune leur tour sur une note de musique. Je sens l’amusement des danseuses, elles jouent avec cette provocation puérile. Je pense à la précision, l’accord entre mouvement et musique. J’imagine toujours un jeu dans une cour de récréation.

Je vois qu’elles relèvent leur jupe, je pense toujours qu’elles ne veulent pas mouiller leur jupe. Elles s’immobilisent, elles avancent les mains sur les hanches, pointe de pied en avant, très marquée, je ressens le jeu d’une marche artificielle, j’imagine qu’elles marchent comme des femmes très maniérées.

J’entends le martèlement des bottines, je vois qu’elles sautent, elles tombent en écart au sol sauf une qui continue mais s’arrête en voyant les autres, arrêt, regard entre elles. Je sens l’écoute. Je pense au jeu de la marelle.
Silence, je vois qu’elles se lèvent d’un bond, j’entends la musique très rapide, elles tournent, elles passent leurs mains dans leurs cheveux, arrêt brusque, mouvements robotiques mains écartés, je pense à une crispation physique, je vois les mains dans les cheveux, tour, mains dans les cheveux, mouvements saccadés des bras, je sens la tension qui monte. Je vois de plus en plus de gestes autocentrés. Je sens la répétition et l’accélération, je pense à un jeu sans fin.

Je vois les danseuses en ligne, elles avancent dans des tours marqués, je vois les jupes qui tournent, je pense qu’elles dessinent l’espace, buste en avant, buste en arrière. Je vois les mains dans les cheveux, j’imagine qu’elles sont douces. Les danseuses s’approchent de plus en près du public, la musique est très présente, je sens la tension à son comble, je pense à un effort ultime. Je vois qu’elles reculent dans un saut. Elles sont en fond de scène. Arrêt brusque de la musique, immobilité des corps face public. Fin du spectacle.

Conclusion :

J’ai tenté à travers cette analyse chorégraphique de travailler à partir de mes souvenirs et de mes sensations du spectacle vu en février. Bien sûr, les mouvements et leur précision s’estompent peu à peu. Il me restait en tête des micros-mouvements qui me touche comme les accents de la tête, les mains dans les cheveux ou encore les mains sur la jupe, les sourires ; d’un point de vue sonore, j’avais en mémoire la sonorisation des talons sur le sol. Ce qui était le plus présent finalement ce sont les sensations liées à la féminité, au jeu enfantin, à la puissance des corps dans le travail métronomique. Bien que le mariage musique et danse soit complètement fusionnel, je n’avais pas un grand souvenir de la musique seule. L’utilisation d’autres sources afin de me remémorer le spectacle a donc été indispensable. Dans le DVD que j’ai exploité Anne Teresa de Keersmaker donne des éléments très concrets pour comprendre le processus de création de ce spectacle. J’apprécie vraiment cette chorégraphe car elle reste très proche de formes simples, organiques, enfantines. Son travail avec la musique de Belà Bartok lui a demandé une grande précision mais ses choix restent largement dictés par son élan rythmique premier. Elle décrit de la manière suivante les cinq mouvements du quatuor à cordes n°4.

Macrostructure de la danse :

  1. allegro frontal, lyrique, dissonant, agressif.
  2. prestissimo con sordino, mouvement perpétuel, lost, tourbillon.
  3. non troppo lento, mélancolie, sérénité, sad.
  4. allegreto prizigato, séduction engouement, folklore.
  5. allegro molto, synthèse finale.

Je suis très contente d’avoir rencontré cette œuvre car j’ai trouvé très difficile de mettre en mots ma perception directe de celle-ci. J’ai eu la sensation de manquer de mots, de toucher concrètement l’aspect réducteur de ceux-ci.

A la suite de cette analyse, je vois également mieux comment les accents sont des marqueurs, des « spasmes » qui confèrent une densité encore plus grande aux mouvements accomplis ou en train de s’accomplir. J’aime cette expression de Laurence Louppe (1997 : 175) qui voit dans les accents des « éclaboussures…qui permettent de percevoir le lieu de croisement ou d’affrontement des lignes de force. »

page10image20616

Enfin, bien que je me sois limitée aux entrées d’Anna Halprin pour ce travail, j’ai trouvé des outils d’analyse à même de me conduire, aujourd’hui, à une perception plus fine des œuvres que je rencontre.

Bibliographie :

DE KEERSMAKER Anne Teresa& CVEJIC Bojana (DVD) : Choreography to BARTÒK’s String Quartet N) 4, Rosas, 2012.
LABAN, Rudolf von, La Maîtrise du mouvement, Arles, Actes Sud, 1994 (1959).
LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, Contredanse, Bruxelles, 1997.

Notes :

  1. DE KEERSMAKER Anne Teresa& CVEJIC Bojana (DVD) : Choreography to BARTÒK’s String Quartet N) 4, Rosas, 2012.
  2.  Ibidem
  3.  P 25, LABAN, Rudolf von, La Maîtrise du mouvement, Arles, Actes Sud, 1994 (1959).


Citer ce billet
DU ADP (2014, 5 mars). “Bartok/Mikro-Kosmos” de Anne Teresa De Keersmaeker. DU Art Danse Performance. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ny6e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.