” Title Withheld. For legal and ethical reasons ” de Steven Cohen

Perceptions/Analyse de Title Withheld. For legal and ethical reasons ou Sans titre. Pour raisons légales et éthiques (2012) de Steven Cohen

par Voula KOXARAKIS

c035c__1733428_3_f3d6_l-artiste-steven-cohen-lors-d-une_55df7b5292fce65b845d08a46b823616-1

L’artiste Steven Cohen lors d’une représentation de son spectacle, “Sans titre. Pour raisons légales et éthiques” au Festival d’Avignon, le 10 juillet 2012. | AFP/GERARD JULIEN

Le danseur, plasticien et performer Steven Cohen, «sud-africain, blanc, juif et homosexuel», met son corps au service d’un« art vivant » empruntant à la sculpture, à la danse etau travestissement. Ses performances mixent différentsmoyens d’expression pour affronter les questionsidentitaires de l’origine ethnique, de la judaïté, del’homosexualité. Ce sont des actes poétiques et politiques.

Parmi les œuvres les plus connues de Steven Cohen en France, on peut citer : Le Chandelier (2006), Golgotha (2009) et Le berceaude l’humanité (2012).

Il s’agit toujours pour lui de « lancer son corps dans la bataille » selon l’expression de Pasolini. Il nous montre un corps nu, fragile et entravé par le port de hautes chaussures à plate – forme. C’est une forme christique et souffrante qui est donnée à voir, pourtant magnifiée par un maquillage « queer » et des éléments vestimentaires (tissus ou objets) d’une beauté très sophistiquée. Dans ces trois œuvres, Steven Cohen invite le spectateur à reconsidérer ce qui fonde son humanité et ses valeurs : il déambule dans les quartiers noirs de Johannesburg habillé d’un chandelier « grand style » pour « apporter » en bon Afrikaner  « la lumière » aux Noirs, il arpente Wall Street vêtu d’un costume de trader parfait pour dénoncer le règne de l’argent roi, il présente sa nounou noire de 90 ans enchainée dans les fers tandis que retentit la Marseillaise.

Dans sa création, Sans titre. Pour raisons légales et éthiques, il s’identifie au génocide juif. Il présente au public sur la semelle de ses chaussures la vidéo du journal intime d’un enfant juif écrit pendant la seconde guerre mondiale en prenant la position couchée d’un enfant démuni. Dans cette pièce grave qui met en scène la violence et la mort, la question identitaire de sa judaïté se confond avec l’histoire de la Shoah.

J’ai assisté à cette performance à l’occasion du festival Novart à Bordeaux. La représentation avait lieu à la Base sous – marine, un bunker construit par l’armée allemande en 1941. Je n’ai pas analysé le spectacle à chaud mais dans l’après –coup, trois mois plus tard, en faisant appel à ma mémoire et à partir de photos trouvées dans des sites Internet.

C’est une performance où le corps n’est pas au service d’une narration. Il est donné pour ce qu’il est : sa nature physique. Celui de Steven Cohen supporte des poids qui le font parfois fléchir et cela suscite l’émotion du spectateur. Mais son corps est également un outil de pensée et incarne une façon de comprendre le monde. Ainsi sa marche entravée peut être comprise comme celle de tous les stigmatisés des sociétés inégalitaires.

En 2008, Steven Cohen achète dans une brocante de La Rochelle un journal intime écrit entre 1939 et 1942 par un jeune juif polonais de 17 ans. Le journal commence par un sujet de vacances mais Hitler envahit la Pologne et dès lors son contenu change. Il décrit la guerre. Son auteur, intelligent et observateur, montre dans ses écrits le piège qui s’est refermé sur les Juifs. 

c035c__1733715_6_a6e3_sans-titre-pour-raisons-legales-et-ethiques_9a66345578e4029a5d8fb9578dcac092

“Sans titre. Pour raisons légales et éthiques”, un spectacle de et avec Steven Cohen. CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE/FESTIVAL D’AVIGNON

Steven Cohen a alors l’idée de réaliser une pièce à partir de ce journal. Il recherche les descendants pendant trois ans. Il finit par retrouver la famille à qui il restitue le journal tout en obtenant le droit de l’utiliser. Cependant, selon l’accord établi entre les personnes concernées, la pièce issue de ce journal ne pourra être montrée sur une scène de théâtre. C’est pourquoi lors de sa création au festival d’Avignon la performance sera présentée sous le plateau de la Cour d’honneur du Palais des papes.

Après un travail de documentation au musée de l’holocauste et du génocide, il mène des recherches personnelles et avec des universitaires. Cependant son travail artistique n’est pas didactique. Le journal intime est très peu présent. Steven Cohen se dit simplement habité par lui. Il refuse de distiller des messages clairs et d’utiliser à cette fin des images choquantes de l’holocauste qui peuvent soit exciter soit sidérer le spectateur. Il met en scène volontairement une certaine confusion afin d’inciter le spectateur à poser des questions. Pour lui, « quand on pose des questions à l’artiste, on pose des questions à soi –même ».

Interprétation/ réception personnelle en utilisant les outils d’Anna Halprin : « je vois », « je ressens », « j’imagine »

L’espace scénique est délimité par trois gradins en demi-cercle et composé d’éléments fixes : projections de vidéos au mur et au sol, une installation plastique qui représente une cage à rats et un tourne – disque au sol qui diffuse de la musique.

J’ai entendu un grand fracas métallique. Le performer, est apparu « par surprise » et « de nulle part ». Sa silhouette est étrange, « géante » et fragile à la fois, lourdement chargée de chaussures à plate-forme métallique, avançant à grands pas en s’aidant de « pics de montagne » comme de cannes. Le bruit du pic cogne le sol à chaque pas. Son corps nu évolue lentement sur scène avec des mouvements amples, en équilibre instable. Son visage est maquillé selon les codes « queers ». Les battements de cils sont marqués, la bouche très dessinée, des cuisses et des jambes finement musclées et un sexe « montré / caché ». Il porte un bustier faisant penser à la tenue de la danseuse étoile, une étoile de David sur le front, un étui pénien et des « cothurnes ».

Steven Cohen s’avance devant le public et par moment se couche sur le dos, jambes repliées, tourné vers les spectateurs, montrant à la fois l’emplacement du sexe et des écrans vidéo sur la semelle de ses chaussures. Il gémit comme un enfant. La vidéo montre des extraits écrits du journal intime du jeune homme juif ayant vécu l’holocauste.

Une autre vidéo sur le mur montre le performer dans la même posture que sur scène. Une deuxième vidéo montre une jeune femme faisant l’amour avec des animaux « christiques » : le poisson, le serpent. Cette vidéo montre aussi des dessins extraits du journal intime.

On entend des voix de propagande, peut-être celle d’Hitler, les actualités cinématographiques de l’époque, de la musique et des chansons.

Une installation plastique formée de tubes labyrinthiques où des rats apparaissent au cours de la performance. On entend le bruit des rats courant dans les tubes. A la fin du spectacle seulement, on peut voir, d’autres tubes avec des rats à l’intérieur cachés derrière les spectateurs.

Je ressens de la surprise et de l’étonnement ainsi qu’une vive émotion car Steven Cohen se donne d’une façon entière. Je ressens aussi de la peur devant ce corps qui prend des risques et peut à tout moment se blesser. J’ai pensé :Quelle est l’identité de l’homme évoluant sur scène ? Que veut-il me dire de lui et des autres ? L’histoire de la shoah  est toujours vivante pour moi. Elle est ravivée par l’étoile de David, les dessins d’adolescent, la propagande nazie. J’ai imaginé les juifs se cachant pour fuir l’extermination et finalement pris au piège « comme des rats ».Les codes de la danse classique qui imposent la distorsion du pied sous la forme des pointes sont montrés comme une grave entrave au corps. La symbolique du poisson et du serpent propre à la religion chrétienne est tournée en dérision : ils deviennent des objets de plaisir sexuel. A la fin du spectacle, Steven Cohen ne vient pas saluer le public. Il n’y a pas non plus d’applaudissements. La sensibilité du spectateur est fortement ébranlée. Sans titre. Pour raisons légales et éthiques est une œuvre qui bouscule. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
DU ADP (8 mars 2014). ” Title Withheld. For legal and ethical reasons ” de Steven Cohen. DU Art Danse Performance. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ny6m


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.