« Etats de choc : bêtise et savoir au XXIème siècle » de Bernard Stiegler par Jennifer Bonn

Etats de choc : bêtise et savoir au XXIème siècle de Bernard Stiegler

Notes pour Lecture en partage (2012) par Jennifer Bonn

001167582

  • pourquoi ce livre

j’ai choisi ce livre parce qu’il me semblait important d’élargir notre champ de vision au-delà du seul domaine de l’art, pour prendre en compte une actualité qui est aujourd’hui en pleine mutation.  L’ère du numérique, sur lequel Stiegler fonde sa réflexion, est en train de bouleverser la quasi totalité des systèmes en place, qu’ils soient politiques, sociaux, économiques, éducatifs.  Les effets ou conséquences du numérique dépassent aujourd’hui largement l’univers informatique, et change profondément la façon dont nous vivons dans le monde.  La performance, capable de réagir vite, de produire des formes qui sont in situ non seulement dans l’espace mais aussi dans l’Histoire en train de se faire, a une relation particulièrement immédiate avec cette actualité.  Dans le domaine de l’art, ce n’est pas seulement les média ou les formes de diffusion qui sont concernés par ces changements.  Le rôle ainsi que le statut de l’artiste est remis en question face à un public devenu contributeur, voire créateur.

lors de la Lecture en partage, j’ai lu un extrait du livre, en précisant que je reviendrais sur certains termes utilisés qui auraient besoin d’être d’avantage éclairés. Le voici :

« Avec la forme hypermédia (dont HTTP et HTML – XML – sont le protocol et le langage) d’écriture électroniquement imprimée dans des mémoires de silicium en quoi consistent les nouveaux types d’hypomnénata, où les symboles circulent à la vitesse de la lumière sur les réseaux numériques, en passant par des circuits imprimés au niveau microélectronique (à l’échelle du millionième de mètre) qui mettent ainsi en oeuvre des processus d’écriture, d’édition, de diffusion et de lecture d’un genre radicalement nouveau, il se produit de toute évidence un mouvement comparable à ceux qui caractérisent ces grands moments de la grammatisation qui configurèrent en profondeur – et de façon gravement ignorée par la philosophie – le contenu de la modernité.

Ce ne sont pas seulement des données d’archives, de bibliothèques, de médiathèques et de centres de documentation en tout genre qui deviennent accessible à tous, par exemple par la numérisation de fonds par les grandes institutions publiques ou par des opérateurs privés : ce sont aussi et surtout des fonctions, qui furent durant plus d’un siècle exclusivement réservées non plus aux clercs, religieux ou laïcs, mais aux professionnels travaillant pour les industries de l’information (comme technologies informatiques et documentiques) et de la communication (comme technologies audiovisuelles) -fonctions qui, à l’époque des réseaux numériques, passent entre les mains des publics eux-mêmes.

Au sein de ces publics qui ne sont plus des audiences, passés du statut de masse de consommateurs à celui d’associations de contributeurs, émergent des figures d’amateurs au sens où Kant use de ce terme pour caractériser les Sociétés savantes issues de la République des lettres qui s’est formée à l’époque de Luther et Henri VIII – communautés d’amateurs en tout genre : artistique, encyclopédique, scientifique, médical, technologique, etc., et pratiquant non seulement les technologies dites collaboratives issues du Web 2.0, mais les équipements électroniques par lesquels tout un chacun peut accéder aux fonctions de captation, de postproduction, d’indexation et de diffusion des rétentions tertiaires ausiovisuelles, aussi bien qu’à des formes très avancées de la recherche, du traitement et de la diffusion numérique des données. »

Bernard Stiegler, Etats de choc : bêtise et savoir au XXIème siècle, pages 312-314 (éditions Mille et une nuits) 

quelques notions qu’il est important de mieux comprendre : hypomnémata, rétentions tertiaires : pour dire les choses assez simplement, les hypomnémata sont des supports de mémoire, et les rétentions tertiaires sont une mémoire extériorisée (hors notre cerveau).  La notion vient de Husserl, qui distinguait la perception comme rétention primaire, et le souvenir comme rétention secondaire.  Voici un texte (que je n’ai pas lu lors de la Lecture en partage) qui explique très bien ces trois types de rétentions :

« La rétention primaire, et sa distinction de la rétention secondaire, c’est ce que Husserl dégage d’une analyse phénoménologique de la mélodie. Dans le « maintenant » d’une mélodie, c’est à dire le moment présent d’un objet musical qui s’écoule, la note qui est présente ne peut être une note, et non seulement un son, que dans la mesure où elle retient en elle la note précédente, qui y demeure présente, note précédente encore présente qui retient en elle à son tour celle qui la précède, etc. Et il ne faut pas confondre cette rétention primaire, qui appartient au présent de la perception, avec la rétention secondaire, qui est la mélodie que j’ai pu par exemple entendre hier, que je peux réentendre en imagination par le jeu du souvenir, et qui constitue le passé de ma conscience. Il ne faut pas confondre, dit Husserl, perception (rétention primaire) et imagination (rétention secondaire). Mais il existe une troisième sorte de rétention, et elle est hypomnésique : ainsi, avant l’invention du phonographe, il était absolument impossible d’entendre deux fois de suite la même mélodie. Or, depuis l’apparition du phonogramme, qui est un cas de rétention tertiaire, et un stade de la grammatisation, c’est à dire une époque du supplément, la répétition à l’identique d’un même objet temporel est devenue possible, ce qui permet d’ailleurs de mieux comprendre les processus rétentionnels. » (cette définition vient de http://jeancletmartin.blog.fr/2007/11/13/bernard_stiegler~3290458/)

pharmakon : un pharmakon est une chose qui peut être soit poison, soit remède, suivant l’utilisation qui en est faite.  Voici un extrait de définition : « En Grèce ancienne, le terme de pharmakon désigne à la fois le remède, le poison, et le bouc-émissaireTout objet technique est pharmacologique : il est à la fois poison et remède. Le pharmakon est à la fois ce qui permet de prendre soin et ce dont il faut prendre soin, au sens où il faut y faire attentioni : c’est une puissance curative dans la mesure et la démesure où c’est une puissance destructrice. Cet à la fois est ce qui caractérise la pharmacologie qui tente d’appréhender par le même geste le danger et ce qui sauve. Toute technique est originairement et irréductiblement ambivalente : l’écriture alphabétique, par exemple, a pu et peut encore être aussi bien un instrument d’émancipation que d’aliénation. Si, pour prendre un autre exemple, le web peut être dit pharmacologique, c’est parce qu’il est à la fois un dispositif technologique associé permettant la participationi et un système industriel dépossédant les internautes de leurs données pour les soumettre à un marketing omniprésent et individuellement tracé et ciblé par les technologies du user profiling. » (http://www.arsindustrialis.org/pharmakon)

  • quelques phénomènes emblématiques de la révolution numérique : les phénomènes générés par le numériques dépassent aujourd’hui largement les ordinateurs.

Les nouvelles façons de concevoir, percevoir, et comprendre le monde découlent du numérique mais elles sont aujourd’hui réintégrées dans le monde « hors-ligne ».

la déshiérarchisation : la structure pyramidale typique de notre société globale, que ce soit sous forme de chef-employé, professeur-élève, ou maître-esclave (pour ne donner que quelques exemples), est en train d’être horizontalisée, pour donner naissance à des réseaux d’échanges de savoir et de collaboration collective.

l’open source : l’open-source, qui a commencé dans la programmation de logiciels libres, est basé sur la collaboration gratuite pour produire un outil commun, partageable, et modifiable gratuitement.  L’open-source a donné lieu au GPL (General Public Licence), copyleft construit sur la conviction que l’information doit être gratuit, qui a ensuite donner naissance à Creative commons, qui étend ce copyleft aux domaines de la création et de la fabrication.  Pour en savoir plus, un vidéo téléchargeable gratuitement : http://ripremix.com/

le do-it-yourself : le faire-soi-même sort de l’amateurisme, ou plutôt valorise l’amateurisme, c’est-à-dire, n’importe qui, avec un peu de volonté, peut apprendre à faire n’importe quoi, grâce aux informations aujourd’hui disponibles sur le net.  Cela passe à la fois par la numérisation d’énormément de textes sur des techniques en tout genre, et aussi par les blogs et les forums dédiés à toutes les activités possibles et imaginables, où les internautes peuvent poser des questions, donner des réponses, partager leurs expériences et conseiller leurs pairs.  L’échange de savoir qui permet le do-it-yourself devient d’autant plus concret aujourd’hui grâce aux Fab-labs qui rassemblent savoir et outils, comme vous pouvez le constater dans cet exemple vidéo : https://www.dailymotion.com/video/xjgvc2_fab-lab-squared_tech

et pour approfondir (malheureusement seulement en anglais, sorry!) : http://www.ted.com/talks/neil_gershenfeld_on_fab_labs.html (d’ailleurs ce site, TED, est une mine d’or pour apprendre sur la révolution numérique)

  • revenons à l’art

peu de choses ne sont pas affectées par ces changements, l’art l’est profondément.

Cet impact est à la fois direct et indirect :

indirect sur une partie de la nourriture de l’art : l’art puise dans l’actualité, et les profonds changements de notre réalité politique, économique, et sociale affectent l’art qui est produit en réaction à ou comme reflet de cette actualité.

L’impact direct est plus troublant, et porte sur le statut et le rôle de l’artiste dans la société, ainsi que sur son fonctionnement : création, financement, diffusion, distribution, communication, supports.

Les actions citoyennes se multiplient, s’organisent sur le net, se déroulent, se filment et s’uploadent sur Youtube, créant des actes et des objets qui ne diffèrent guère de nos performances ou nos oeuvres, si ce n’est que ces personnes ne se considèrent pas comme des artistes.  Que penser de ces 200 couples gays qui s’embrassent devant le passage du pape-mobile : https://www.youtube.com/watch?v=PBklHrgSwuY

ou de ce dispositif d’amplification purement fonctionnel mais fortement artistique lors d’Occupy Wall Street : https://www.youtube.com/watch?v=RsHNxUIrBMQ

Cela ne veut évidemment pas dire que les artistes sont voués à la disparition (ou à l’absorption par les masses), mais la participation croissante du public dans la production d’actes et d’objets qui pourraient être considérés comme étant artistiques questionne la relation que nous avons, en tant qu’artistes, à notre pratique, ainsi que celle que nous avons avec notre public.

Là où les artistes (ainsi que les philosophes et le corps enseignant) ont, de mon point de vue, un rôle important à jouer, c’est dans le développement d’un esprit critique face aux flux d’informations dans lesquels nous nageons en permanence, et face aux actes et objets qui foisonnent.  L’artiste est un passeur qui impulse le changement, la réflexion, la sensibilisation dans le sens de rendre sensible, d’éveiller une sensibilité, ce qui contribue à saisir et à utiliser intelligemment les outils que l’ère numérique propose, plutôt que d’être manipulé par ces mêmes outils dans les mains du pouvoir en place.

  • mon travail

je travaille avec, entre autres, un collectif qui s’appelle kom.post, et qui questionne les nouvelles modalités de réception chez le spectateur.  Nous créons des dispositifs artistiques divers et variés pour instaurer débat et dialogue entre institutions, artistes, et publics, et cela dans l’horizontalité, dans l’échange des savoirs.  Nous travaillons autant avec les arts vivants qu’avec les arts plastiques (festivals de danse, d’art numérique, de nouvelles technologies, centres d’art, écoles, etc), et créons toujours in situ, en inventant des nouvelles formes ou en adaptant nos formes récurrentes au contexte de la manifestation.

nous réfléchissons aux conséquences des nouvelles technologies en ce qui concerne notre être-dans-le-monde, et bien que nous utilisons parfois ces technologies, nous disons souvent que nous sommes « le plus low-tech du high-tech », dans le sens où nous ne sommes pas des « digital artists » ni des informaticiens.

j’aimerais bien vous donner l’adresse de notre site web, mais il se trouve que le pharmakon puissant qu’est le hacking nous a pris pour cible : notre site à été hacké par un robot russe qui a inséré de façon aléatoire des lignes de code dans tout le codage des nos pages internet, rendant le code inexécutable et les pages inaffichables…  je vous tiens au courant de sa reconstruction.

  • pour mieux connaître Stiegler

Stiegler a une école de philosophie en ligne que vous pouvez trouver ici :
http://pharmakon.fr/wordpress/
ainsi qu’une association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit, nommée Ars Industrialis :
http://www.arsindustrialis.org/
il a fondé l’Institut de recherche et d’innovation sur le principe que la meilleure façon de comprendre et d’utiliser intelligemment les outils numériques c’est de les développer :
http://www.iri.centrepompidou.fr/
vous trouverez de nombreux textes et vidéos sur ces sites qui sont d’excellente qualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.