“Jérôme Bel” de Jérôme Bel

Perceptions/Analyse de Jérôme Bel de Jérôme Bel

par Philippe MONNET.

Vidéo : Jérôme Bel interrogé par Christophe Wavelet, durée : 47’21 Lien:  http://www.catalogueraisonne-jeromebel.com/

Réception

Je n’ai jamais vu le spectacle, je n’ai donc pas vécu le rapport au spectacle vivant devant moi, je l’ai découvert à travers ce document audio visuel qui rassemble quelques séquences du spectacle.

Ce n’est donc pas la totalité du spectacle que j’ai vu, ni de manière  chronologique car les  scènes sont mélangées. Elles sont aussi entrecoupées du témoignage de Jérome Bel, interviewé sur son oeuvre.

Voilà, c’est simplement pour recontextualiser ma lecture de la chose.

C’est donc ce document d’archive qui m’a servi de support à ma perception de l’oeuvre

Il est évident que la question dramaturgique et la partition de l’oeuvre  dans son déroulement est donc appréhendée de façon parcellaire à partir de ces fragments, ce qui a été à un certain point assez frustrant mais en même temps stimulant dans les hypothèses de construction.

Ce choix de sujet est motivé par une certaine proximité esthétique entre ce spectacle, cet artiste et ma démarche et une performance sur laquelle je travaille. L’autre hypothèse était une oeuvre d’Anna Halprinn

La focale que j’utilise dans cette tentative d’analyse s’inspire d’ailleurs de l’approche d’Anna Halprinn à partir du filtre physique, sensoriel, émotionnel, sentimental, mental et imaginaire.

Ce sont évidemment quelques éléments dégagés et certainement pas une “totalité”. De plus, s’ajoutent tous les filtres du regard porté au vu du support et de mon statut d’observateur.

 

Présentation de l’auteur :

Jérôme Bel est un danseur et chorégraphe français né à Montpellier le 14 octobre 1964.

Il a été élève au CNDC d’Angers de 1984 à 1985. De 1985 à 1991, il a dansé pour plusieurs chorégraphes en France et en Italie (Angelin Preljocaj, Régis Obadia, Daniel Larrieu, Caterina Sagna). En 1992, il a été assistant de Philippe Decouflé pour les cérémonies des XVIe Jeux olympiques d’hiver d’Albertville1.

Jérôme Bel travaille ensuite avec Frédéric Seguette durant une dizaine d’année. Il propose alors des chorégraphies, apparentées au mouvement de la non-danse dont il devient l’un des chefs de file, jouant sur la carte d’un minimalisme assumé, provocateur et ludique, et remettant en cause certains acquis du spectacle1.

La non danse revendiquent une création scénique transdisciplinaire s’écartant du mouvement dansé traditionnel pour intégrer voire substituer les autres arts de scène (théâtre, vidéo, lecture, arts plastiques, musique) à la danse qui est plus ou moins mise en retrait.

En 2004, l’Opéra de Paris lui demande une pièce qu’il réalisera sous la forme d’un documentaire théâtral sur Véronique Doisneau, une danseuse du corps de ballet de l’institution. En 2005, il bénéficie d’une résidence en Thaïlande d’où il reviendra avec la pièce Pichet Klunchun & Myself, un dialogue chorégraphique entre lui et le danseur traditionnel thaïlandais Pichet Klunchun. En 2010, il collabore avec Anne Teresa De Keersmaeker à la création de 3Abschied.

Par ailleurs les films de ses spectacles sont présentés lors de biennales d’art contemporain (Lyon, Porto Alegre, Tirana) et dans des institutions muséales (Centre Georges-Pompidou à Paris et à Metz, Hayward Gallery et Tate Modern à Londres, MoMA à New York).

Perception :

1ère séquence :

Noir, brouhaha, un jet de lumière fend l’espace depuis le coté, le blanc jaune  découpe son passage dans le noir

Rapidement, des corps entrent en direction de l’obscurité,  imposent le silence. Ils sont nus, pas d’effeuillage, et donnés à l’état brut de la nudité.

C’est le début, ils marchent d’un pas sûr vers le fond, ils se placent. Dans leur sillon, une lumière les suit et jaunie toute la face arrière de leur corps. C’est une femme nue également qui porte la lumière, simplement, d’un pas plus lent, son corps est plus flasque, moins ferme, peut être plus vieux, moins entraîné.

L’ambiance est tamisée, obscure comme à l’intérieur d’une grotte ou la flamme d’une bougie survivrait au noir. Dans ce noir où se perd la lumière, l’intimité se dévoile, mais elle est accentuée sans artifice; les corps sont debout sans geste, ni mouvement. La chair et la forme des corps deviennent le support à la construction d’une succession d’images où se joue l’ombre et la lumière.

D’où viennent ils ? qui sont ils ?  on se croirait dans un sauna, nus comme des vers, anonymes, communs, dénudés de caractères propres, simplement sexués, pas de personnage, simplement eux mêmes dans la tentative du neutre, et pourtant si singuliers.

3 femmes , un homme, sans attention apparente les uns envers les autres, sans lien affectif.

Ils sont là

Simplement, un positionnement dans l’espace sombre et la femme lumière qui écris THOMAS EDISON sur le fond noir qui lui sert de tableau. Comme à l’école, elle  trace d’un geste décidé et sûr chacune des lettres avec une craie blanche, à nouveau le blanc s’imprime dans le noir, le blanc, le noir, la lumière, l’obscurité, l’homme, la femme, une palette de polarités qui se complète dans un jeu épuré.

2ème séquence :

Elle s’attrape un bout de chair avec sa main gauche, elle se regarde faire, elle étend sa peau, la triture, fait le tour de son corps, juste en dessous de sa poitrine, elle s’aide de sa main droite, elle ne se masse pas, elle ne se caresse pas, aucune connotation sexuelle ou érotique ou onanique, non, elle se plie la chair, l’étire vers l’extérieur, puis  fait pareil au niveau du cou, elle se sculpte autrement, elle se déforme, le visage dépourvu d’émotion, neutre, l’action musculaire bien orientée vers la réalisation de cette seule action.

Cette femme, avec son corps ordinaire, là, debout, n’a pas bougé de place, peut être cherche t-elle à sortir de son ordinarité, à se découvrir autrement, au delà du rôle social, derrière d’autres plis, avec la peau étirée, la douleur lui parle t-elle de quelque chose; peut être a t-elle simplement l’envie de sentir cette peau qui la recouvre, cette couche qui la constitue, de prendre concience tout simplement de l’existence de cette matière plus ou moins flexible qui l’a protège de ses os, qui fixe la frontière entre le dedans et le dehors, une simple exploration, là, face au public.

3ème séquence :

Un homme, une femme, éclairés de face par Edison, cote à cote.

Il s’assied au sol, elle vient se plaçer derriere lui. Elle est un peu cachée, elle le complète, ses cheveux deviennent une excroissance des poils des aisselles de l’homme, puis toujours à l’aide de ses cheveux,elle transforme le pénis de l’homme disponible en fleur ou en étoile de mer. Complémentarité, inversion, l’homme reçoit, la femme investit l’homme, le modifie, le rend drôle, il accueille, rôles inversés, le public rit.

Et le fil conducteur de la neutralité, de la simplicité, dans la façon de montrer le nu, sans honte, sans plaisir, sans indécence, simplement être nu avec des actions simples, précises, “loin du symbolique” précise Jérome Bel. La démarche me fait penser à Grotowski  qui réfute le symbole dans sa conception de la création des actions physiques, sentir, laisser venir, construire un théatre organique, un théatre de la crauté selon Artaud.

Peut être que fuir le symbole est une des manières de se rapprocher de lui, d’un universel, comme l’ont fait remarqué certains critiques au sujet de Jérome Bel 95 en qualifiant son spectacle “d’universel”, alors que Jérome Bel lui même affirme tout le contraire. On peut alors se poser la question, à partir de quel point le contraire d’une chose peut elle permettre de la rejoindre plutôt que de s’en éloigner ?  à quel point une action physique concrète, simple, peut fournir et produire un sens, où des sens plurielles selon que l’on est ouvrier, banquier, ardéchois, arabe ou israëlien ? qu’est ce que l’universel ? comment se fabrique t-il ?

4ème séquence :

Trajets, le fil rouge se déploit, il frontièrise, le jeu se nourrit d’un nouvel accessoire, le rouge à lèvres de couleur rouge, le sang, le vin, l’interdit, la passion, les chemins fleurit hors de la raison, cheminer à l’intérieur du corps comme une couture sur un vétement de chair, au sein de l’arborescence veinale, des organes,…

Le corps de cette femme retracé avec cet outil, sa surface découpée en section, comme les découpes du corps par le couturier que j’utilise dans ma performance, une tentative de déconstruire le corps, de le reconstituer, le redessiner, le transformer.

Traces de l’écrit sur le tableau noir à la craie blanche, cheminement du rouge à lévres sur la chair nue, un parcours qui nous révèle des informations concrètes, inscrites dans et révèlée sur le corps, chaque corps, informations sur chacun des actants, sur ses particularités communes d’ailleurs à l’espèce, date de naissance autour de son nombril sur le ventre de l’homme qui gonfle, date de la défloration de la femme autour de son pubis, dévoilement intime, seule allusion concrète à la chose sexuelle.

Le corps révèle à nouveau son passé, sa mémoire, ses cicatrices, sa douleur, ses bonheurs, ses déchirures, ses grains de beauté, le corps comme boite à enregistrement, une annale akashique. Aussi limité et inconscient que soit le mental, tout est dans le corps, l’histoire de cette vie et bien plus, comment ne pas y porter son attention, comment ne pas prendre le temps d’explorer cette bibliothèque de savoir sur soi.

L’oeuvre nous invite à prendre ce temps, à rompre avec la temporalité habituelle, avec cette mécanicité, ce rapport uniquement fonctionnel ou utilitaire du corps. Elle nous invite à ré honorer notre corps. Ce corps mémoire de nos maux comme il se plait à nous le rappeler, parfois violemment si nous ne l’entendons pas ou ne l’élucidons pas.

Quel est pour chacun d’entre nous notre niveau de contact avec notre propre matière corpoelle, celle qui nous accompagne du début à la fin, avec  tant de fidèlité et tant de secrets, de mystères ?

Et toujours cette lumière, qui se ballade, juste ce qu’il faut pour lire ce livre du corps, à son rythme, dans le silence de la nuit.

5ème séquence:

J’aime… j’aime ce rapport à l’odeur, ce sens animal, puissant, ce réflexe immédiat de l’existence d’un liquide sur le corps pouvant répondre au besoin d’une action, effacer une lettre, avec sa propre transpiration, celle de ses aisselles. Le monde actuel nous impose de ne pas aimer ses odeurs, intimes, ni les poils, les gros, les faibles, les vieux…

Là la matière de son propre corps et chargé de son odeur intime est intégré au jeu, naturellement.

Et comme la transpiration ne suffit pas, cette femme aux apparences nue et  socialisée ouvre un accés à la femme instinctive sans tabou qui va chercher la pisse, là, au sol, comme un enfant jouerait avec son pipi, sans hésitation, pour continuer à effacer certaines lettres, mouvée par la simple efficience.

L’action est nette, claire, sans ambiguïté  et inévitablement, vient faire trembler les limites personnelles de l’acceptable, de la “bonne” éducation, c’est indéniable.

Un enfant joue avec son pipi, avec son caca, avec son sexe… car il ne sait pas encore, mais un adulte ! il y a donc dans cette oeuvre des impulsions toutes enfantine, de l’exploration non assujettie à la socialisation, non freinée par une sorte d’inhibition éducative. Réouverture de sensations originelles, pulsionnelles.

6ème séquence :

Je m’appelle…., je mesure….., je pèse…., j’ai tel âge, telle somme sur mon compte en banque…

Tu es comme moi,  j’ai aussi un nom, une taille, un poids, un âge et peut être un compte en banque; d’ailleurs comment le compte en banque en est il arrivé à une telle universalité !

Tu as un corps comme le mien que tu caches sous tes vétements, sous tes masques sociaux, et tu pourrais peut être aussi te dépouiller de tous tes apparats, regoûter à ton essentiel, aimer aussi l’odeur de ta transpiration sans le dernier déodorisant Chanel 28.

Peut être, peux tu chez toi dans la lumière tamisée de ta chambre te permettre de toucher ta peau sans la juger, simplement la sentir au bout de tes doigts, te promener dessus, sentir ton souffle qui frôle sa surface, sentir  une envie, celle d’uriner. Comme moi, tu es un homme comme moi, tu es une femme comme moi, nous avons la même organicité, au delà de notre couleur de peau, au delà de notre position sociale, l’urine qui chatouille ta vessie lorsqu’elle se met en mouvement, coule le long de ton canal interne,  s’éjecte à l’extérieur. Et quel rapport à ce mécanisme naturel de traitement essentiel par le corps de nos toxines.

Avec ces informations personnelles et communes à la civilisation, Jérome bel dit opérer avec ces inscriptions “un rapprochement” avec le public, je dirais qu’il permet la possibilité d’une identification du spectateur avec les actants, il crée une passerelle, une possibilité de connection, dans le but qu’ils soient acceptés, aimés, pas rejétés comme des êtres impurs, indécents, malgré leur nudité, leurs excés, leurs transgressions… oui, le corps peut rassembler autant qu’il peut séparé, il est fusion et exclusion, il est communauté de ressemblance et violence du rejet de part les différences de traitement qu’il inspire.

7ème séquence :

Il bave, comme une bête, sa bave coule de sa bouche, les lévres ouvertes, la tête penchée vers l’avant, cette bave me fait penser aux  états des fous traités à l’asile psychiatrique; les médicaments anihilent la volonté et l’action musculaire . Le “traité” n’a même plus la force de garder sa salive et elle s’écoule comme ça, à la vue de tous.

Le liquide s’écoule, il marque un tempo, un débit, petit, et chute sur son sexe, plus bas. L’homme regarde faire la matière. Il relie sa bouche et son sexe avec sa bave, l’orifice de sa bouche où il ingurgite la nourriture, émet des sons, rejoint celui de son organe reproducteur et urineur, ou il éjacule, urine, joui. Ce n’est plus le cerveau qui connecte les deux mais la salive, cette suavité, une médiatrice entre la bouche et le sexe.

Puis la salive, aprés s’être écoulée sur le prépuce, chute encore, jusqu’au sol, l’organe géniteur rejoint la terre fertile, sous l’effet de la gravité. Nous aurions pu débuté ce chemin gravitaire par une goutte de pluie depuis le ciel puis le front, la bouche, le sexe, la terre, et obtenu l’homme canal entre ciel et terre.

Mais… l’instant est grave d’ailleurs, le public installe un silence religieux, un climax se construit, tension perceptible, le public est suspendu, contenu….  L’organicité, elle, continue, telle la lave du volcan qui glisse, écrase les obstacles, les avale, les consume, dans une lenteur sûre, comme un orgasme latent. Pas question de raison, de convention, de morale, d’éducation, de conception sur ce qu’est la danse, de tabou, une chose en amène une autre, l’homme pisse, là, sur le sol de cette scène, sur ce tapis de danse noir, le liquide coule, le stimuli de la bave sur la calotte de son gland a déclenché l’envie d’uriner, et il urine à la vue du public.

L’organique occupe l’espace visuel et sonore, il s’étend, la lave atteint des points névralgiques, insupportables, c’est la panique ou le rire nerveux ou joyeux, on s’y retrouve ou pas et alors on se lève et on part, et il y a la place entre les deux.

Une limite, une de plus est franchie, l’organique écrit à son tour, son vocabulaire n’est pas la lettre mais la coulée de bave, le jet de pisse qui éclabousse le sol d’une scène nationale, se répand, dégouline, s’étale.

Le corps ne passe pas par le mental ou si peu, le lien est direct quand le corps parle, il est trangressif quand il ne se censure pas.

Et… je ressens aussi, là, tout le pouvoir conféré à la transgression

Bruit de l’urine qui chute sur le sol, chant grâcieux, résonnance dans l’espace, pluie qui précède et accompagne l’orage, terre fertile, vivante, graines nourrissantes pour les chants d’oiseaux, paysages de sonorités colorées.

Obscurité , c’est dans le noir que s’offrent les corps, dans le noir qu’ils se dénudent, qu’ils offrent leur part d’ombre à la nuit, et ne la révèle que sous la lumière des projecteurs, si fine soit elle.

Ombres cachées en plein jour, réfugiées, indécentes, scandaleuses, provocatrices.

Dans l’obscurité, on est plus disposé à se confier, à se délier, à libérer ce qui cogne un peu trop fort. Oreille et regard attentifs à ces parties de soi, chance donnée, être plus entier, complet, conscient, plus en connection avec la source, sensation de liberté.

Tout cela incite à la confidence, au rejet, au déni, selon.

Nuit sans jour n’existe pas et vice versa, pas l’un sans l’autre, comme il n’y a pas l’extérieur du corps sans l’intérieur et vice versa.

Les danseurs et les performers, ici, à l’écoute de ce in tout en étant dans le out donnent la possibilité au “spectateur” d’accéder à ces (ses) espaces intérieurs,  il permet à son imaginaire personnel de se projeter dans l’intérieur disponible.

Dans cette pièce “dansée”, il n’est pas question d’agitation,  ni d’une quirielles de gestes et de mouvements, peut être plus de corps qui suivent une idée, celle du corps.

Espace investi dans le calme, douceur, pas de gestes brusques, ni physiquement tranchant. Actions percutantes, données au regard, l’espace devient un espace de ressenti, émis par chacun des “regardants” associé à celui des actants (sur scène), intérelation intime, dense, puissante.

Invisible, un ressenti entre, un champ invisible de perceptions qui, matérialisé en couleur, fournit un fantastique opéra intéractif chromatique dans tout le volume… accentué par le noir

Le silence participe à l’expression de ce ressenti, onde vierge du son nulle, qui libère l’espace et l’offre à l’imaginaire individuel et collectif.

Offrir le silence, c’est offrir une onde vierge, un support disponible à l’ouïe. Offrir un décor noir, c’est offrir la possibilité de projeter son imaginaire.

Offrir des actions claires avec un rythme juste, c’est permettre au public le temps de les intégrer et d’en “subir” les effets.

Offrir la nudité dans son organicité et sa singularité simplifiée c’est ré ouvrir les accés à nos sources, à nos instincts, au désir, à notre nature propre, à nos limites, notre liberté

C’est repositionner l’humain dans une “juste” position, au delà des discriminations de l’habillage et de ses distinctions sociales.

Et tout ça, au fond, est ce vraiment de la danse ?

Eh bien je m’en fous

Je dois rajouter que, aprés s’être un peu plongé dans les fragments de cette oeuvre, l’envie est énorme de l’apprécier en entier. La frustration est là, beaucoup d’hypothèses dramaturgiques en suspens.

Enfin, dés la première fois, j’ai été surpris par le nom donné à l’oeuvre qui est le même que son auteur Jérôme Bel…  j’ai sur le coup trouvé cela trés égocentrique et la justification que Jérome Bel en donne introduit une logique dans le choix de ce titre; tous les actants sont nommés dans le spectacle, il est “normal” que l’auteur nomme l’oeuvre de son nom. Pour moi c’est une belle leçon d’affirmation de soi.


1 réflexion sur « “Jérôme Bel” de Jérôme Bel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.