“Das Chrom + & Du” de Neuer Tanz

Perceptions/Analyse de Das Chrom + & Du de Neuer Tanz

par Fabio KINAS

RéceptionJ’ai vu cette pièce Das Chrom + & Du de la compagnie allemande Neuer Tanz aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis en juin 2008

Bâtir, rebâtir…

Le geste plasticien accordé à des mouvements fréquentiels dans ce spectacle, provoque la sensation d’impuissance, d’inutilité et ou d’indifférence, plus qu’une sensation, le spectateur est amené à adhérer, et ainsi, en acceptant cette esthétique, il accepte la méthodologie, la façon dont elle est déballée devant nous. Cela peut prend du temps, faire du bruit, agacer ou même indifférer dans une lente et graduelle sensation d’acceptation de ce « despotisme d’usine ». Ce qui pouvait être minimaliste et beau aux yeux du public de grandes villes européennes, devient bruyant et perturbant. Les corps suivent une logique ordonnée et implacable, conditionnés aux activités de progressions sans « évolution ». Ces corps sont des sujets seulement dans les petits moments de rencontre avec l’autre. Dans leur temps libre, ils jouent leurs petits rôles, autant machinisés que leurs temps écoulent à nouveau dans la reprise des mouvements fréquentiels. Une étape sonne, la trompette chromée peut nous indiquer un cycle, mais vu à distance, tout est absurde, car pareil et indifférencié. Le son conjugue la danse que l’on pourrait dire déconnectée, car les couches en soi (déballer, changer de place, organiser les livres, faire sonner la trompette), n’ont pas d’importance sans le tout (avec le coup de la vue et du temps), mais ce tout n’est rien sans l’observation (le vivre) des petites couches (d’action).

Détourner ces belles choses, inclus les corps en beauté d’action, selon VA Wölfl dans les interviews, être acceptable dans ce milieu professionnel est facile, le plus compliqué est d’entrer dans ce milieu esthétique et de le perturber. En le poussant à son extrême, dans des conséquences qui débordent, mais qui au même temps, tournent autour d’un Statuts Quo. Sage, propre, bruyant, répétitif, rationnellement chaotique et maîtrisé, (Das Chrom…), nous renvoie des images, des sortes d’allégories qui deviennent crues et nettes, où ce qui mène la danse est le mouvement d’un va et vient symbolique d’adhésion et de réjection pratiqué par le(s) public(s). Rapidement moi, le public, nous disons : – oui, nous avons compris. Mais, dans la suite, nous allons comprendre qu’ils ont compris que nous avons compris… et alors, quoi faire de notre compréhension dans ce milieu dérangeant ? Joliment déroutant, (…+ & Du) nous met avec et en confrontation (le public et le spectacle). Partir, subir ou se réjouir – en « souffrance » ? Il n’y a pas de décisions à prendre, mais des transitions à vivre, se faire un spectacle à soi, à partir des actions qui chorégraphient la danse de nos sensations.

Les éléments du spectacle peuvent êtres aussi décrits par la scénographie, où il s’agit de murs de livres qui se construisent et se défont au fur et à mesure. Sous des coups de trompette, qui sonne (par les danseurs) de temps en temps, au milieu d’une musique électronique très forte et répétitive.

(Pour une autre description, voir le Communiqué de presse ci-dessous)

Un spectacle doit :

« être propre, rythmé et avoir belle allure, bref, être professionnel ! » Va Wölfl

Communiqué de presse et articles de presse : “Das chrom + & du”, Neuer Tanz, Va Wölfl

Horaires : vendredi à 21h, samedi à 21h, dimanche à 20h
Durée : 90 min
Lieu : Salle Oleg Efremov
Chor(e)ographie : Va Wölfl
Interprétation : Izaskun Abrego Olano, Armin Biermann, Alfonso Bordi, Gerald Butolen, Nicholas Mansfield, Senem Gökçe Ogultekin, Guido Orgs, Edgar Sandoval Díaz, Judith Wilhelm, Susanna Keye, Peter Bellinghausen, Alexander Collatz, Jürgen Grohnert, Thomas Schneider, N.N ; Stefanie Kusenberg ; VA Wölfl

Des cartons remplis de centaine de livres qui seront progressivement dispersés, piétinés — envahissant l’espace comme des marchandises vidées de contenus : c’est autour de cette allégorie que s’écrit la nouvelle pièce de Va Wölfl. Un piège visuel et mental, qui dissimule sous la beauté du tableau une mécanique implacable. Le livre — objet, scénographie, sol, mais aussi référent culturel — « Le livre doit faire machine avec quelque chose, il doit être un petit outil sur un dehors » (G..Deleuze). La scène fait machine avec le livre, devient un agrandissement de cette image ; comme si toutes les pages s’étaient mélangées, des fragments de culture surgissent, rattrapés par la violence endémique qui anime les corps. Un pas de deux se transforme en lutte à mort, un sonnet de Rilke en énonciation brutale, un air de jazz en dissonance. Les danseurs déballent les livres, les répandent au sol, rebondissent dessus, esquissent un mouvement, chutent, se relèvent. Des échos étouffés, des refrains obsédants reviennent, toujours plus inquiétants — comme cette trompette douce puis stridente que tous manipulent.

Sur un radeau constitué de débris de culture, où sont agencés de manière folle lumières, corps et couleurs,  Va Wölfl nous présente une vanité démultipliée ; une symphonie d’apocalypse où les volumes de papier et les volumes de chair deviennent les notes d’une rumeur plus vaste, les instruments subversifs de la forme. L’art consiste à lâcher des bombes. « Se tenir immobile est la seule explosion ».

http://www.paris-art.com/exposition-art-contemporain/Das%20chrom%20+%20&%20du/neuer-tanz–va-woll-/9010.html

Article de TELERAMA

Neuer Tanz, compagnie de danse contemporaine

dirigée par l’artiste visuel VA Wölfl “photographe et plasticien”

de Düsseldorf (Allemagne). Né d’un père metteur en scène et d’une mère dessinatrice.

Il insiste : il n’est pas chorégraphe, ni metteur en scène, mais photographe et plasticien, ayant choisi depuis le début des années 80 de travailler aussi avec des danseurs. Il déclare qu’un spectacle doit « être propre, rythmé et avoir belle allure, bref, être professionnel ! »

Le style Neuer Tanz fait mal. Lumières aveuglantes, sons rudes, ruptures de rythmes imprévisibles pour une danse d’actions (marcher, courir, s’habiller…) apparemment banales. Dans Das Chrom + & Du, en 2008, les dix interprètes déballaient des caisses de livres pour en tapisser le sol tout en donnant régulièrement des coups de trompette stridents dans des micros.

Outre leur entraînement physique, ses interprètes prennent des cours de dessin et de peinture, de musique aussi. « La danse, c’est bien, évidemment, mais à condition que des choses étranges lui arrivent sans qu’on s’y attende. » L’étrangeté, l’ennui font partie des valeurs chères à Wölfl « pour que le public devienne un peu nerveux ». Il moque gentiment les danseurs qui veulent briller pendant tout un spectacle. « Cinq minutes pour montrer que l’on est un professionnel suffisent. Faire de belles choses est facile, mais l’inverse, beaucoup plus compliqué. »

Critique de et par Guy Degeorges (extrait de son blog – sur internet)

Par Guy Degeorges, Paris – Blog Un Soir Ou Un Autre

http://unsoirouunautre.hautetfort.com/tag/neuer%20tanz

Pendant ce temps, les dix de Neuer Tanz déballent des centaines de livres pour les disposer sur le sol, jusqu’à pleine occupation du terrain. Avec méthode et frénésie. Pour dessiner au pied de la lettre le vide ou le trop plein d’un paysage culturel désespérant? Ou illustrer littéralement le dicton, selon lequel moins on a de culture plus on l’étale? C’est en tous cas rien de plus que cette activité qui est donnée à voir, ou- pire encore- ce qui en découle en terme de variations chorégraphiques, répétitives jusqu’à l’écoeurement. L’espace visuel est envahi de signes inintelligibles, livres qui jamais ne seront lus. L’espace sonore saturé d’une techno roborative, superposée sur dix platines. Les manutentionnaires y posent à tour de rôle une note de trompette, dos au public façon Miles Davis dernière manière, plus préoccupé de tendances que de musique. Les va-et-vient des personnages dépossédés, sourires figés, entre livres et cartons se transforme en pas de danse sans sens, qui gagnent leurs voisins par contagion. Ce qui est tristement posé est l’impossibilité de l’identité. “I don’t want to be anybody” chante l’un avant de ressembler aux autres. La singularité est une maladie mortelle, qui lorsqu’elle fait à terre une victime fige un instant la communauté dans l’effroi et le silence. Mais une femme fatale agonise dans l’indifférence générale, le temps d’une pause sur un mode piano-bar.

L’exposé est implacable, et tout autant indigeste. Ceux qui avaient trouvé le temps long durant la pièce d’Arco Renz tout à l’heure ne connaissaient alors pas leur bonheur. Arrive enfin le moment où tous les livres sont déballés, la scène entière envahie. Alors le vague espoir d’une sortie du purgatoire. Que quelque chose de vrai survienne. Un commencement. Mais les dix entreprennent aussitôt de tout remballer dans les cartons, tout aussi systématiquement: on prend la triste mesure du temps qui reste, autant qu’on a déja enduré. La démarche tient de l’acharnement. On repart comme aprés avoir subi la fastidueuse démonstration de faits dont on était d’avance convaincu.

Par Guy Degeorges, Paris – Blog Un Soir Ou Un Autre crée en mai 2006

http://unsoirouunautre.hautetfort.com/tag/neuer%20tanz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.