Michel Giroud, “John Cage via Duchamp et Satie – Conférence-action” par Spangle

Compte-rendu de séance #1 “John Cage via Duchamp et Satie – Conférence action” de Michel GIROUD (peintre oral et tailleur en tous genres, historien et théoricien des avants-gardes : Dada, Fluxus et Cie, directeur de la collection « L’écart absolu » des Presses du réel, Dijon)

du vendredi 12 octobre 2012, Université de Franche-Comté UFR SLHS

par Spangle DURAC

432548904_640

COYOTE

Michel Giroud ne nous a pas expliqué ce qu’était une conférence-action. Surtout pas préalablement. Il nous a parlé de ce monde, de ses tensions, de ses hypocrisies, de ses injustices et de ses espoirs. Il nous a promenés à travers les cent cinquante dernières années tout en nous nous exhortant à recourir à la photocopieuse plutôt qu’à nous entasser en masse pour écouter quelqu’un nous lire un cours ; à ne pas admirer, encore moins faire la cour, mais à avoir des « oncles », à trouver les personnes qui nous donnent accès à une pensée en train de se faire et non à une pensée toute faite. Le devenir ! Le mouvement !

En fait de mouvement, tandis qu’il nous conte des anecdotes, qu’il taille des costards aux cons, mais aussi à ses oncles -car respecter n’est pas idolâtrer et John Cage s’est vu qualifier de pentecôtiste (whatever…) puis de mec cool (mais parce qu’il a peur), qu’il puise dans sa propre histoire, qu’il donne la parole à ses fantômes, il semble s’éloigner du sujet mais « On est en plein dedans là, je vous parle de Cage », nous avertit-il, et comment c’était vrai, perceptible, ne peut être mis en mots, pas plus que les mots « hurlement de coyote » ne peuvent rendre compte d’un hurlement de coyote.

 

Je peux tout de même donner deux exemples plus concrets, afin de dissiper tout malentendu : chacune des affirmations étranges auxquelles nous avons eu droit vendredi matin était à prendre au sérieux -en même temps qu’à la plaisanterie si nous le voulions.

À la pause, il ne s’est pas arrêté de discourir, parlant chapeaux, pour se remettre en marche au moment prévu. Il a poursuivi, ou plutôt il s’est laissé poursuivre par ce qu’il n’était pas en train de dire mais de faire. Même dans une conférence-action, la pause est le moment de reposer ses fesses de la chaise, de griller une cigarette ; mais la pause n’est pas une pause : c’est, par exemple, un concert. Celui des bavardages que tous, fenêtres grandes ouvertes sur les instructions de Coyote, donnions à entendre sans rechercher la dodécaphonie.

71271933_640

Et cette pause qui est un concert est une leçon : l’illustration d’abord du « tout est musique » de Cage, mais aussi une invitation à l’attention. Regardez, nous dit Coyote. Il y a marqué « pause », mais vous pouvez y trouver bien autre chose, si vous prêtez attention à ce qu’il y a à voir au lieu de lire l’étiquette.

Deuxième exemple, un petit tour assez banal pour un chamane : pressé de conclure par nos murmures impatients, Coyote affirme qu’en quelques minutes, il dispose de cent millions d’années (j’exagère, mais c’était l’idée). Comme, je suppose, toute l’assistance, je crois à une manœuvre dilatoire ou à une fanfaronnade.

Mais après être allé’ faire un tour dans les Alpes rurales et Paris occupé, m’être penché’ par-dessus l’épaule de Mozart, avoir senti le flux qui de Duchamp arrive à Cage pour ensuite devenir fluxus auprès de George Brecht, assisté à la guérison d’un enfant par somatisation de l’intention de la lui apporter, après avoir relevé des anagrammes inattendues, voyagé entre mille lieux et mille idées, je m’aperçois que tout cela a eu lieu en quelques minutes -sept, probablement- et suis réellement étonné’. Mais Coyote n’a pas terminé. Malgré notre impatience, il suit les exigences de sa conférence-action, rétive aux horaires, et nous emmène encore, deci, delà, fréquenter ses oncles favoris.

Pour finir, Coyote qui a aimé notre envie de partager une semaine de camping hors session, nous invite à la passer chez lui et y ajoute le projet d’écrire un bouquin, là, tous ensemble. Voici les lectures qu’il nous suggère pour tirer le meilleur parti de ces quelques jours qui promettent, eux aussi, d’être intenses : Dada à Zurich – Le mot et l’image (1915-1916), Hugo Ball, Les presses du réel, Robert Filliou – Nationalité poète, Pierre Tilman, Les presses du réel.

                                         Spangle Durac, octobre 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.