“Un peu de tendresse bordel de merde !” de Dave St-Pierre

Perceptions/Analyse de Un peu de tendresse bordel de merde ! de Dave St-Pierre

par Virginie DUCEUX.

Création 2008 /Captation 2009

Petite biographie de Dave St-Pierre :

«Danseur depuis l’âge de cinq ans, formé aux claquettes et passé par les Ateliers de danse moderne de Montréal, Dave St-Pierre travaille pour différentes compagnies canadiennes. C’est avec le chorégraphe Daniel Léveillé, dont il est l’interprète dans Amour, acide et noix et La Pudeur des icebergs, qu’il se fait connaître. Il travaille alors pour le cinéma, crée plusieurs pièces avant de trouver sa marque avec La Pornographie des âmes (2004), énorme succès au Canada qui lui ouvre une carrièrre internationale.»
source : http://www.laboratoiredugeste.com/spip.php?article195

Résumé du spectacle :
«Avec cette pièce, Dave St-Pierre met en scène des handicapés du coeur, des hommes et des femmes qui s’accrochent comme des noyés à des bouées qui ont tôt fait de couler avec eux. À travers des mouvements et des élans quotidiens et réalistes, mais grossis, placés hors contexte, déformés par le regard subjectif du chorégraphe et appuyés par des effets dramatiques percutants, s’insinue une véritable phénoménologie des comportements. Voilà une oeuvre acharnée, sans concession, qui
fait du moment de la représentation un nerf à vif. Une oeuvre qui convoque en son sein des zones de turbulence, des corps
à corps éperdus avec un désir “inassouvissable” comme avec un ironique désenchantement. Un peu de tendresse bordel de merde ! nous tend un miroir embué de larmes. Au-delà de la tension créée par l’acte de danser et par l’éphémère du mouvement qui va mourir, au-delà du coudoiement naturel des forces qui dessinent la réalité désespérante du discours amoureux, s’exprime la conscience de cette fragilité essentielle, qui est pour Dave St-Pierre le fil avec lequel il suture les plaies de son coeur brisé. (Stéphane Lépine.)»
source : http://www.laboratoiredugeste.com/spip.php?article195

MA DÉMARCHE

Je souhaitais prendre une pièce chorégraphique où le corps était mis à mal physiquement, où il y avait du choc entre les matières, matières organiques, matières scéniques. Je voulais de la confrontation au sein d’un même corps, mais aussi de celui-ci avec son environnement. La mise en difficulté d’un corps sur scène m’émeut, produit des sensations inex- plicables dans mon être, presque du plaisir, ou de l’identification, j’expérimente ainsi une sorte de mimesis ?

J’ai pensé à plusieurs pièces chorégraphiques mettant en jeu cette «violence» faite au corps : FF+Rew d’Ann Van den Broeck (2002), Still Difficult Duet de Pieter Ampe et Guilherme Garrido (2009), les X-Event de Annie Vigier et Franck Apertet, cie les gens d’Uterpan (2007, 2008).

J’ai finalement porté mon choix sur la pièce Un peu de tendresse bordel de merde ! de Dave St-Pierre (2008). Le choix a été orienté, majoritairement, par rapport aux vidéos que j’ai pu trouver sur internet. En effet je ne voulais pas de «teaser» de spectacle où s’enchainent les extraits de quelques secondes habillés souvent par une musique dont on ne sait si elle fait partie du spectacle ou non. Je souhaitais un extrait de plus de 2 minutes, pour qu’il y ait matière à analyser.

J’ai donc trouvé une captation vidéo du spectacle Un peu de tendresse bordel de merde !, de 2009, réalisée pen- dant la Biennale de la Danse à Lyon. C’est un extrait de 3min10.
source : site Numéridanse : http://www.numeridanse.tv/index.php?Itemid=7&mediaRef=MEDIA110105165830144&option=com_mediacenter

 Duceux1D2D3D4D5D6D7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.