“60 Minutes of Opportunism” d’Ivana Müller

Perceptions/Analyse de 60 Minutes of Opportunism d’Ivana Müller, 2010
par Peggy CAMUS

larger_muller1_urska-boljkovac

Je propose une analyse de “60 Minutes of Opportunism”, performance que j’ai eu l’opportunité de découvrir à 3 reprises et sous 3 angles différents :

  • –  En tant que spectatrice à la ménagerie de verre
  • –  En tant que programmatrice à l’atheneum
  • –  En tant que participante à la performance à l’atheneumIvana Müller, c’est l’histoire d’une rencontre et d’une véritable « claque artistique ». La première pièce que j’ai découverte était While We Were Holding It Together en 2011. Uneperformance avec quatre interprètes quasi immobiles durant une heure. Cette pièce fait appel à l’imagination du spectateur car durant toute sa durée c’est un mouvement de la pensée qui est proposé où le texte (enregistré et dit en direct à certains moments) circule entre les interprètes. Une performance troublante entre tableau vivant et nature morte.Dans 60 Minutes of Opportunism, Ivana Müller se met véritablement en scène et interroge la notion de « représentation » dans le spectacle vivant.

    Descriptif de la performance à partir de la relecture d’une captation vidéo :
    Ivana Müller arrive face public, seule.
    Elle explique le processus de travail et de présentation par le biais d’une voix off. Immobile.
    Présente.
    Observante.
    Communicante.
    « J’aimerai profiter de l’opportunité… »
    Les yeux et l’esprit
    Le recul sur la représentation
    La distance
    Le trouble
    5 minutes de discours enregistré et le mouvement arrive, un quart de tour, un autre
    « Regardez-moi »
    Elle suspend l’enregistrement et prend le micro pour parler en direct
    Elle se déchausse, range ses chaussures dans son sac à dos et met des chaussures à talons. Expérience physique
    11 minutes, elle s’allume une cigarette
    17 minutes, elle enlève ses chaussures à talons, les ranges dans son sac
    Je vais danser, imaginez-moi danser sur cette musique classique
    Pendant 4 minutes
    L’imagination et la projection
    « C’est compliqué d’être le centre d’attention »
    L’humour
    25 minutes, elle se déplace et revêt un drap noir
    « J’ai chaud »
    Décrire les sensations
    La forme, la sculpture
    La transformation

page1image19608

30 minutes, l’arrivée des autres silhouettes noires Une vingtaine de silhouettes drapées d’un tissu noir On aperçoit leurs chaussures de ville
Elles se placent dans l’espace

L’espace change et se remplit
Positions neutres ou postures
Le groupe, sa présence puis sa disparition Grand écart d’Ivana
La position, tenir la position en grand écart
Le porté sur une autre silhouette noire
« Une nouvelle perspective entre vous et moi » Le retour du groupe
Découvrement et disparition
La chanson d’Ivana en direct
Le retour de la voix off
Les remerciements, le micro dans le sac
Le sac à dos reste au sol
Le salut d’Ivana et des participants.

FIN

g_itw10muller02

Ma première « expérience » était celle de spectatrice à la Ménagerie de Verre. J’ai été tout de suite séduite par la personne Ivana Müller et le jeu qu’elle installait entre elle et le public. Le fait d’interroger le corps et sa représentation. De questionner la place du spectateur. Le rapport/le jeu entre celui qui est sur scène et celui qui est dans la salle. Le spectacle comme une construction commune entre le performeur et le spectateur. Beaucoup de choses se passent dans l’imagination du spectateur. Un possible est évoqué et si le spectateur plonge dans ce possible, il y a beaucoup de portes qui s’ouvrent… L’humour subtil qu’y installe l’artiste crée de la distance. Les outils chorégraphiques sont présents : l’espace (vide ou remplit de silhouettes, le temps (l’attente, le silence, l’étirement), le corps (sa présence, sa fragilité), la musicalité (le bip-bip de la voix off enregistrée, la chanson de fin) et le texte (présent tout au long de la performance).

Ma seconde expérience était à l’occasion de l’accueil de 60 Minutes of Opportunism à l’atheneum dans le cadre du temps fort ACTIONS. J’étais à nouveau dans la salle et je connaissais le déroulement et les « surprises » de la performance. Je pouvais capter l’attention, l’écoute et les réactions du public.

Enfin, j’ai participé à la performance en étant l’une des silhouettes noires qui prenait la pause aux côtés d’Ivana Müller. C’était une expérience riche de pouvoir vivre la performance de l’extérieur et de l’intérieur à la fois. Connaître le déroulement de la pièce, patienter avec les vingt autres participants dans les coulisses, sentir la pression monter (il faut signaler que la majorité des silhouettes-volontaires n’avaient pas vu le spectacle en direct, juste une captation vidéo en amont et rencontrés Ivana à l’occasion d’un atelier) et expérimenter le plateau en sentant la salle et la présence de l’artiste.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
DU ADP (11 février 2014). “60 Minutes of Opportunism” d’Ivana Müller. DU Art Danse Performance. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ny61


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.