Claude Sorin “Les voies de la danse : archives radiophoniques”

Compte-rendu de séance “Les voies de la danse : archives radiophoniques” de Claude SORIN (artiste chorégraphique, enseignante en histoire de la danse)

du jeudi 13 décembre 2012, CCN de Franche-Comté à Belfort

par Magali ALBESPY

page1image1448

//Proposition d’écoute//

Un montage d’extraits de reportages radiophoniques en rapport avec la danse dans des situations et contextes variés : un cours de danse classique, un reportage journalistique, un extrait de spectacle commenté et décrit (de Karin Waehner), etc.
Remarque – La force des images qui parviennent : avec la radio, il n’y a «pas de bords à l’écran» et une large place laissée à l’imaginaire.

//Idées générales sur la radio//

La radio restitue la réalité du présent : par sa légèreté de matériel et de dispositif, elle peut rendre compte d’une situation sans (trop) la transformer – ce qui est plus difficile avec une caméra.
La radio a un caractère éphémère : c’est un flux, sans support – surtout au début de l’histoire de la radio ou très peu de choses sont enregistrées.

La radio donne une place importante aux mots – contrairement à la télévision qui peut privilégier les images – et restitue fidèlement la parole dite et les mots effectivement prononcés – ce qui n’est pas toujours le cas dans la presse écrite.
La radio a une double fonction de diffusion et d’archive. Il y a une histoire des techniques et des choix de conservation.

//Histoire des archives radiophoniques et présence ou absence d’archives de danse//

Après la seconde guerre mondiale, les archives radiophoniques sont créées par Pierre Schaeffer pour conserver les documents de la Guerre des Ondes. Dans ces archives de guerre se trouvent également des archives de danse.
Dans les années 50, on procède à des enregistrements en direct sur des disques de 78 tours. La durée de l’enregistrement est court, cher et donc élitiste. A cette époque, la danse est très peu enregistrée – et pas forcément gardée.

Dans les années 60, on constitue très peu d’archives sur la danse. Ce sont souvent des comités composés de musiciens qui ont pour charge de décider de garder ou non la danse. On peut mettre en cause l’intérêt porté à la danse mais il s’agit surtout d’une politique globale de la radio qui jette beaucoup à cette époque.

Ainsi la présence ou l’absence de la danse dans les archives radiophoniques nous renseigne selon les périodes sur :
-les contraintes techniques et financières d’enregistrement et de conservation,
-le regard et l’intérêt porté sur la danse,

-la politique d’archivage en application.

Mais à ce jour, il reste encore un énorme travail de défrichage du fond pour connaître l’ampleur de cette présence/absence. Depuis six ans s’est entamée une politique de numérisation à l’INA. Les archives de danse sont longues à trouver – indexations fantaisistes parfois, fautes d’orthographes – et à écouter – l’écoute se fait forcément en temps réel.

//La danse et les mots//

La danse à la radio soulève la question de la perception d’une danse qu’on ne voit pas et du recours aux mots pour la faire exister.
Les mots sont présents dans la pratique de la danse et souvent favorisent la création ou la transmission du geste. Certains chorégraphes peuvent articuler particulièrement leur travail sur ce rapport geste/mot dans leur recherche.

Les mots apportent aussi un point de vue, une poétique sur la pratique – cf Susan Buirge (extrait d’écoute) métaphore du danseur/côtelette mis sur le gril du chorégraphe et saisi instantanément par la danse du chorégraphe.
Ces mots de danseurs sont-ils importants ? Il est intéressant de noter qui est interviewé et à quelle époque. Parfois ces choix sont liés à des amitiés, des sensibilités de producteurs qui influent ainsi par leurs choix sur notre perception de l’histoire.

//La danse et la musique//

Parfois la danse s’invite sur les ondes via la musique.
Dans les années 70, sur France-Culture, Charlotte Latigrat, passionnée de musique expérimentale reçoit Steve Paxton et Lisa Nelson. Cette invitation n’est pas représentative de leur renommée à cette époque. Le Contact-Improvisation n’a été connu en Europe que bien plus tard.
À France-Culture comme à France-Musique, il n’y a pas à proprement parler de spécialistes de la danse, par contre il y a un grand travail de recherche avec des émissions de créations sonores. C’est parfois par ce biais qu’apparaissent certains chorégraphes – Charmatz, Larrieu, Contour ont ainsi créé des oeuvres radiophoniques.

//Histoire de la parole sur la danse en lien avec l’histoire de la radio//

Dans les années 40, la radio est autoritaire et éducative. L’écoute est collective. La retransmission est non montée, en direct, et concerne notamment les grands discours. La parole sur la danse revêt la forme d’explications didactiques – par Lifar, Graham, etc. La danse moderne s’affirme comme une danse qui s’écrit. On revendique que c’est un art à part entière puisqu’il s’écrit.

Dans les années 60, apparaît le transistor et la radio-conversation. La radio se tourne vers l’intime et la façon avec laquelle on interroge les artistes évolue.
Dans les années 70, on assiste à une grande période de recherche et d’innovations sonores. On fait de grands portraits de chorégraphes – Odile Duboc, Merce Cunningham – et on cherche à défendre une parole sur le travail parfois malgré le manque évident de connaissances du journaliste.

Dans les années 80, les chorégraphes se présentent comme des auteurs et parlent moins de la danse que de leurs revendications d’artistes. Cela change la façon de parler de la danse.
La radio est désormais pensée pour un auditeur, qui fait autre chose en même temps. On répète donc les informations et on ressitue fréquemment le contexte. L’objectif de toucher l’auditeur moyen, est parfois limitatif sur un vrai discours de travail sur la danse. Comment tenir une parole sur le travail et la faire entendre à la radio ?

Aujourd’hui, il n’y a plus d’émission hebdomadaires sur la danse, comme cela a pu exister à d’autres époques.

page2image26080

LES VOIX DE LA DANSE Studios d’écoute

Programme d’archives composé par Claude Sorin avec l’équipe de l’INA :
Joëlle Olivier, chef de projet
Vincent Fromont, montage sonore Véronique Jolivet, documentaliste

Odile Duboc et Brigitte Asselineau 9’50
Le bon plaisir d’Odile Duboc, Marie-Christine Navarro France Culture, 12 juillet 1997

Alain Buffard 6’
Studio danse, Laurent Goumarre France Culture, 23 septembre 1999

Catherine Diverrès 5’30
À voix nue. Grands Entretiens d’hier et d’aujourd’hui Entretient avec Laurent Goumarre
France Culture, 30 juin 2005

Laurence Louppe 4’
Etat d’alerte : la danse, Christine Goémé France Culture, 21 janvier 1997

Clothilde et Alexandre Sakharoff 6’50
Plein feu sur les spectacles du monde, René Wilmet éléments bruts vers 1950

Janine Solane 3’
Plein feu sur les spectacles du monde, René Wilmet éléments bruts vers 1950

Jacques Patarozzi 9’30
Pina Bausch et le Tanztheater de Wuppertal in Les Nuits magnétiques, Chantal Aubry France Culture,1985

Pina Bausch 3’10
Nancy ou l’utopie théâtrale, 15ème festival in Les Après-midi de France Culture France Culture, 14 mai 1977

Maguy Marin 6’
Théâtre et danse
France Culture, 1er janvier 2005


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.