Nicolas Floc’h “Un parcours, une démarche, une séance”

Compte-rendu de séance “Parcours et démarche artistique” de Nicolas FLOC’H (artiste plasticien)

du mardi 11 décembre 2012, Centre chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort

par Jennifer BONN LOMBARD

3_Nicolas-Floc-h-Performance-painting-2-2005-Interprete-Rachid-Ouramdane-Reims-Frac-Champagne-Ardennes-Adagp-Paris-2011

Nicolas Floc’h, Performance painting #2, 2005 © Adagp, Paris 2011

Le parcours artistique de Nicolas Floc’h est un apprentissage multi-directionnel impulsé par une curiosité vive qui le guide de projet en projet. Chaque nouvelle pièce est l’occasion d’une découverte et d’une profonde recherche.

Cela dit, il y a à travers son travail des fils conducteurs et des leitmotivs qui font régulièrement surface, et qui ressortent clairement de la présentation qu’il fait de son expérience.

L’invisible caché dans les choses

Les oeuvres de Nicolas Floc’h sont souvent des vecteurs par lesquels l’invisible devient visible, et cela souvent par une force extérieure à lui-même. Elles nous font réfléchir sur comment il faut ajuster notre regard pour voir, et sur le processus contenu dans ce que nous voyons.

Une de ses premières performances est l’expression très simple et poétique de ce principe : il donne rendez-vous au public au bord de la mer, où il n’y a rien de particulier à voir, la mer, la plage, le ciel. Mais c’est le début de la descente de la marée, le niveau de la mer baisse progressivement, l’eau se retire lentement de la plage, et à la marée basse 50 minutes plus tard on va découvrir Nicolas Floc’h, figure qui ressort petit à petit de l’eau, sous laquelle il était caché depuis avant l’arrivée des spectateurs. C’est donc l’action de la nature, dont le mouvement est imperceptible au moment où il se fait, qui dévoile ce qui était caché, qui rend visible ce qui était invisible, qui déploie ce qui était contenu dans les choses.

Plus tard, on retrouve ce principe dans un projet qui fait pousser des fleurs de cosmos plantées en ligne pour écrire “cosmos” : encore une fois, le mouvement imperceptible de la nature fait apparaître l’oeuvre qui était cachée dans les graines plantées par Nicolas Floc’h. L’oeuvre s’exprime sur le temps, dit son nom qui devient à son tour une réflexion sur le processus qui vient d’avoir lieu.

D’autre pièces traitent un peu différemment ce leitmotiv. Un rocher installé en ville contient un enregistrement sonore du ressac, il devient le récipient d’un environnement naturel qu’il contient, qui est caché en lui, et que dans l’imaginaire il pourrait déployer.

Des vidéos sous-marines nous mettent à la place de cette chose cachée, on voit la lumière du soleil filtrer vers nous à travers l’eau. Le regard de la caméra devient le notre et par conséquence prévoit notre “apparition” au monde, au moment où il faudrait faire surface pour respirer.

Dans des marais salants Nicolas Floc’h écrit le mot “sel” avec du sel. De la même manière que les cosmos qui écrivent “cosmos”, la matière dit son nom, mais ici c’est la perspective qui dévoile l’oeuvre, le mot “sel” n’étant visible que d’une certaine hauteur.

Dans le projet “Poisson” c’est une autre perspective qui révèle l’écriture, celle de la cartographie d’un trajet. Un bateau de pêche tire ses filets le long d’un trajet qui écrit le mot “poisson”.

Les deux projets “Functional floor” et “Structure multifonction” travaillent aussi cette notion d’un potentiel caché dans un objet d’apparence simple. Repliable pour ne représenter qu’un aplat quadrillé ou un bloc rectangulaire, ces deux objets peuvent se déplier et se reconstruire à l’infini, devenant meubles, plateau, bureau, sculpture, réflecteur, décor, personnage, accessoire, espace d’archivage. Ici la force extérieur qui révèle les possibilités de l’objet est humaine : différents artistes et acteurs culturels se sont emparés des oeuvres pour les moduler et les renouveler dans leur espace de travail.

Pour le projet “La tour pélagique”, Floc’h fabrique un filet de pêche en forme de tour Eiffel, qui est exposé replié en tas sur une palette en bois. En tant que spectateur nous ne voyons pas la forme de la tour Eiffel, cette forme est un potentiel contenu par l’objet exposé.

Un processus de devenir

On commence à voir déjà dans les oeuvres citées l’importance du devenir d’une oeuvre au-delà de l’intervention de l’artiste. Les poissons pêchés lors du trajet “Poisson” sont vendus sur le marché de Talensac à Nantes, sel, légumes, et fleurs continuent leur chemin dans les cycles de la consommation.

Dans le projet “Beer kilometre”, reprise de l’oeuvre de Walter et Maria “The broken kilometre” composée de 5 rangs de 100 barres mesurant 2m, un kilomètre de canettes de bière est installé de façon ordonnée au sol de l’espace de l’exposition. Ce sont les visiteurs qui boivent, déplacent, et construisent avec les canettes vides, le devenir de l’oeuvre passant des mains de l’artiste à celles des spectateurs.

“Functional floor” et “Structure multiforme” parcourent aussi ce devenir incontrôlable et sans fin qui est inhérent à l’oeuvre.

Le travail “Performance painting” met en place un dispositif pour un danseur, dans une boîte blanche. De la peinture noire lui coule dessus, et plus tard de la peinture blanche. Le filet de peinture est continu, c’est au danseur de se placer dessous, qui par ses mouvements va envoyer la peinture sur les murs de la boîte blanche. L’intervention du danseur (Rachid Ouramdame en occurence) est ce qui crée l’oeuvre au delà du dispositif de Nicolas Floc’h, mais ni l’un ni l’autre ne sait exactement ce qui en résultera, laissant ainsi une part d’aléatoire dans la manière dont les peintures noires et blanches se mélangent et s’impriment dans ce devenir. Une autre vidéo réalisée avec Alain Michard montre Nicolas Floc’h peint en noir et Alain Michard peint en blanc, dans une danse contact qui mélangent progressivement les deux peintures.

Les traces d’un processus peuvent aussi devenir oeuvre, comme c’est le cas dans

“Performance painting #4”, où c’est un tapis de danse couvert des traces des pas des danseurs qui se retrouve exposé au mur comme un tableau.

D’une autre manière, Nicolas Floc’h continue à explorer le processus de devenir dans l’oeuvre “Le grand troc”, qu’il a réalisé avec les habitants de quartiers en difficulté à Santiago de Chile. Les habitants ont fabriqué leurs objets de rêve en matériel de récupération, qui sont proposés au troc contre les vrais objets représentés par les reproductions. Le processus de devenir commence déjà avec le matériel récupéré, détourné de son devenir habituel, et se culmine dans le devenir autre ou devenir vrai effectué par le troc.

Dans son projet le plus récent, Nicolas Floc’h s’intéresse à un objet qui subit lui aussi un processus de devenir : des structures sous-marines installées au fond des mers par l’homme pour constituer un habitat pour poissons, dans le but d’un développement durable de la pêche. Au fil des années ces structures s’altèrent, se peuplent de plantes et de poissons, se dégradent, deviennent autres. Il est intéressant de noter que Floc’h voudrait exposer des structures neuves, non encore habitées, et on peut se demander si ce projet est en rupture avec ces oeuvres précédentes ou si ces structures seront amenées à vivre d’autres histoires en dehors de la salle d’exposition.

Un apprentissage continu

Pour chaque nouveau projet, Nicolas Floc’h s’attelle à apprendre les techniques et les méthodes du contexte qui donne naissance à l’oeuvre. On pourrait même dire qu’il choisit d’abord ce qu’il voudrait apprendre et que le projet se développe à partir de ce désir.

La mer et les industries de la mer sont particulièrement chères à l’artiste, et il a même travaillé comme marin pêcheur pendant 18 mois. La pratique de pêche, mais aussi celle de la fabrication de ses outils, les immenses filets tirés par les bateaux. Il a pratiqué l’apnée sous-marine déjà à l’époque de sa performance au bord de la mer et ses vidéos sous-marines lumineuses, et il apprend aujourd’hui la plongée sous-marine qui lui permet de plonger pour photographier les structures qui l’intéressent au fond des eaux.

Pour ses projets autour du jardin et de l’agriculture il a appris des techniques de maraîchage et il s’intéresse également aux structures économiques et aux chemins de la consommation qui en découlent. La nourriture a aussi de l’importance dans la mesure où elle rassemblent les gens, que ce soit pour un marché, un barbecue, ou une fête arrosée, choses qui s’intègrent souvent dans son oeuvre.

Nicolas Floc’h se donne le temps pour approfondir ses recherches et apprendre à maîtriser les techniques nécessaires à l’aboutissement de son projet. Le projet en cours actuellement, basé sur les architectures sous-marines, est envisagé sur dix ans. Le financement du projet se construit sur des partenariats avec des institutions qui soutiennent le projet par étape, chaque étape donnant lieu à une exposition du travail en cours.

La performance dans tout ça

Nicolas Floc’h est un artiste plasticien qu’on ne peut pas vraiment considérer comme un performeur, même s’il a travaillé dans le contexte de pièces et performances chorégraphiques. Floc’h est plutôt quelqu’un qui crée des dispositifs qui eux sont parfois utilisés pour des performances. Même dans la série des “Performance paintings” les oeuvres ont plutôt tendance à devenir des vidéos qui sont exposées comme telles, et non comme traces de performances. D’autant plus que les “Performance paintings” sont effectuées sans public. Non pas que la vidéo ne peut pas s’intégrer pleinement dans une performance : ici c’est l’intention et les revendications de l’artiste qui semblent écarter son travail de ce domaine. La performance qu’il a fait au bord de la mer est plutôt une exception que la norme dans son parcours, et la performance est un médium comme un autre, au même titre que la vidéo, la sculpture, les installations, etc.

Biographie de l’artiste
(du site ETERNAL NETWORK http://www.eternalnetwork.fr/mot/nicolas-floch)

Né en 1970 à Rennes, Nicolas Floc’h vit et travaille à Paris. Diplômé de la Glasgow School of Art, il fait partie des artistes importants de la jeune génération française.

Depuis les années 1990, son travail s’expose dans des institutions en France et à l’étranger (MAC/VAL,Vitry-sur-Seine ; Frac des Pays de Loire ; CRAC, Sète ; Matucana 100, Chili). Il est également invité à participer à de nombreux événements. Il s’est illustré dernièrement lors de sa participation à la Biennale de Rennes, “Regards croisés”, en 2008, et participera la biennale Mercosur à Porto Alegre en septembre 2009.

Nicolas Floc’h explore les pratiques artistiques en fonction des contextes qu’il investit. Ses œuvres se déclinent en de multiples formes – installation, sculpture, film, performance, scénographie… – qui se présentent comme des structures ouvertes, multifonctionnelles, modulables et consommables. Des produits proviennent du mot qui les désigne et sont vendus au marché, un filet de pêche pélagique qui reproduit la Tour Eiffel à l’échelle 1, une structure multifonctions se transforme au gré des utilisations (bibliothèque, comptoir…), etc… Ses propositions artistiques s’inscrivent dans le champ de l’expérimentation questionnant les modes de production, de distribution et de consommation de l’art.

Nicolas Floc’h invente des processus de création qui ne peuvent exister sans la collaboration et l’appropriation d’autres personnes. Ses œuvres invitent à l’appropriation par l’imaginaire et le récit rendant possible un dialogue entre le subjectif et le collectif, le réel et la fiction.

Le site de Nicolas Floc’h : http://www.nicolasfloch.net/

La prochaine exposition de l’artiste (exposition collective)

http://www.itineraires-bis.org/news-archives-galerie-du-dourven-diapo.html? show=407

2-LAROCHERE

 

Module.Ref 9030. Nicolas Floch’, Exposition à la Verrerie de La Rochère, 2012, Production : Le Pavé dans la Mare. Mécénat Mantion SAS, Verrerie de la Rochère.


1 réflexion sur « Nicolas Floc’h “Un parcours, une démarche, une séance” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.