Lignes directrices/Concepts opératoires de « Kaprow en Eclats »

ParcoursTrotteuse

LIGNES DIRECTRICES/ CONCEPTS OPERATOIRES

de Kaprow en Eclats à partir de 18 Happenings in 6 Parts (1959) de Allan Kaprow

DU Art, danse et performance – 2012

par Aurore DESPRÉS– Février 2012

A – Concepts à l’œuvre :

Idée de séparation entre différents espaces, entre les personnes, entre les actions, entre les séquences temporelles, etc + porosité, transparence ou circulation entre….

= Idée de différenciation-connexion entre les éléments

Importance des expériences sensorielles, des perceptions et du temps de la perception : voir/ne pas voir, demi-voir, entendre, écouter, toucher, humer, et partager, échanger sur ces expériences (pendant le temps important des intercessions)

Expérience du jeu et des règles du jeu

Importance de « l’ordinaire » mais aussi de l’incongru dans les gestes-mouvements, dans les objets, dans les images, dans les sons. Indiscernabilité vie/art.

Importance de la dimension rituelle et chaotique.

 

B – Lectures des mouvements/sons/lumières/mots/images/objets du script de Kirby

Voici les axes qui peuvent orienter nos adaptations, nos inventions, nos choix :

SUR LES  « MOUVEMENTS-GESTES» :

Présence : jeu entre l’indiscernabilité des performers (assis parmi les spectateurs) et la discernabilité réalisée par le geste et le mouvement. Passages entre mais sans coupures. Subtiles apparitions et subtiles disparitions des événements : tous les performers sont déjà dans leur salle dans une espèce d’indiscernabilité avec les spectateurs. Une seule exception : la « femme nue peinte en blanc » qui elle seule fait une entrée et une sortie.

Progressivité des « formations » : Première section : 5 solos / Deuxième section : 5 solos + 1 duo + 1 trio / Troisième section : 5 solos + 1 duo + 1 sextet + 1 groupe qui passe de 6 à 12 personnes. Il y a donc une certaine progressivité de la partition dans le nombre de personnes impliquées… une accumulation progressive d’événements, un « être ensemble » de plus en plus… ?

Axe de la Précision : mouvements décrits précisément, précision des gestes, présence de petits gestes….

Types d’actions  :

  • Se lever-s’asseoir                                                                    Placer/déplacer des objets
  • Secouer                        Trembler                                            Peindre
  • Souffler-Respirer                                                                    Rire                 Sourire             Crier
  • Tournoyer                                                                                  Danser le charleston
  • Lever/Abaisser les avants-bras                                         Presser des oranges
  • Transfert de poids par des pas                                           Regarder, observer (s’observer)
  • Se pencher                   Se Balancer                                       Faire rebondir

Flux : Les actions ci-dessus présentent pour la plupart UN FLUX ALTERNATIF, type oscillatoire ou aller et retour par la répétition, cyclique… Se lever/s’asseoir, se balancer, faire rebondir, presser des oranges ou les mouvements de charleston, etc.

Temps : Temporalité des mouvements plutôt soutenue (par la répétition) et quelquefois seulement soudaine.

Corps : Corps engagé globalement + Geste d’une partie du corps surtout de la main, du bras, des épaules mais aussi du regard, des yeux, des paupières, des sourcils, des lèvres, de la bouche (mou, sourire, cri, rire). Importance de la peau, du derme thermique entre le fait d’être nu, peint en blanc et le fait d’être habillé en « manteaux d’hiver ». Importance de la respiration : inspiration, souffle

Espace : Espace pluri-directionnel

DONC ce qu’il n’y a PAS : Sauter, parcourir, chuter, des impacts type frapper, des portés, des fermetures/des ouvertures excessives, des projections ou tensions spatiales et d’autres choses encore….

SUR LES « LUMIERES » :

  • Importance de la lumière et de ses couleurs.
  • Couleurs nombreuses et franches/ Importance de l’obscurité : « silence d’obscurité totale ».
  • Importance des couleurs des objets : violet, noir, blanc, bleu, vert, jaune…
  • Bain de lumière monochrome : bleu, vert, blanc, jaune
  • Un évènement d’ampoules clignotantes : 27 ampoules rouges, vertes, blanche, bleues, noires + un spot  avec alternance allumé/éteint.
  • Une sorte de tableau coloré en section 3 : « Forte lumière blanche/Violet/Rouge/Blanc/Pas de lumière/Violet »

SUR LES « OBJETS-MATERIAUX » :

Cette liste comporte à la fois des accessoires cités dans le script de Kaprow repris par Michael Kirby et des catégories d’objets pouvant être utilisés dans la reprise libre des 18 happenings in 6 parts. Bien évidemment, tous ces objets ne seront pas obligatoirement présents mais pourront servir de supports à certaines activités, voire d’inspiration…

Objets et accessoires :

  • des chaises colorées de différentes sortes, un tabouret rouge
  • des vêtements variés : manteaux, vêtements quotidiens, simples, accompagnés de baskets, de chaussures librement choisies
  • des boîtes de conserves de différentes couleurs (vides si possible)
  • un objet du type « pilier », ou axe vertical assez long (Exemples : manche à balais en bois, tube cartonné servant de base aux rouleaux de tissu de mercerie, élément de gouttière, etc.)
  •  pots de peinture
  •  ampoules de différentes couleurs
  • morceaux de tissus assez vifs, rouges, noirs, argentés, jaunes (pour un collage)
  • des oranges et un presse-agrumes
  •  papiers de couleur
  •  bannières (violettes) ou morceaux de tissus à suspendre
  • pancartes à tenir à la main, avec des inscriptions (morceaux de carton, de bois, etc.)
  •  balle
  • napperons de papier imitant la dentelle (pour dessous de gâteaux par exemple)
  • miroirs en pied

SUR LES « IMAGES »

  • photos de la femme nue du happening (ou toute image, photo, peinture, de femme nue… avec une possibilité de jouer sur les références)
  •  image d’un « grand machin noir cerclé de blanc avec juste une pointe de violet sur le cercle » : abstraction colorée reprenant peut-être des couleurs utilisées sur les morceaux de tissus déjà présents. Penser aux correspondances et échos de couleurs.
  • Diapositives présentant des images abstraites de rayures noires, roses, de largeurs différentes. Les diapositives peuvent être argentiques (idéalement, pour la projection lumineuse), ou sur PowerPoint, ou encore, être remplacées par des motifs rayés présents sur des tissus par exemple, le plus important étant la présence de motifs abstraits et de rayures (à la Daniel Buren, dans une référence anachronique)
  • Film présentant des images de larges éclaboussures, des points vert, des zones blanches, etc. Images fixes et en mouvement. Là encore : argentique (film Super8, diapositive) ou PowerPoint ou jeu sur double motif : en image (représentation) et en réalité (tissu éclaboussé de peinture), le jeu étant d’alterner la présence réelle de la peinture (suggérée par les pots de peinture et montrée dans les moments d’action) et ses images.
  • Diapositives alternant images abstraites et mots (adverbes, tels que « souvent »)
  • Collage de morceaux de tissu de couleurs vives
  • mots griffonnés, de toutes les tailles, dans tous les sens, de n’importe quelle manière, sur n’importe quel support : de la graphie comme image…
  • Papiers de couleurs collés sur le sol

SUR LES « SONS » :

La description des sons dans la partition donne assez bien la riche ambiance sonore :

« Son aigu changement rapidement nerveux léger restant à peine assez longtemps pour être entendu distinctement/ne changeant que très subtilement au fur et à mur qu’il se déploie/chuchotements inaudibles/un bruit comme des expirations/ des bruits comme le soulèvement d’un lourd parquet/son grave (avec une pulsation de 17 le sol en tremble/ bruit sauvage et constant/rire bref et calme irrépréssible comme depuis un tombeau/la foule rugit/Silence d’obscurité totale/Bref son de respiration dans les hauts-parleurs se transformant en rythmes grésillants presque sans tonalité/assemblages complexes de sons irréguliers/cri/Sons impossibles…

SUR LES « MOTS-TEXTES » :

  • Importance des mots écrits et des mots oraux.
  • Accent non pas tant sur le signifié que le signifiant : son, souffle, texture, timbre, volume OU graphisme si les mots sont écrits.
  • Onomatopées. Brisures des flux oraux ou écrits. Esquisses verbales.
  • Jeu entre le son et le silence, entre l’écrit et le non-écrit.
  • Eléments « Mots » soulevés de la partition Kirby :
  • Mot écrit sur une diapo : SOUVENT /Conférence de trois personnes  _entrecoupée _ silence _ pause _ insupportablement longue  _ entre des phrases _ incomplètes _ chuchotements _ inaudibles / griffonnés des mots brisés de toutes les tailles et de toutes les couleurs /groupe six personnes qui profèrent des mots _des mots que doivent véhiculer un sentiment de rituel et pourtant de non-sens /

Aurore Després – Février 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *