« Fabrica Voxa 2011 » de Montagne Froide

Perceptions/Analyses de Fabrika Voxa 2011

Jeudi 13 octobre 20h – Espace multimédia gantner, Bourogne

Session 1 du DU Art, danse et performance de l’Université de Franche-Comté

par Marie-Pierre DUQUOC

FABRIKA VOXA, laboratoire sonore d’expérimentation en art et en poésie , réalisé par le collectif Montagne froide avec HEIKE FIEDLER, CHIARA MULAS, SERGE PEY, poètes COLLECTIF ACTION BUIDING, ALEXANDRE DOMINI …

Avertissement  : je n’ai pas retrouvé dans mes documents la feuille de salle.Ce rapport repose donc sur mes souvenirs de spectatrice, tente de les rassembler .

Performance de l’espace multimédia gantner 1 : SERGE PEY & CHIARA MULAS « Poésie-performance ».

Intérieur grande salle à l’étage de l’espace multimédia gantner

IMG_0781IMG_0800

IMG_0825IMG_0827

 Photographie Aubane Després.

Description:

Une bâche en plastique recouvre la totalité de l’espace scénique. Au sol 4 colonnes, lignes d’une dizaine de textes sur papier A4, sont disposés selon un rythme régulier, espacés d’un mètre environ, recouverts d’une vitre et d’une tomate au centre.

Au bout de l’allée quatre sots remplis d’eau, au fond et au devant de la scène, au sol deux marteaux.

Au fond une vidéo est projetée, un personnage mi femme mi animal tire une charrue, laboure la terre, elle porte sur la tête des cornes, des collants rouges, son torse est nue.

La vidéo passera en boucle sur toute la durée de la performance.

Les deux performeurs sont au fond de la scène.

L’homme en noir, Serge Pey à gauche la femme Chiara Mulas (personnage de la vidéo) se tient à droite vêtue en noir aussi.

Ils s’avancent vers nous, s’accroupissent devant le texte. Serge Pey le lit, le dit, le crie, le psalmodie, son ton est incantatoire… Chacun écrase la tomate sur la vitre, l’étale.

Elle ne dit rien, se tait, reproduit les mêmes gestes que Serge Pey, ils avancent au même rythme, elle le suit, en silence, il dit le texte, ils écrasent la tomate, avancent etc. Arrivent jusqu’à nous, retournent en sens inverse, reproduisent les mêmes gestes et rituels incantatoires. Les quatre lignes de textes sont recouvertes de tomates. Ils prennent l’éponge dans le sot, l’essorent, il dit son texte … Elle ne dit rien..

Ils prennent le marteau, brisent toute les vitres, il dit encore, le bruit des coups de marteau est assourdissant.

(je ne sais plus si dans cette performance Serge Pey porte des grelots aux chevilles pour rythmer sa mélopée.)

Durée de la performance 30 min.

Observations

Tous les éléments de la performance sont énoncés dès le début. L’installation agit ici comme une partition. Elle pose clairement le déroulé et théâtre des opérations. Expose son déploiement selon une logique, un déterminé de l’exécution performatif, qui ne sera pas ici démenti.

La présence de Chiara Mulas déroute, comment interpréter le rôle qui lui est assigné ? Vaillant et docile petit soldat ? Assistante dévouée du grand chef chaman ? Ombre silencieuse du poète ? Y a t-il ici instrumentalisation du féminin ? Rapport de supériorité, d’autorité de l’Homme sur la femme ?

Après coup, j’analyse cette présence non pas comme maillon faible ou élément secondaire au dispositif mais plutôt comme élément de contrepoint, une alternative aux imprécations de Serge Pey, son silence est aussi actif que la parole … Je ne me souviens plus très bien aujourd’hui de ce qui était dit ….

Performance 2 : ALEXANDRE DOMINI Action-performance-Sculpture-performance)

Intérieur petite salle noire de l’espace multimédia gantner

Description :

Dans un papier blanc de format A4, un homme plie un avion, en face de lui un amas d’avions en papier jonche le sol. Une image, dessin d’un bâtiment est projeté au mur. L’homme jette l’avion vers l’image, l’avion se tape au mur, échoue au sol pour grossir le tas déjà là… Il ne pose aucun temps d’arrêt, répète son action. Chaque lancé s’accompagne d’un cri soufflé ou cri de guerre. Sur la droite un cartel donne le titre de la pièce, il fait référence au personnage de Don Quichotte de la Mancha, le bref texte qui suit le présente.

J’observe quelques minutes la performance, l’homme semble être épuisé, le tas d’avion montre que le geste est répété depuis quelques temps. Le souffle qui accompagne le lancé rythme le geste, installe une tension. Le dessin appartient au registre de la bande dessiné ou de l’illustration, je ne reconnais pas tout de suite le palais de l’Elysée. Un drapeau français flotte au dessus de la grille ouvragé, les murs sont jaunes…

Durée longue pour le performeur 1 à 2 heures, variable pour le public spectateur.

Observations

Après quelques minutes d’observation, j’associe le geste de l’artiste à l’événement qui a eu lieu 10 ans plus tôt à New-York engendrant l’effondrement des Twins Towers symbole de la puissance américaine.

Le geste et l’arme ici sont inoffensifs, l’institution ici ne craint rien ce n’est que son image qui est ici visé, cependant l’artiste ici s’épuise dans un geste héroïque absurde, inutile et vain. La comparaison au personnage de Don Quichotte, doux dingue, fantasque et non crédible réfléchit (dans les deux sens du terme) le statut de l’art, l’artiste ou plus précisément de la performance et du performeur, dans l’espace social et politique. Inoffensif ou vain, ils, le geste, l’artiste, persistent.

Le terme de terroriste merveilleux utilisé le lendemain par Serge Pey pourrait-il ici prendre tout son sens ?

Performance 3 :COLLECTIF ACTION BUIDING

Action-plein-air_ sculpture-performance. Extérieur.

IMG_0835IMG_0864

 Photographie Aubane Després.

Description :

Un homme couvert d’un chapeau lit un passage de la bible, sur Moïse..

Autour, quatre personnes érigent un mur de briques, plates, rouges, 20 cm de haut sur 30 cm de large environ. Le geste est précis, lent, le tout tient dans un fragile équilibre. À droite sont disposés des piles de briques. Le public est invité à choisir une de ces briques qu’il remet à un des constructeurs pour ériger le mur. L’invitation se transmet par une paire de gants fleuris, gants de jardinier, que l’on vous invite à enfiler afin de prendre et porter la brique. Plusieurs pairs circulent. Sur les briques au marqueurs noirs sont tracés des mots, une dizaine, je me souviens de Etre, Avoir, Liberté, Foi … etc. (j’ai oublié les 2 mots que j’ai choisis). Pendant que le mur s’érige la voix s’assourdit, s’éloigne, s’éteint presque, le texte est à peine audible. La performance se déroulera jusqu’à épuisement du stock de briques pour cacher complètement le lecteur. Il se tait, se bat avec le mur jusqu’à son effondrement partiel.

Durée de la performance environ 30min, durée du final entre 30scd et une minute .

Observation

Une autre forme de rituel s’invente ici, pour impliquer le spectateur dans l’érection du mur, le passage du gant.

Le choix et la lecture du texte m’interroge, par son appartenance religieuse et mythe fondateur d’une part et le caractère laborieux de sa lecture d’autre part. Une écoute attentive m’ était difficile, pénible, provoquant l’impatience. La fin est annoncé,

les mots s’érigent, puis s’effondrent, la chute du mur était inévitable. Les mots être, avoir, foi, liberté etc. sont-ils des mots ou des maux ? Des mots et des maux ? Dix mots ou dix maux ? Les mots ne disent plus, maudissent ?

Un trouble persiste.

A l’instar de la performance de Serge Pey et de Chiara Mulas, le déroulement jusqu’au final est posé dès le départ et engage le public dans la durée et la fin annoncé. Le caractère déceptif de ces deux dispositifs participent ils de l’énoncer du dénoncer ?

Un contrat relie le spectateur au performeur pour aller jusqu’au bout du geste. Un contrat qui peut bien sûr s’interrompre mais nécessite de la part du spectateur un geste qui ressemble à une forme d’abandon : Je n’irai pas jusqu’au bout du scénario proposé.

Dans la proposition de Serge Pey c’est la configuration scénique qui établit le contrat.

L’action présenté par Domini nous laisse au contraire le choix de la durée, le spectateur peut-être de passage.

Il m’est plus difficile d’identifier ici les raisons pur les quels je me sentait tenu d’aller jusqu’au bout. Dehors on pouvait aller venir sortir rentrer librement. La nature de l’action qui induit une fin, une durée ? Le texte ? Le contrat de participation à la construction du mur qui en l’absence du public ne peut exister ? La nature de l’espace qui n’est pas un espace public ?

Performance 4 : HEIKE FIEDLER_Performance poésie sonore.

Intérieur, grande salle du haut

IMG_0949   

Description :

Au centre sont installés différents éléments, table ou socle haut, ordinateur, micro, mixeur, etc. au sol un rouleau de papier blanc, type calque ou soie ?

Elle débute en écrivant des mots ou signes rouges sur le papier, lit des fragments de texte, froisse le papier, en fait une boule…

Puis debout derrière l’ordi, le micro, elle dit ses textes amplifiés, les mets parfois en boucle, projette des images, collages d’images et mots dans un flux et rythme saturés, titres, images issus de l’informations, animations de mots…

Elle passe d’une langue à l’autre, français, allemand, espagnol, joue de locutions à leurs élocutions, joue avec le rythme de l’image projetée, la répétition, l’écho, l’accumulation, le flux, le fragment, le sens et non sens qui en découle.

Durée de la performance 30 min (selon mon souvenir)

Observations

Sensible à son écriture et posture de poète sonore, maîtrise parfaite de la diction, mon souvenir reste assez diffus, lacunaire. Reste le moment. Celui d’entendre d’être pris dans le flux d’images, de mots, une déferlante, de sons, d’événements, d’informations, un tsunamie, puis plus rien, l’oublie. Nature même du son destiné à l’oubli (selon Nicolas Frize (compositeur) entendu sur France Culture.

Performance 5 : … Performance sonore.

Description :

Je n’ai pas pu voir la proposition, je l’ai simplement entendu. L’espace des spectateurs était saturé. Je sais simplement parce que l’on me l’a raconté, que les sons étaient produits par un instrument nommé le Thérémine (que j’ai aperçu) et les déplacements des souris enfermées dans des boîtes en plastiques transparentes afin de voir leurs mouvements. Le musicien, chef d’orchestre provoquait le déplacement des souris pour produire des sons. Le Theremin, thérémine, theremine, theremin ou thereminvox est un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919, par un Russe (connu sous le nom de Léon Thermine). Boîtier électronique équipé de deux antennes, le thérémine a la particularité de produire de la musique sans être touché par l’instrumentiste.

Durée de la performance 15 min (selon mon souvenir)

Il m’en reste un souvenir sonore agréable…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *