Serge Pey « Poésie/Performance » par M.P Duquoc

Compte-rendu de séance « Poésie/Performance » de Serge PEY (artiste poète d’action)

du vendredi 14 octobre 2011, Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon

par Marie-Pierre DUQUOC.

 

Il se présente : «j’écris, publie, performe ce que j’écris»

s’étonne que personne n’aurait lu ces livres,

Je n’ai pas noté le titre des livres concernés,

Agacée déjà par le ton que prend l’échange.

(+ tard je consulte internet s’agit-il de ceux-ci ? Lèpres à un jeune poète, principes élémentaires de philosophie directe, le mouvement performance poésie d’action ? Le rituel du renversement ?)

Chiara Mulas sa compagne est dans la salle, elle filme.

Il est debout sur une estrade, face au public assis, une quarantaine de personnes étudiants des Beaux-Arts, étudiants DU et quelques enseignants intervenants.

Je n’ai pas envie d’être là, une méprise m’empêche d’apprécier sa présence.

La veille, lors de la performance j’ai pris conscience d’une confusion entre Pey et Pouy, l’un poète l’autre auteur de polars dont j’ai découvert quelques mois plus tôt un petit livre co écrit avec Tatiana Trouvé : «Tentative d’affiliation » aux édition fiction du Mac/Val , Musée d’art contemporain du Val de Marne.

Un échange épistolaire entre un auteur et une administration imaginaire le BAI, Bureau d’Activités Implicites, crée par l’artiste Tatiana Trouvé.

La nature jubilatoire, l’humour grinçant de cet échange m’avait bien plu.

Je m’en veux de ma méprise. Regrette le supposé Pouy.

Je note :

Relation entre la vie et le langage

Partage et transformation de l’un à l’autre, de la vie au langage du langage à la vie, de moi à l’autre…

Pensée critique

Transgression des frontières.

«Assassiner le public » ( je m’irrite écrit « quelle connerie!»)

Je note encore :

L’égo est le degré 0 de la création on ne peut partager que de sujet à sujet

J’entoure le mot partage, surligne le mot sujet.

 

Il dit qu’il est poète au sens grec du terme.

Il dit qu’il écrit ce qui nous constitue en légendaire.

Il dit qu’il a appris à lire à l’envers, il raconte son enfance, au village on projetait des film, il allait les voir de l’autre côté de l’écran, c’étaient des films américains sous titrés il a appris à lire ici… Sa fille aussi a appris à lire à l’envers…

Je ne sais pas exactement à quel moment le public intervient.

Tali Serruya, étudiante du DU pose des questions, ces questions sont précises (j’ai oublié de les noter…)

L’exaspération de Tali me touche.

J’ai de plus en plus de mal à l’écouter, à rester en place, je me lève me sert un café,m’assois, note :

  • Critique du nouveau, nouveau = produit,

préfère la quête de l’inconnu, l’inconnu = naissance…

  • Rupture de l’ÉGO, pour accéder au sujet. L’art est justement la façon de s’instaurer en sujet. Inventer son histoire.

Mon attention s’effrite.

Je sors, me rend au toilette, je traine un peu, je regarde par la vitrine l’exposition en cours de montage, j’ai du mal à me revenir dans l’amphi, m’enfermer, je reste, je traine, prends l’air, le soleil, il fait beau, me résous à rentrer.

Il évoque : Armand Gatti, Julien Blaine ou julien Beck ? Un travail Partisan…

Je gribouille.

Je ne sais plus à quel moment se tient la pause… Imaginons que c’est maintenant  : nous sortons, échangeons, Marta Moore relativise, Tali s’agace, les uns s’amusent, je fais partie des énervés.

Retour, je ne sais plus exactement à quel moment il a été décidé de changer les modalités d’échange avec l’intervenant, avant ou après la pause…

Est ce que c’est à la dernière question de Tali : « que faisons nous ici ? » ou plutôt « qu’est qu’on fait ici ? pourquoi on est là ? Des enseignants prennent la défense de Serge Pey, l’un dit « Vous ne pouvez pas savoir, vous ne pouvez pas comprendre le risque qu’il prend…. » ( qq chose comme ça , )

Aurélie l’arrête, explique que le public n’est pas constitué que d’étudiants d’arts, qu’il y aussi des étudiants du DU art performance, composés aussi de professionnels…

propose une autre configuration d’échange, une discussion. Rainer Oldendurf un enseignant (que je reconnais après coup) ouvre l’amphi, le fond de scène s’ouvre sur la cour intérieur de l’école, jardin, silhouettes blanches, ciel bleu, la lumière du jour rentre dans la salle, il fait frais …

Carole Douillard (étudiante DU) propose pour changer la configuration de l’entretien de casser le rapport frontal installé jusqu’ici, elle s’assoit sur le bord de l’estrade.

Je ne la suis pas… Je suis incapable de bouger, de parler.

Je note, gribouille, écoute, n’écoute plus, gribouille, m’embrouille, gribouille.

Ce rapport sera lacunaire.

Écrit à la première personne du singulier pour retrouver le rapport du sujet au sujet ?

Il évoque : Une grotte. Une exposition à Toulouse, à l’Abbatoir, musée d’art contemporain de Toulouse. Un travail avec des gitans. Une danseuse de flamenco. Il explique pourquoi il utilise des tomates dans la dernière performance vue, entendue la veille.

Pêle-mêle je note :

Le public grand ennemi

A propos d’une question sur la moyenne posée par Julien, il dit :  il n’y a pas de moyenne, je me situe sur les extrêmes.

Je note encore Partage du sujet

(tapage, partage, ta pars, je pars)

Cuirasse caractérielle ou caresse caractérielle( je ne me relis pas)

En parlant d’un ami : Terroriste merveilleux. Combat. Attaque. Se battre. Messager. Orateur.

Je relève ses contradictions, son addiction du contre.

Ce rapport peut-il être objectif ?

Je n’entends plus rien. Ne peux plus écouter. Constituée en ennemie. Pas su éviter son jeu, la confrontation, sa guerre, sa colère… Sors de la séance épuisée.

Après coup je me suis fait la remarque que j’avais aussi la possibilité de refuser de me constituer en ennemie… Sur le moment je n’ai pas su le faire, je suis restée sur la défensive, hermétique et peu sensible, à son discours égotiste, à sa posture d’orateur totalitaire, autoritaire, à son addiction du contre, à l’emprunt trop littéral des formes orales issues des rituels chamaniques ou religieux qui le placent en visionnaire ou guide, l’installe au dessus de la mêlée, lui confère un statut de prêcheur, prédicateur, bonimenteur…

Cependant s’il n’exerce sur moi aucune espèce de fascination mais plutôt de rejet, je reconnais la sincérité de son engagement d’artiste et perturbateur, sa capacité à produire et exercer sur son oratoire un esprit critique…

Mon affectivité artistique me rend plus sensible à la forme proposé par Alexande Domini qui inclut dans le geste artistique, dans sa dimension politique et sa «vanité rédemptrice», l’aveu de son impuissance, l’hypothèse de son échec.

La métaphore de l’artiste en Don Quichotte, un huluberlu, illuminé, allumé et incompris n’est-il pas juste ? Et au fond Serge Pey l’incarne assez bien finalement ?

Cette comparaison de l’artiste en Don Quichotte met en dérision l’action artistique, la relativise. Et finalement la relativité du Don Quichotte est la même que celle du « terroriste merveilleux » de Serge Pey qui fait la guerre par les mots ou la guerre avec comme arme des avions en papier, une bienveillante innocence (dans les deux sens du terme) qui cependant sans risque pour l’autre, agit et constitue une autre voie politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.