Martha Moore « La Judson Church en éclats » par P.Villaroël

Compte-rendu de séance « La Judson Church en éclats » de Martha Moore (artiste chorégraphique)

du jeudi 12 octobre 2011, Grand Salon, UFR SLHS Université de Franche-Comté

par Paula VILLAROËL.

IMG_0252IMG_0229

Martha Moore est danseuse, chorégraphe et pédagogue nord-américaine. Ayant vécu de près la révolution artistique de la “Judson Dance Theater” , les changements, idées et contemporanéités de la danse américaine des années 60 (Steve Paxon, Trisha Brown, Robert Dunn, Yvonne Rainer, Anna Halprin), elle est venu nous témoigner en chair et en os des débuts de ce qu’ils ont nommé  la “post-moderne dance” et incarner un passé atemporel, raconter des souvenirs précieux de travail et d’expériences historiques.

Elle est venue, menue, claire et souple. Ses cheveux en carrés, frange des 80’. D’un ton familier, n’abandonnant pas son accent étranger, elle nous a parlé brièvement de la situation artistique du moment : une sorte de minimalisme comparable, ambiance régnante en peinture, sculpture, etc. Niant les dogmes antérieurs du concept de danse : les costumes traditionnels de scène pour danseurs,  les mouvements prévisibles et douloureux, la théâtralité contenue dans les gestes, la narration illustrative, etc… la post modern dance naissait au cri du “No manifesto” d’Yvonne Rainer, où elle définissait les nouveaux modes d’actions, principes fondamentaux de cette performance historique et notamment au travers de celle  du CPAD “Continuous Project Altered Daily” d’Yvonne Rainer.

Le mode d’attaque et de création des pièces était presque de l’ordre d’un socialiste idéal dans le sens où il se crée une répartition des tâches pour construire littéralement la chorégraphie en soi. Ce sont des compositions répertoriées sur papier, des partitions chorégraphiques, des scripts.

La séance a consisté à « refaire » en partie une chorégraphie de Steve Paxton : “Satisfying’ lover” (danse créée pour 42 personnes -pas forcément danseurs). La manière dont on a procédé, relativement identique à celle dont elle avait travaillé 50 ans auparavant, a été dans un premier temps de se répartir les tâches (donc) sans hiérarchie sociale ou technique entre les intervenants. Il n’y a pas de préférence ni de subordination entre les membres du groupe.

Égaux du faire.

Des chiffres et des phrases se sont dégagés, elle nous a assigné nos fonctions : le premier du cercle a été nommé A1 et a reçu son action correspondante, le deuxième A2 , A3 et ainsi de suite pour les 21 présents. Deux tours, deux tâches: “Quand A2 a fait 12 pas, A3 traversera l’espace”, “Quand D23 est aux trois cinquièmes de l’espace, D24, D25, D26, D27 traverserons ensemble et échangerons leurs places”(exemples de fonctions). Nous suivions cette partition que l’on retrouve dans le livre de Sally Banes « Terspsichore in Snakers ».

Une codépendance ou cohabitation était présente dans presque tous les rôles, les uns invalides sans les autres, seuls un ou deux autonomes de cette société improvisée, mais esclaves tout de même de leur rôle.

L’espace a été défini en une diagonale traversant cette salle espionnée par Louis XIV sur un cheval blanc. David Zerbib a dit trouver cela « génial parce que tellement frenchy ! ».  Nous avons commencé par jouer la composition marchée : des silences suivis de brouillard, quiétude et accélération, groupes, solitudes, métaphore de la vie, une rue, un lieu de passage.

Comment expliquer la vérité qui se dégage d’une marche, la mise à nu d’un individu qui par la simple action de “passer”, de traverser un espace, dévoile son coeur. J’ai eu presque un effroi en vue de la vulnérabilité d’être un passant. Certains, en corps enveloppe, petits pieds titubants, quelqu’un masqué de fierté, ou un autre, fluide magnifique l’humour à sa hanche… le prémisse était de marcher calme, d’expérimenter le calme dans la marche, les yeux portés vers le point final de la traversée. Vers la destinée. Mouvements naturels du corps en cheminement et la paix de ce qui est en habitude.

IMG_0413IMG_0454

Puis la suite est venue,,,, Elle a choisi quelques parties de la chorégraphie du CPAD “Continuous Project Altered Daily” d’Yvonne Rainer,  peut être moins techniques et  plus proches des corps non travaillés :

-Pillow Yield (laisser aller) : entre deux personnes minimun. L’oreiller travaille comme élastique porteur du poids de l’un soutenu par l’autre. C’est-à-dire, je choisis une partie du corps de mon compagnon où je pose l’oreiller tout en tenant compte qu’il faut qu’il y ait déséquilibre et charge de poids, pour aller jusqu’au sol, la partie élue la première. La mesure de la vitesse et de la force est indépendante de l’image d’oreiller en plume douceur de rêves.

-“Yielding” (acte de laisser aller) : entre 4 personnes, un cercle à 3 autour du 4ème. La personne au centre doit se laisser aller (contrôlé) et passer son poids d’un membre du cercle à l’autre. Les limites du porter-laisser pouvant aller jusqu’à déplacer la personne, la lever, etc… (La confiance).

-“Cartons” : 3 ou 4 personnes déplacent des boîtes en cartons dans l’espace, toujours dans le calme, font des sortes de constructions avec l’ensemble des boîtes de cartons.

-“Papiers” : 3 personnes, une d’entre elles est censée attraper une feuille de papier qui se trouve devant elle à une courte distance, les deux autres vont lui empêcher soutenant son poids par la jambe, les bras, torse… il n’y a pas de déplacement. (Combien mesure ton espérance ?)

-“Duo roulé” : 2 personnes, à plat par terre, s’entremêlent et se déplacent dans l’espace sans qu’on s’aperçoive du moteur de mouvement. Il font qu’un seul corps. (Les amants, le dialogue binaire).

– “Drap” : 3 personnes. 2 soutiennent un drap blanc qui fait d’écran à une troisième personne qui se tient derrière le drap, suivant sa promenade filmique et cachant son corps à exception de ses pieds.

– “Surprise”: une personne émerge avec quelque action, objet ou proposition qui va surprendre le groupe qui, lui, continue de se consacrer aux tâches. (Le spontané, l’imprévu).

-“Run and Change” (courir et changer) : 3 personnes courent en cercle ensemble, quand un membre du groupe pourtant extérieur à la course crie “change”, ils devront alors changer la direction de la course. Si un des trois abandonne, un autre est obligé de rentrer, ainsi que si une personne se met à courir, deux autres seront obligées de compléter le cercle. (Obligation morale mais volontaire d’une société réglée et responsable).

– “Rouleau compresseur” : 4 personnes par terre à plat, doivent rouler ensemble et traverser l’espace en même temps que deux autres posent des oreillers dans la direction d’approche du groupe rouleur sous leurs corps. (Travaille en chaîne, “les temps modernes”, affabilité et soucis de soin des membres de la collectivité).

-“Chaises et oreillers”: tout le monde à l’écoute du thème de musique de Tina Turner…..? ou de The Beatles “…the sun…? doit aller chercher une chaise avec un oreiller et reproduire les huit temps/mouvements (préalablement chorégraphiés) sur la chaise avec l’oreiller. (L’unisson).

-“Jerky Group” (mouvements saccadés) : 4 ou 5 personnes, quand un membre quelconque crie “Jerky group” à un endroit de la salle, 3 ou 4 autres doivent s’ajouter à lui et traverserons l’espace ensemble sans trop mouvementer les coudes pour ne pas cogner les proches, son corps s’agitera au rythme interne individuel et groupal en mouvements saccadés continus.

-“Vide” : vide. On regarde l’espace vide de vacuité.

-“Bâtons oreillers” : à l’aide d’un bâton, on réagit face à un oreiller avec lequel on jouera, on expérimentera, on le fera danser avec le bâton.

-“Solo marqué” : une personne révisera une chorégraphie mentale dans l’espace, réalisant des mouvements à demi entiers, signifiants une synthèse de ce qui devrait être. (Le soliloque).

-“Apprentissage” : moment où les membres de ce groupe pourront demander à quelqu’un d’autre de lui montrer, de lui apprendre une des parties qu’ils ont fait. (Le partage).

Après avoir le puzzle des actions et parties, on a tiré au sort l’ordre d’exécution de ces parties. Dans la pièce originale, le public choisissait l’ordre des parties et celles-ci étaient écrites en grand sur un tableau accroché au mur. Les danseurs devant comme nous, regarder de temps à autre la suite des événements.

La composition finale était :

1-Pillow Yield…2-Run and Change…3-Rouleau compresseur…4-Chaises et oreillers…5-Duo roulé + Jerky group…6-Vide…7-Bâtons et oreillers…8-Yielding…9-Solo marqué…10-Cartons… 11-Apprentissage.

Le rythme était un choix collectif, puisque les actions pouvaient se chevaucher, retourner en arrière au désir, mais avec interdit de sauter en avant une étape.

Exercice splendide de pratique d’individualité au service de la collectivité.  Soin de l’ensemble final et structural par chacun, responsabilité soumise au bon achèvement de la partition, prise de décisions qui impliquent le groupe. Esthétique poétique.

La matinée s’est achevée comme ça.

IMG_0492IMG_0506

Photographies :  Aubane Després.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.