Fanny DE CHAILLE

De 1996 à 2001, après des études universitaires d’Esthétique à la Sorbonne, Fanny de Chaillé travaille avec Daniel Larrieu au Centre chorégraphique national de Tours. Assistante à la mise en scène, dans un premier temps, pour les pièces « On était si tranquille », « Feutre » (dont elle compose la musique avec Rubin Steiner) et « +Qu’hier », puis en tant qu’interprète pour « Cenizas ». Fanny de Chaillé collabore en parallèle aux travaux de Matthieu Doze (réalisation des films du solo sous eXposé) et à ceux de Rachid Ouramdane (elle est interprète sur « Face cachée » et « À l’oeil nu » et réalisatrice sonore pour « Au bord des métamorphoses » et « Les Morts pudiques »). Avec Gwenaël Morin, elle joue dans le film « Anéantis Movie » et dans les pièces « Guillaume Tell », « Philoctète » et « Lorenzaccio ». Depuis 1995, elle crée ses propres pièces, installations et performances : « Karaokurt » (1996), karaoké réalisé à partir de l’oeuvre de Kurt Schwitters, « l’Ursonate » ; « La Pierre de causette » (1997), installation-performance ; « Le Robert » (2000), performance pour un danseur et un dictionnaire ; « Le Voyage d’hiver » (2001), lecture performance à partir d’un texte éponyme de Georges Perec ; « Wake Up » (2003), concert pour 55 réveils préparés ; mais aussi « Underwear, pour une politique du défilé » (2003), « Ta ta ta » (2005), « AMÉRIQUE » (2006), « Gonzo Conférence » et « À nous deux » (2007), pièces chorégraphiques.

Fanny de Chaillé collabore par ailleurs en tant qu’assistante avec Emmanuelle Huynh, pour « Cribles et Shinbaï, le vol de l’âme » (2009), et avec Alain Buffard, pour « Tout va bien » (2010) et « Baron SAmedi » (2012). Elle a fondé avec Grégoire Monsaingeon le groupe « Les Velourses », duo musical répondant à des commandes ; ils conçoivent ensemble « Mmeellooddyy Nneellssoonn » dans la série intitulée « albums » du Théâtre de la Cité Internationale à Paris où elle est artiste associée pendant trois ans. Elle présente en 2010, lors d’un “Week-end à la Cité”, « La Bibliothèque » menée avec 23 résidents de la Cité universitaire internationale, projet qu’elle continue régulièrement à mettre en oeuvre en France et à l’etranger. En 2011, elle y crée « Je suis un metteur en scène japonais », et « Passage à l’Acte » co-signé avec le plasticien Philippe Ramette. Elle met en scène un texte de Pierre Alféri, « COLOC » dans le cadre de l’Objet des Mots/ActOral 2012. En 2013, elle est invitée du Nouveau Festival du Centre Pompidou et propose avec la scénographe Nadia Lauro, La Clairière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.